Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
www.lesjardinsdalice.ch

Articles avec #bobos & co tag

LILAS : gourmand et bienfaisant

21 Avril 2017 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Bien-être, #Bobos & Co, #Confitures, #Dans le verger, #En cuisine..., #Fleurs, #Gourmandises..., #Massages, #Produits "maison" et naturels, #Printemps..., #Dans la forêt, #Bonheurs, #Soins du corps, #Coups de Coeur, #Dans le jardin

 

Plein de petits bonheurs

 

avec le Lilas en fleurs

LILAS : gourmand et bienfaisant

On l’aime pour son élégance, ses couleurs et bien sûr sa manière à nulle autre pareille d’embaumer les journées de fin avril et de mai. Il est aussi apprécié pour soulager certains maux et même, oui, surprendre les gourmands. Le bonheur du lilas en fleurs est éphémère… ne le laissez pas échapper !

 

Pour commencer, soyons gourmands !

Après la préparation à d’autres printemps de différentes liqueurs, l’une au lilas blanc, l’autre au lilas violet, place maintenant à la gelée de lilas.  Un jeu et surtout un plaisir d’enfant…   

  • Cueillez environ 100 g de grappes de lilas. J’ai pris aujourd’hui du lilas violet, mais on peut sans souci mélanger avec du lilas blanc et du lilas mauve.

  • Mettez-le dans une casserole avec un demi-litre d’eau, portez à ébullition et laissez frémir une dizaine de minutes.

  • Retirez, filtrez, en pressant bien les fleurs pour recueillir un maximum de jus.

  • Réservez un fond de verre, pour délayer un petit sachet d’agar-agar.

  • Versez le jus dans la casserole avec 200 g de sucre. Portez à ébullition et ajoutez l’agar-agar.

  • Cuisez encore 2 à 3 minutes, sans cesser de remuer, puis versez immédiatement dans de petits pots stérilisés.

Etonnant et subtil, en tartines, avec des crêpes ou encore sur un petit chèvre frais !

 

Un petit plus ?

Pensez aussi au sucre de lilas, un vieux truc de nos grands-mères pour aromatiser ensuite boissons, crèmes et pâtisseries. Il suffit d'alterner une couche de sucre, une de grappes de lilas (cueillies la veille pour éviter tout soucis d'humidité), une autre de sucre, et ainsi de suite. Laissez s’imprégner 2 ou 3 jours, puis passez.  Prêt à être utilisé !

Côté bien-être...

Ses fleurs et ses feuilles offrent une bonne huile contre les rhumatismes, les douleurs articulaires et certains maux de dos. Comment procéder ? Rien de plus simple :

Placez des fleurs et/ou des feuilles de lilas dans un bocal, recouvrez d’huile d’olive ou d'huile de tournesol. Laissez ensuite macérer un mois à l'abri de la lumière si vous avez choisi l'huile d'olive, ou un mois au soleil avec celle de tournesol.

Filtrez, versez dans un ou des flacons, et conservez à l'abri de la lumière.

Appliquez en massages doux lorsque le besoin se fait sentir.

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

LILAS : gourmand et bienfaisantLILAS : gourmand et bienfaisantLILAS : gourmand et bienfaisant
Lire la suite

ALLERGIES : A comme Atchoum ...

17 Mars 2017 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Bien-être, #Bobos & Co, #Forme, #Phyto, #Printemps..., #Fleurs, #Garder la forme, #Huiles Essentielles, #Infos sympas, #Dans la forêt, #Dans les champs, #Plantes

 

A comme… Atchoum et Allergies

Ça y est, il est de retour, vive le printemps ! Enfin, pas pour tout le monde. Éternuements en rafales, larmoiements et picotements, nez qui coule et gorge qui gratte… vous ne connaissez que trop ? L’idéal aurait été de s’y prendre assez tôt. Une séance d’acupuncture tous les 15 jours, par exemple, à partir de janvier, limite sérieusement les dégâts. Trop tard ? Parez au plus urgent…

Grâce à sa double action préventive et curative, et comme il n’est jamais trop tard pour bien faire, l’acupuncture reste une bonne option : deux séances par semaine dès les premières réactions assurent déjà un printemps plus confortable.

Au rayon des oligo-éléments, cobalt et manganèse sont précieux pour lutter contre les allergies.

L’homéopathie, elle aussi, offre une aide appréciable. À choisir en fonction du terrain, avec l’aide d’un(e) professionnelle !

L’huile de nigelle, à raison d’une cuillère à café chaque matin, semble aussi atténuer ce gros souci de saison.

Parmi les remèdes naturels qui ont fait leurs preuves, pensez aussi à l’huile essentielle d'estragon, qui a une action anti-histaminique. Gardez-en toujours un petit flacon à portée de main, et respirez-la à plein nez chaque fois que vous sentez une crise arriver. Elle vous soulagera immédiatement, et peut-être même sur la durée.

Gare aux pollens mais... vive le plantain !

Enfin, mon préféré d’entre tous, vraiment très efficace (en tous cas pour moi) : la teinture-mère de plantain.

Si ce sont les pollens d’arbre qui vous incommodent, il vous la faut tout de suite, immédiatement : droguiste, herboriste ou pharmacien vous la proposeront toute prête.

  • Prenez-en de 25 à 30 gouttes, 3 fois par jour, dans un petit verre d’eau.

Si vous êtes surtout sensible aux graminées ou à certaines fleurs, vous avez un petit répit. Dans ce cas, préparez-la vous-même, au moins partiellement :

Et pour la nigelle, c'est par là :

Et surtout... BEAU PRINTEMPS !

Lire la suite

Les "simples" sont-elles efficaces ?

7 Octobre 2016 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Bien-être, #Bobos & Co, #Dans le jardin, #Éte, #Garder la forme, #Menthe, #Produits "maison" et naturels, #Phyto, #Zen, #Plantes

 

Les plantes sont-elles efficaces ?

 

La preuve par... 33 !

Les "simples" sont-elles efficaces ?

Tisanes, fumigations, cataplasmes et bains aux plantes font partie de la panoplie « santé » de nos douces grand-mères. Lesquelles nous ont, pour notre plus grand bonheur, souvent transmis une partie de leur savoir. Faites-vous partie de ceux qui se demandent parfois si tout cela est bien sérieux ?

Réponse entre les pages d’un livre : Les 33 plantes validées scientifiquement, des Drs Bertrand Graz & Jacques Falquet. Sa particularité ? Ses auteurs sont respectivement médecin et biochimiste, chercheurs, tout deux passionnés par le monde végétal et bien sûr le désir de partager leurs connaissances et leurs découvertes.

Ne vous y trompez pas : il y a beaucoup plus que 33 plantes qui ont fait leurs preuves scientifiquement ! Dans leur souci de mettre ces précieuses infos à notre portée, les auteurs se sont cependant limités à celles que l’on peut trouver et identifier facilement, sans risque de confusion, et qui ne présentent de surcroît pas d’effets secondaires dangereux.

Un ouvrage d’ores et déjà incontournable pour celles et ceux qui veulent prendre le plus souvent possible leur santé en main naturellement. Et il n’y a plus qu’à suivre les guides, d’abord sur le chemin des décisions, pour aller du symptôme à la plante la plus susceptible de le soulager. Chaque « simple » fait l’objet d’un portrait complet, assorti des endroits où la trouver, et bien sûr de son mode d’emploi.

 

M comme Menthe,

mais aussi comme maux de tête et migraine ...

Les "simples" sont-elles efficaces ?

Pas de temps à perdre… j’ai donc testé l’alcool de menthe, tel que proposé dans ce livre, pour soulager migraine, tensions musculaires et autres maux de tête :

Si ce n’est déjà fait, cueillez la menthe de votre jardin et mettez-la sécher.

- Une fois la menthe bien sèche, émiettez-la et placez-la dans un bocal propre.

- Recouvrez d’alcool à 90°.

- Fermez le bocal et laissez-le reposer une semaine à l’abri de la lumière.

- Après une semaine, filtrez avec une passoire fine.

- Admirez au passage la belle couleur verte de la préparation, mais transvasez-la aussitôt dans un flacon en verre de préférence teinté.

Ensuite, lorsque c’est nécessaire, appliquez du bout des doigts sur les tempes et le front en massant doucement pour bien faire pénétrer. Attention toutefois à ne pas appliquer trop près des yeux ou gare aux risques d’irritation.

Les "simples" sont-elles efficaces ?

Cette recette d'alcool de menthe est l’une des propositions de Bertrand Graz & Jacques Falquet. Les amateurs, éclairés ou non, en trouveront de nombreuses autres, simples efficaces et surtout … confirmées, dans Les 33 plantes validées scientifiquement - stratégies de soins et modes d’emploi, paru aux éditions Favre.

Plus sur ce livre ? Sous Plantes & Phyto, par ici...

Et plus sur la Menthe ? Alors ça, c'est à plein

d'endroits dans ce blog, par exemple par là...

Lire la suite

Teinture de consoude et articulations

11 Mars 2014 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Bien-être, #Forme, #Soins du corps, #Bobos & Co, #Plantes, #Gastro sauvage, #Peau (Soins de la), #Phyto

Teinture de consoude et articulations

Ses vertus cicatrisantes lui ont valu à la fois sa réputation et son nom…. On lui a en effet prêté pendant longtemps la capacité de « consolider » les os brisés et on l’appliquait autrefois sur les factures.

Aujourd’hui, la consoude est utilisée essentiellement en usage externe, sous forme de pommade ou d’onguent, pour traiter les contusions et les problèmes cutanés. Mais pas seulement…

  • Appliquée en cataplasme, directement sur la peau, la racine fraîche et broyée de grande consoude active la cicatrisation des plaies, apaise les brûlures et soigne les gerçures.

Pour être sûr d’en avoir toujours sous la main, et c’est le cas de le dire puisqu’il s’agit ensuite de l’appliquer généreusement sur les articulations douloureuses, mon amoureux a préparé de la teinture de consoude. Rien de plus simple, selon lui :

  • Dans un gros bocal, placez 100 g de racine de consoude séchée (le plus simple : procurez-vous en en droguerie ou herboristerie !)
  • Recouvrez de 5 à 6 dl d’alcool (alcool de grains, style vodka, ou eau-de-vie de pomme par exemple)
  • Laissez macérer 1 mois, puis filtrez.

Il ne reste ensuite plus qu’à badigeonner les articulations douloureuses ou enflées, les chevilles gonflées, et même les « oignons » : très bons résultats à la clé !

Teinture de consoude et articulations

Petit portrait d’une grande douée

Facile à reconnaître, avec ses grandes feuilles pointues, couvertes de fines nervures et parsemées de courts poils raides qui les rendent franchement rugueuses au toucher, vous rencontrerez la grande consoude dans les prairies humides, les fossés et en bordure des cours d’eau.

De mai à juillet, sa robuste tige est ornée de petits bouquets de fleurs en forme de tubes, tantôt jaune pâle, tantôt rose ou violet.

En plus, elle se mange ! Les botanistes en herbe apprécient également la grande consoude dans l’assiette : ses jeunes feuilles se mêlent en effet bien aux salades et plus tard, lorsqu’elles sont moins tendres, il suffit de les passer dans une pâte à crêpe et de les cuire à la poêle pour avoir la sensation de se régaler de filets de sole. Mais la plante renferme des alcaloïdes et il ne faut donc pas en abuser.

Lire la suite