Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.lesjardinsdalice.ch

dans le jardin

COQUELICOT : Beauté, bien-être et gourmandise

6 Juin 2019 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Beaute, #Bien-être, #En cuisine..., #Lotions & Co, #Produits "maison" et naturels, #Boissons sages, #Dans les champs, #Fleurs, #Gastro sauvage, #Gourmandises..., #Peau (Soins de la), #Plantes, #Dans le jardin, #Visage, #Soins du corps, #Été, #Bobologie

 

Gentil et sublime

 

Coquelicot

COQUELICOT : Beauté, bien-être et gourmandise
Parfait mélange d’éclat et de fragilité, et tellement beau à l’orée des champs de céréales ou dans le jardin, le coquelicot ou « pavot rouge », ne se contente pas d’y apporter ses touches écarlates et d’enchanter le regard : il offre aussi à celles qui veulent bien le cueillir de jolies et parfois délicieuses qualités…
Si vous trouvez un endroit bien sûr éloigné des bords de route, dans un champ non traité, c’est parfait ! Profitez de faire une belle cueillette, car vous apprécierez le coquelicot (Papaver rhoeas) aussi bien séché que frais.
Quant à ses graines, elles sont exfoliantes : n’hésitez donc pas à les garder pour un gommage !
Côté beauté, adoucissant et antirides, le coquelicot est très respectueux des peaux sèches. Il est aussi un bel allié dans la prévention et même le traitement des premières rides.
Avec cette simple lotion, celles qui aiment déjà les coquelicots vont franchement les adorer…       

 

  • Versez une petite poignée de pétales séchés de coquelicot dans une grosse tasse d'eau bouillante.
  •  Laissez infuser 10 minutes, puis filtrez.
  • Conservez-la au frigo, vous pourrez ainsi en profiter plus longtemps.
Plutôt envie d’une huile de beauté magnifique ?  
  • Déposez dans un récipient en verre une poignée de pétales de coquelicot séchés (ou une très grosse de pétales frais) et recouvrez de 500 ml d’huile d’amande douce.
  • Laissez reposer au moins 15 jours, filtrez, et mettez en flacons.
Gourmandise et bien-être…
Adoucissant et calmant, le coquelicot est fort apprécié en infusion, seul ou mélangé par exemple à de la mauve ( 1 à 2 cuillères à café de pétales séchés par tasse, 10 minutes d'infusion)  et en sirop pour apaiser la toux, mais aussi pour  lutter contre la nervosité et l’insomnie, à plus forte raison si cette dernière provient de quintes de toux… ainsi bien sûr que pour le plaisir.
  • Portez un demi-litre d’eau à ébullition, et déposez entre 300 et 400 g de pétales de coquelicot fraîchement cueillis. Tournez avec une cuillère en bois, jusqu’à ce que tous les pétales soient en contact avec l’eau.
  • Laissez infuser quelques heures, dans un récipient couvert.
  • Filtrez en pressant bien, pesez, et ajoutez le même poids en sucre.
  • Remettez chauffer à feu doux, retirez dès les premiers bouillons et versez dans une bouteille.
2 à 4 cuillerées de ce sirop par jour soulagent en cas de toux.
Il est évidemment aussi permis de rallonger avec de l’eau, juste pour en faire un délicieux sirop !
  • Si vous vous contentez de les infuser, les fleurs de coquelicot, appliquées en cataplasme chaud, soulagent les paupières enflammées.
  • La même utilisation est recommandée, sur la joue, en cas d’abcès dentaire.
Côté cuisine sauvage, les jeunes feuilles de coquelicot, croquantes, fines et juteuses, peuvent, entre autres, être dégustées en salade.

Merci à Leila Moullet et à Dom pour les photos !

(Billet repris du 9 juin 2017)

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Fleurs, mais aussi fruits, plantes... la saison bat son plein ! Vous avez envie de recettes naturelles, efficaces et sympas à préparer avec ce que vous avez dans votre jardin, sous la main ? C'est maintenant, et c'est par ici :

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

COQUELICOT : Beauté, bien-être et gourmandise COQUELICOT : Beauté, bien-être et gourmandise COQUELICOT : Beauté, bien-être et gourmandise
Lire la suite

Pissenlits : le bonheur est toujours dans le pré...

29 Mars 2019 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Bien-être, #Boissons sages, #Confitures, #Dans le jardin, #Dans le verger, #En cuisine..., #Fleurs, #Garder la forme, #Gastronomie sauvage, #Printemps..., #Bobologie, #Soins du corps

 

Tout est bon dans

 

 

la Dent-de-Lion !

 

 

Chic, revoilà la saison du pissenlit !

Le pissenlit est probablement la plante sauvage la plus récoltée. Très doué pour désencrasser l’organisme, que ce soit en infusion ou en décoction, mais aussi en salade ou en soupe, il se prête encore à bien d’autres préparations. Dont certaines fort utiles, et une au moins particulièrement gourmande...
 
Avant de partir dans les champs, une recommandation s’impose : quel que soit l’usage auquel vous les destinez, ramassez les feuilles et les fleurs de pissenlit le plus loin possible de la pollution, et rincez-les soigneusement !
 
Ceci dit, petit saut  maintenant dans notre enfance, à l’heure de la cueillette d’abord, et à celle du goûter ensuite… Comment obtenir ce magnifique miel de pissenlit couleur or que vous servait peut-être votre grand-mère ? Il y a différentes manières de procéder, dont cette recette qui devrait vous être utile d’ici très peu de temps :
  • Ramassez beaucoup de fleurs de pissenlit, détachez-les de leur tige, et laissez-les reposer, bien étalées, un après-midi au soleil ou une nuit dans un endroit abrité : c’est le temps nécessaire à ce que toutes ses petits habitants sortent d’eux-mêmes et s’en aillent…

     

  • Le lendemain, mettez les fleurs dans une bassine, avec une orange et deux citrons (non traités évidemment !) coupés en morceaux.
  • Recouvrez d’un peu d’eau, et faites cuire, d’abord à gros bouillon puis à feu doux, pendant une demi-heure.
  • Filtrez, en pressant bien les fleurs pour en retirer tout le suc.
  • Ajoutez selon vos goûts entre 1,1 et 1,3 kilo de sucre par kilo de jus ainsi obtenu.
  • Mettez à nouveau à cuire à feu doux, en remuant sans arrêt jusqu’à épaississement.
  • Mettez ensuite aussitôt en bocaux.
Tout le monde se régalera, mais en attendant faites de la cueillette un moment divertissant qui réunit petits et grands.
 
Côté sortie en famille, justement, pourquoi pas des sandwiches de pissenlit ?
  • Ramassez de jeunes feuilles, découpez-les en petits morceaux à la main, et arrosez-les d’un jus de citron. Ajoutez - ou pas - un peu de sel et de poivre.
  • Il ne reste plus qu’à beurrer un bon pain, de préférence complet, à garnir généreusement des feuilles de votre cueillette, à recouvrir et bien sûr… à déguster !
Restons gourmand encore un moment, le temps de rappeler que les fleurs, une fois revenues dans un peu d’huile, font ensuite merveille dans une omelette.
Traditionnellement, les feuilles de pissenlit, complétées d’ortie et de plantain étaient aussi utilisées pour faire des soupes. Si le cœur vous en dit, là aussi, c’est la saison !

 

 
 
Deux astuces bien-être
 
Saviez-vous que les tiges de pissenlit renferment un suc laiteux qui aurait la propriété de faire disparaître les verrues ? Il suffit pour cela de l'appliquer directement sur la ou les vilaines. Mais attention : cette substance serait par ailleurs toxique. Remède réservé aux adultes, donc !
 
Si votre souci, c’est plutôt que vous souffrez de rhumatismes là encore le pissenlit est votre ami. Et plutôt deux fois qu’une :
  • Versez 2 cuillerées à café de racines (en pharmacie) et de feuilles hachées de pissenlit dans un demi-litre d'eau froide, portez à ébullition, coupez le feu.
  • Laissez reposer encore 10 minutes, filtrez.
  • Buvez une tasse par jour de cette décoction, en cure de 2 ou 3 semaines.
La même décoction permet aussi de préparer un enveloppement qui, toujours en cas de rhumatismes, apporte un réel soulagement. Comment en profiter ?
  • Une fois la décoction de racines et de feuilles de pissenlit à peine tiédie, trempez-y un linge et posez ce dernier sur la zone douloureuse.
  • Recouvrez d'une serviette sèche et maintenez l’enveloppement entre 20 et 30 minutes.
Plaisir du palais ou besoin de se sentir mieux dans sa peau, en cure détox ou en salade de saison, feuilles, racines, tiges, boutons ou fleurs, décidément, tout est bon dans la dent-de-lion !
Pissenlits : le bonheur est toujours dans le pré...
Pissenlits : le bonheur est toujours dans le pré...
Pissenlits : le bonheur est toujours dans le pré...

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Une autre recette, avec une cueillette simplifiée de 366 fleurs et une consistance assurée grâce à l'agar-agar ? C'est par là :

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

Achillée millefeuile et cuisine sauvage

15 Mars 2019 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Dans le jardin, #Dans le verger, #Dans les champs, #En cuisine..., #Gourmandises..., #Printemps..., #Sans lait ni gluten, #Cueillette sauvage, #Gastronomie sauvage, #Dans la forêt, #Dans les Jardins Amis

 

Vous reprendrez bien un peu

 

 

d’Achillée Millefeuille ?

Achillée millefeuile et cuisine sauvage
Dans les légendes et la mythologie grecque, on l'appelle aussi l'herbe du guerrier. Et pour cause : elle était utilisée pour calmer les hémorragies et soigner les plaies causées par des blessures de guerre ! Achille, à qui elle doit son nom, connaissait, semble-t-il ses vertus !
 
Son effet calmant la rend fort utile en cas d'agitation, de troubles d'estomac, de migraine, de mal de dos, mais aussi de troubles circulatoires ou même de vertiges.
Un moyen simple de profiter de ses vertus est de la consommer en tisane, très efficace contre certains maux de tête :
  • Versez de l'eau bouillante sur une cuillère à café de feuilles sèches ou de fleurs d'achillée millefeuille, laissez infuser une minute et filtrez. 
  • Buvez jusqu'à 3 tasses bien chaudes par jour, par petites gorgées, entre les repas.
De nombreuses préparations, prêtes à l'emploi, pour le foie, la vésicule ou l'estomac, contiennent de l'achillée millefeuille.
Associée à d'autres plantes, elle permet aussi de soulager les rhumes et les grippes.
 
Précaution : l'achillée millefeuille est déconseillée pendant la grossesse !
Et puis pour notre plaisir l'achillée millefeuille  sait aussi se faire gourmande. La preuve, une nouvelle fois, avec Françoise Marmy, botaniste, animatrice de cours sur les plantes sauvages et créatrice de ces magnifiques plats…

 

 

Tartare à l’achillée millefeuille

 une recette de Françoise Marmy
De quoi avons-nous besoin ?
1 grosse poignée de feuilles d’achillée
1 c. à soupe de câpres
2-3 cornichons
1 petit oignon
tamari (sauce soja)
huile d’olive
1 c. à café de moutarde en grains
 
  • Hacher les feuilles d’achillée.
  • Hacher ensemble les câpres, les cornichons et l’oignon.
  • Mélanger avec l’achillée.
  • Ajouter la moutarde et l’huile pour rendre le mélange onctueux.
  • Assaisonner avec le tamari.
Ce tartare peut se servir sur un toast, une rondelle de courgette ou de concombre, sur une feuille d’endive ou farci dans une tomate cerise ou un champignon
 

Envie de suivre un ou plusieurs stages avec Françoise Marmy ?

 
Demandez le programme !
Découverte de la Cuisine sauvage à Massonnens les 24 avril et 18 mai.
Le cycle des 4 saisons, 4 demi-journées les mardis 16 avril, 14 mai, 4 juin et 10 sept.
2 week-end de Gastronomie Sauvage en Gruyère 25-26 mai et en Valais 15-16 juin.
Sans oublier les Apéros sauvages du 5 juin...

 

Plus ? C'est par là :

Achillée millefeuile et cuisine sauvage
Achillée millefeuile et cuisine sauvage
Achillée millefeuile et cuisine sauvage

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

Epinard du Caucase - Côté jardin

22 Février 2019 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice. Invitée : Cosette Publié dans #Dans le jardin, #Dans les Jardins Amis, #En cuisine..., #Plantes, #Gastronomie sauvage, #Printemps, #Légumes

 

Côté Jardin… connaissez-vous

 

 

l’Epinard du Caucase ?

 

 
Il a plusieurs noms : épinard vivace grimpant, épinard perpétuel, Habitzia, épinard de Scandinavie, et bien sûr épinard du Caucase. C’est une plante qui pousse dans les forêts d’épicéas et de hêtres en grimpant sur ceux-ci, aux bords des rivières et à flanc de ravin où ils retombent en cascade dans un milieu sombre et humide, dans le Caucase et au Nord-est de la Turquie, entre l’Europe et l’Asie.
 
Il a d’abord été introduit comme plante ornementale dans les jardins des pays du Nord (Finlande, Suède, Norvège) pour son beau feuillage ornemental au 19ème siècle, avant d’être consommé comme légume, puis il est tellement tombé dans l’oubli qu’il a failli disparaître.
 
Comment l’utiliser en cuisine ?

Ce légume est une alternative à l’asperge et a l’épinard :
  • Les jeunes pousses de 5 à 10 cm se mangent comme les asperges, cuites à la vapeur, en omelette ou encore comme les jeunes tiges en salade, crues ou cuites.  
  • Viennent ensuite les feuilles : à déguster crues lorsqu’elles sont jeunes, puis cuites quand elles deviennent plus matures, comme les épinards, sautées, ajoutée aux plats, ou encore en soupe.
Pourquoi je te conseille de le mettre dans ton jardin ?

Tu ne pourras pas le récolter la première année, voire pendant 2 ans si nécessaire, car il faut lui laisser le temps de bien s’implanter. Mais alors ensuite ce merveilleux légume restera en place entre 20 et 50 ans !
C’est l'une des premières verdures du printemps car l’épinard du Caucase est très hâtif, il pousse même sous les dernières neiges du fait qu’il est très rustique, car il résiste à environ -39°C.

Ses lianes peuvent pousser jusqu’à 3 m en 5 semaines, et quand ta plante aura entre 2 et 3 ans tu pourras récolter 2 à 3 fois les jeunes pousses, ainsi qu’ensuite les feuilles sur les lianes pendant toute la belle saison en laissant le bourgeon terminal Tu peux aussi laisser quelques lianes intactes afin qu’elle puisse continuer à prospérer. Plus ta plante vieillira, plus tu pourras en récolter : sur une plante de 8 à 9 ans tu pourras récolter une centaine de pousses.
Après les premières gelées, la plante disparaîtra en nourrissant le sol sur lequel elle se trouve, et redémarrera au printemps suivant.
Tu peux aussi l’installer comme plante ornementale, car avec ses feuilles luxuriantes en forme de cœur et ses lianes volubiles l’épinard du Caucase est très décoratif. Et il fleurit en multitude de petites fleurs vert clair.
 
Où l’installer ?

C’est une plante qui a tout bon dans un jardin en permaculture ou pour la forêt jardin par exemple sur un arbre fruitier, un vieux buisson mort ou sur un vieux tronc, mais aussi sur tout support pour plante grimpante. L’épinard du Caucase permet d’utiliser la verticalité, comme toute plante grimpante, mais aussi l’horizontalité en couvre-sol.
 
Pour les personnes qui ont une terrasse ou un balcon c’est aussi facile de le cultiver car il pousse très bien dans un gros pot avec un treillis contre une façade ou en suspension comme plante retombante.
 
L’épinard du Caucase se plaît en situation mi-ombragée et ombragée, mais supporte aussi le soleil. Le mieux, c’est que la souche ait du soleil au printemps pour une bonne croissance de ses pousses. Un endroit lumineux lui suffit, ce qui en fait une plante bien pratique dans les petits jardins urbains, car souvent les bâtiments autour font beaucoup d’ombre.
 
Comment le cultiver ?
 
  • Sème ses petites graines de 1,5 mm en octobre ou pendant l’hiver en laissant la nature faire ou sème-les dans une barquette, en les recouvrant d’environ 1 mm de terre.
  • Humidifie bien, mets la barquette dans un sac plastique, et place ensuite ce dernier dans un congélateur environ 1 semaine puis quelques jours au frigo.
  • Il sera temps ensuite de la sortir et de planter les jeunes plants en godet avant de les mettre en place, à 1 ou 2 m de distance.
Attention aux limaces au stade de pousses ! Plus rien à craindre en revanche une fois qu’elles auront atteint 15 cm.
 
En conclusion

L’épinard du Caucase est une alternative à l’asperge et à l’épinard, tout en étant un légume perpétuel facile et sans entretien. La seule difficulté est de trouver des plants et des semences, car il ne fait pas partie des classiques au potager.
 
oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo
 
Qui est notre invitée, Cosette ?
J’ai toujours été passionnée par la nature et tout ce qu’elle peut nous offrir, et surtout par le monde végétal car il y a tellement de plantes qui prennent soin de nous que ce soit pour nous nourrir, nous soigner, nous embellir, nous habiller, créer ou pour le plaisir des yeux et de l’odorat…. Sur mon blog je te présente chaque semaine une nouvelle plante connue ou moins connue pour ton jardin ou ton balcon en permaculture. Dans la vie de tous les jours je crée des Designs de jardin en Permaculture sur mesure pour tous les espaces et je donne des conseils pour chaque jardin naturel. Prochainement il y aura aussi des semences et des plants créés de façons naturelles. Viens donc me rendre visite sur mon blog pour en découvrir plus !

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

CONFI POMMES-GINGEMBRE : du bonheur en pots !

9 Novembre 2018 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Automne, #Bonheurs, #Confitures, #Dans le verger, #Epices, #En cuisine..., #Fruits, #Gourmandises..., #Libido, #Forme, #Bien-être, #Dans le jardin, #Tonus

 

Confiture Pommes - Gingembre ?

Du bonheur en pots !

Les pommes, c’est bon pour tout, et ma foi… le gingembre aussi ! Le mariage des deux ne pouvait donc qu’être un mariage heureux. Un vrai petit bonheur en pots, autant pour la forme que pour les papilles. On y va ?
Pour 6 pots de cette délicieuse marmelade, il vous faut :
1,5 kg de pommes
1,5 kg de sucre
70 g de gingembre en lamelles et petits morceaux
125 ml d’eau
+ un gros jus de citron pour les pommes
  • Epluchez et coupez d’abord les pommes en petits morceaux, et arrosez-les d’un généreux jus de citron.
  • Préparez ensuite un sirop épais, avec le sucre, l’eau et le gingembre, et laissez cuire à feu doux une vingtaine de minutes.
  • Ajoutez les pommes, montez la chaleur à feu moyen, écumez, et prolongez la cuisson 40 minutes environ.
Il n’y a plus qu’à mettre en pots … et à faire des tas de gourmands heureux !
De quoi profiter de manière très gourmande du pommier à pommes, même lorsque le  froid sera venu…
De quoi profiter de manière très gourmande du pommier à pommes, même lorsque le  froid sera venu…
De quoi profiter de manière très gourmande du pommier à pommes, même lorsque le  froid sera venu…

De quoi profiter de manière très gourmande du pommier à pommes, même lorsque le froid sera venu…

À propos du gingembre…
Qui ne connaît pas cette épice indispensable à la cuisine indienne ou asiatique ! Le gingembre est également l’un des remèdes naturels les plus appréciés dans le monde. Dans des temps reculés, on pensait même qu’il venait du jardin d’Eden…
Son gros rhizome charnu, à la saveur chaude et piquante, porte des tiges dressées, garnies de feuilles longues et étroites et de fleurs irrégulières qui marient le jaune vert et le rouge.
Originaire d’Asie, de l’Inde à la Malaisie, il a séduit doucement mais sûrement l’Europe à partir du 9e siècle. Couramment utilisé en cuisine dès le Moyen Âge, il fut ensuite délaissé au profit du poivre. Mais ce n’était que pour mieux revenir sur le devant de la scène, pardon de la table, ensuite…

Autrefois considéré comme capable de protéger contre la peste, il a de tout temps été auréolé de pouvoirs aphrodisiaques. Ses propriétés thérapeutiques sont nombreuses : antiseptique, anti-inflammatoire, il est aussi fort apprécié pour soigner les troubles digestifs, soulager les troubles respiratoires simples et stimuler la circulation. Il améliore particulièrement la circulation capillaire et élève la tension artérielle, d’où probablement sa fameuse réputation d’aphrodisiaque !
Bon, peut-être pas en innocente marmelade… mais vous voilà tout de même prévenu(e)s !
De saison : pensez à jeter un coup d'oeil au miel de gingembre ! C'est juste en-dessous ou par ici :
CONFI POMMES-GINGEMBRE : du bonheur en pots !CONFI POMMES-GINGEMBRE : du bonheur en pots !CONFI POMMES-GINGEMBRE : du bonheur en pots !
Lire la suite

Magique (pour votre peau), le basilic ?

28 Septembre 2018 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Beaute, #Basilic, #Hiver, #Lotions & Co, #Plantes Aromatiques, #Peau (Soins de la), #Produits "maison" et naturels, #Soins du corps, #Visage, #12 mois par an !, #Boissons sages, #Plantes, #Dans le jardin, #Phyto

 

Magique, le Basilic ?

Si vous avez eu la bonne idée de garder du basilic à l'intérieur...

Si vous avez eu la bonne idée de garder quelques pots de basilic au chaud, devant une fenêtre, alors vous savez qu'avec un peu de chance vos plants passeront très bien l'hiver. C'est aussi le moment d'une petite récolte pour aider votre peau, elle aussi, à traverser les mois en "r" avec un confort maximal...
Dans l'Antiquité, le basilic, celui-là même qui apporte une touche si estivale à vos salades, était considéré comme une plante aux pouvoirs magiques. Il était notamment utilisé pour préparer un élixir d'amour… Vous l’apprécierez surtout pour ses propriétés à la fois toniques et anti-rides.
Votre peau, à plus forte raison si elle est sèche ou sensible, ne demande elle aussi qu’à s’en régaler.
Comment ?
Le basilic permet en effet de préparer en deux temps trois mouvements une huile adoucissante et joliment tonifiante.
- Recouvrez 2 cuillères à soupe de feuilles fraîches de basilic d’huile de macadamia ou d’huile d’amande douce.
- Laissez macérer 5 jours, filtrez, et appliquez sur le visage et sur le cou chaque fois que votre peau a besoin d’être régalée.
Si ce soin est destiné de votre visage, préférez l’huile de jojoba, tellement plus fine. Un seul inconvénient : elle est beaucoup plus chère aussi…
Pour le corps, l’huile d’amande douce convient très bien.
Et encore ?
Pensez aussi à l’infusion de feuilles fraîches de basilic : elle soulage certains maux de tête ainsi que les tensions nerveuses et le stress. Prise après un repas, elle favorise la digestion.
Cette idée vous plaît ? Retrouvez-en plein d'autres, pour votre visage, mais aussi votre corps, vos cheveux et, mais oui... même votre homme ! C'est par là : 
Magique (pour votre peau), le basilic ?Magique (pour votre peau), le basilic ?Magique (pour votre peau), le basilic ?

 OoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

CAPUCINES : PLAISIR DU PALAIS... ET DES CHEVEUX !

21 Août 2018 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Beaute, #Bonheurs, #Cheveux (Soins des), #Dans le jardin, #Éte, #En cuisine..., #Fleurs, #Gastro sauvage, #Produits "maison" et naturels, #Tonus, #Lotions & Co, #Gourmandises..., #Plantes, #Pour Eux

Irrésistibles Capucines...

 

 Tonus et joie plein les jardins !

Vous avez eu la bonne idée de faire une place aux joyeuses capucines dans votre jardin ? Vous ne pourrez que vous en féliciter, et pas seulement pour le plaisir des yeux. Réputée pour augmenter les résistances de l’organisme, grâce à sa forte teneur en vitamine C lorsqu’elle est consommée en infusion ou en jus, cette ravissante petite fleur est, côté beauté, surtout l’amie de vos cheveux.
Si les vôtres sont abîmés, ternes ou cassants, à vous cette lotion tonifiante :
- Portez simplement à ébullition 2 petites poignées de feuilles, grossièrement coupées, dans un litre d’eau, laissez cuire une vingtaine de minutes.
- Filtrez, et appliquez, tiède ou froid, après votre shampoing : voilà déjà une très bonne lotion !
Pour venir encore mieux à votre secours, s’il le faut la capucine sait aussi se transformer en masque. Comment procéder ? Avec elle, tout est simple :
- Passez pour cela une ou deux grosses poignées de capucine, fleurs et feuilles, au mixer, appliquez la bouillie obtenue sur le cuir chevelu et massez délicatement.
- Laissez agir un instant, puis rincez et lavez-vous soigneusement les cheveux.
Vous perdez les vôtres ? Essayez plutôt :
- Versez l’équivalent d’une poignée de feuilles, de fleurs et de graines de capucine dans un demi-litre d’alcool à 60°, laissez reposer au moins une nuit et filtrez.
- Frictionnez chaque jour le cuir chevelu avec cette macération.

Plus rien à voir avec les cheveux...

Juste avec le plaisir !

La capucine, cette jolie fleur qui répand ses joyeux orangés et enchante le regard tout l’été, est vraiment à croquer… dans tous les sens du terme ! En plus de regorger de vitamine C, elle sait régaler les gourmands et les curieux de saveurs sauvages…
Si vous avez des capucines dans votre jardin ou sur votre balcon, essayez plutôt : les feuilles vont très bien en salades, par exemple avec de la rucola et des petits dés de fromage de chèvre, et réservez quelques fleurs pour les décorer. Très agréable à l’œil et au palais !
Sympa aussi, un gratin de feuilles et de champignons, avec la sauce de votre choix.
Son utilisation la plus simple ? Si vous passez la journée dans la nature, préparez des sandwiches avec du pain complet, du beurre et des feuilles de capucine. Apprécierez au passage leur odeur de poivre !
Tout se mange, dans cette jolie fleur orange : ses feuilles, ses pétales frais, et même ses graines : finement hachées, apprécierez-les en assaisonnement sur différents mets.
Quant aux pétales de fleurs fraîches, ils sont bien sûr du plus joli effet sur certains desserts.
Il ne vous reste qu'à goûter, à apprécier et à improviser !
CAPUCINES : PLAISIR DU PALAIS... ET DES CHEVEUX !CAPUCINES : PLAISIR DU PALAIS... ET DES CHEVEUX !CAPUCINES : PLAISIR DU PALAIS... ET DES CHEVEUX !

Soins pour les cheveux et autres recettes de beauté au naturel, si le coeur vous en dit, retrouvez-les là www.lesjardinsdalice.ch/livres

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

MONARDE : une variante pour la vie en rose !

10 Août 2018 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #En cuisine..., #Boissons sages, #Bien-être, #Cheveux (Soins des), #Fleurs, #Gastro sauvage, #Peau (Soins de la), #Plantes, #Éte, #Dans le jardin, #Phyto, #Sirops, #Bobologie, #Gourmandises...

 

Avec la Monarde…

 

 

Une autre façon de voir la vie en rose

MONARDE : une variante pour la vie en rose !
À la fois plante médicinale et boisson prisée des Indiens d’Amérique, avec son look hirsute et « mal peigné» chez nous elle passerait vite pour la petite folle des jardins ! Connue aussi sous le nom de thé des Indiens, thé d'Oswego ou encore thé de Pennsylvanie, la monarde (Monarda didyma de la famille des Lamiacées) offre, en plus du plaisir des yeux, un sirop fort sympathique…
 
Les fleurs et les feuilles séchées de la monarde sont appréciées en tisanes aussi bien pour stimuler l’appétit que pour leurs propriétés digestives. Efficaces pour soulager les bronchites chroniques, elles ont également des qualités fébrifuges. Ballonnements, flatulences, nausées ou insomnies ? Pensez à elle en infusion !
 
Utilisée traditionnellement en gargarismes pour soigner les infections de la bouche et les gingivites, en usage externe la monarde contribue aussi à guérir les petites blessures. Chez les Amérindiens, les feuilles macérées dans de l’huile servaient au soin des cheveux… probablement en masque capillaire avant de les laver !
 
Quant à l’huile essentielle extraite de la monarde, elle est antibactérienne, antifongique et antivirale. Entre autres ! Considérée comme un bon rééquilibrant nerveux, elle agit, côté beauté, comme un régénérant cutané. Pour profiter de ses qualités sans prendre de risque,  comme toujours avec les huiles essentielles l’avis personnalisé d’un aromathérapeute compétent s’impose !
 
 
Se lancer dans la préparation d’un sirop de monarde, aux subtils petits goûts épicés, est en revanche à la portée de chacun-chacune !
  • Versez 350 g de sucre dans un saladier ou un grand pot.
  • Ajoutez 24 ou 25 feuilles ainsi que quelques pétales de monarde fraîchement cueillis.
  • Complétez avec le jus de deux citrons bio.
 Parallèlement, faites bouillir
  • 3,5 dl d’eau et versez-les sur les autres ingrédients.
 Couvrez, et laissez reposer jusqu’au lendemain. Il ne reste ensuite qu’à filtrer et à mettre en bouteille.
 
J’ai commencé par préparer un sirop avec du sucre brun, mais pour le plaisir de la couleur, j’ai refait aussitôt avec du sucre blanc. Plus foncé ou plus clair… à vous de voir !
 
Sur la lancée, je n’ai pas résisté à mon petit péché mignon de ces derniers temps : décliner une petite gelée sur la même base. Résultat : une touche d’un rose délicat qui fait tout simplement merveille sur une coupe de petits fruits, cassis, myrtilles ou mélange…
Enfin, pour une boisson pas trop sucrée mais bien colorée, versez dans un grand pot 1 ou 2 pincées de feuilles et pétales de monarde, autant de karkadé et quelques pelures de pommes rouges séchées. Sucrez comme vous aimez, et servez chaud ou glacé, avec ou sans rondelles de citron. Succès et plaisir assurés !
 
En cuisine toujours, les feuilles fraîches et ciselées de la monarde se marient parfaitement avec salades et crudités. Idem bien sûr avec les pétales de fleurs, aussi décoratifs sur des canapés que sur un dessert !

 

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

MONARDE : une variante pour la vie en rose !MONARDE : une variante pour la vie en rose !MONARDE : une variante pour la vie en rose !

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

MENTHE : BESOIN URGENT DE SE RAFRAÎCHIR ?

5 Août 2018 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Bien-être, #Boissons sages, #Cool... relax !, #Éte, #Forme, #Menthe, #Plantes, #Sirops, #Tonus, #Dans le jardin

En guise de petit rappel...

 

Fraîcheur Menthe !

 
 
Il fait de plus en plus chaud, toutes les astuces pour retrouver un peu de fraîcheur sont bienvenues. En ce moment, il en faut presque une chaque jour !
Les sirops de menthe et leurs fantaisies, tels que proposés tout au long des balades dans les Jardins d’Alice, c’est bien, c’est bon et ça aide. Là ce matin, un petit plus s’imposait : le délicieux sirop de multi-menthes, oui, mais complété par le jus d’un citron vert. Ah... que ça fait du bien !
Pour l’anecdote, trois photos plus loin, on ne reconnaissait même pas la menthe de l’image : vraiment raplapla !
Un seul moyen de ne pas en faire autant : buvez et restez au frais, et à votre santé !
À défaut de sirop sous la main...
- Versez un nuage d’hydrolat de menthe poivrée dans un grand verre , allongez avec de l'eau, glaçons facultatif : incroyablement frais, et pour un bon moment !
Plein d’autres bonnes suggestions ici :

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

LAVANDE : Variations autour d’un thème de saison

6 Juillet 2018 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Boissons sages, #Beaute, #Bien-être, #Dans les champs, #Dans le jardin, #Éte, #Fleurs, #Gourmandises..., #Sirops, #Lavande, #Bobologie, #Lotions & Co, #Peau (Soins de la)

Variations de saison autour de

 

la douce Lavande

La lavande, on ne s’en lasse pas ! En plus de son parfum rafraîchissant, elle nous fait du bien. Si vous en avez plein votre jardin, déclinez sans compter les nombreuses qualités de cette belle et douce plante...
Petit rappel pour bénéficier de ses vertus calmantes, antispasmodiques, antiseptiques, diurétiques, analgésiques ou simplement… pour le plaisir :
- Préparez une infusion avec 25 g de fleurs par litre d’eau, et buvez jusqu’à 3 tasses par jour.
Plus glamour en sirop ?
Si jolie, en champs ou en bosquets, la lavande se révèle non seulement bienfaisante, sous de nombreuses formes, mais aussi délicieuse. Essayez plutôt ce petit sirop sans prétention, aussi parfumé que rafraîchissant…
- Cueillez une trentaine de brins de lavande, de préférence le matin, et en veillant bien sûr à ne pas contrarier les abeilles…
- Versez 5 dl d’eau et 500 g de sucre dans une casserole , mélangez puis ajoutez la lavande.
- Portez à ébullition en remuant sans cesse et laissez ensuite cuire doucement une dizaine de minutes.
- Retirez du feu, laissez reposer entre 24 et 48 heures, filtrez et mettez en bouteilles.
Délicieux évidemment par temps chaud, avec une rondelle de citron ! Ce sirop rafraîchissant a aussi un petit effet détente qui vous met tout de suite le cœur en vacances...
Il fait soudain frisquet dans votre contrée ? Versez du sirop de lavande dans une tasse, complétez avec de l’eau chaude (oui, oui, comme pour une tisane), et éventuellement avec une branche de thym : vous m’en direz des nouvelles !
À apprécier aussi pour napper une glace à la vanille, ou alors en petite touche dans une salade de fruits …
Tout comme d'ailleurs le sucre à la lavande :

- Pendant votre cueillette, pensez à garder quelques brins et à les défaire dans un petit bocal de sucre.
- Laissez reposer 2 à 3 semaines, puis passez.
Ce sucre à la lavande se révèle extra pour parfumer délicatement une crème, une tarte, un dessert, un simple yoghourt nature ou… tout ce que vous voulez. À une condition, bien sûr : ne pas en abuser !

 

La beauté cool...

Une simple infusion de lavande, refroidie et filtrée, puis gardée au réfrigérateur, se transforme déjà en lotion plaisir.
Quant au corps, il mérite lui aussi d’être régulièrement débarrassé de ses cellules mortes et autres impuretés. Un gommage régulier stimule le renouvellement cellulaire tout en redonnant ou en préservant à la peau sa fermeté. Le plus simple, avec presque rien ?
- Pour à la fois adoucir et parfumer la peau, ajoutez un peu de lavande séchée à une poignée de sel marin. Appliquez sur votre peau humide et massez légèrement en faisant de petits cercles.
- Rincez soigneusement à l'eau tiède, et enchaînez ensuite avec votre douche matinale.
Pensez aussi à de merveilleux bains de lavande : préparés avec une décoction de fleurs, longuement infusées, ils sont relaxants et équilibrants, et conviennent aussi bien aux petits qu’aux grands.
On peut faire tellement de choses avec la lavande ! Mettez-en à sécher, d’autres suggestions arrivent bientôt….
En attendant, si vous voulez préparer un superbe vinaigre de lavande (pour vos soins, beauté ou autre), c’est par ici :
LAVANDE : Variations autour d’un thème de saison LAVANDE : Variations autour d’un thème de saison LAVANDE : Variations autour d’un thème de saison
Et puis, profitez aussi de l'été pour jouer aux magiciennes en herbes, pour préparer lotions et autres soins de beauté 100 % naturels... ça, c'est par là :

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>