Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.lesjardinsdalice.ch

en cuisine...

Autour de l'arbousier -

25 Janvier 2019 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Bonheurs, #Confitures, #En cuisine..., #Fruits, #Gourmandises..., #Hiver, #Plantes, #Des idées et des Hommes, #Gastronomie Sauvage

 

Les secrets d’un cueilleur de plantes…

 

 

L’Arbousier

 

Autour de l'arbousier -
Amateurs de cueillette sauvage, vous et moi allons nous régaler ! Au propre comme au figuré d’ailleurs. Et même si nous sommes encore dans les mois en « r », pas question de se priver… il y a toujours de quoi faire !
 
Ethnobotaniste bien connu, véritable « pape de la cueillette sauvage » puisque c’est lui qui en a ouvert le chemin, François Couplan ne s’arrête jamais.
Insatiable, curieux, intarissable et contagieux, il nous offre maintenant un fruit qu’il a fait mûrir pendant plusieurs années : Plantes sauvages comestibles, un pavé qui va vite se révéler incontournable pour les apprentis cueilleurs.  
 
Sous-titré Cueillir la nature parmi les prés et les bois, ce magnifique ouvrage fait la synthèse de toutes les découvertes de son auteur. Et comme ce dernier a depuis près de 50 ans (c’est lui qui le dit, pas moi !) à cœur de mieux faire connaître les plantes sauvages du monde, autant dire qu’elles sont nombreuses ! Plus de 400 pages à déguster, dans toutes les régions, au fil des saisons !
 
Chaque plante a droit à sa photo, son portrait, ses qualités dans l’assiette  et bien sûr… sa recette, elle aussi illustrée ! Un exemple ?
 
Marmelade d’arbouses
 
Dans tous les pays du pourtour méditerranéen, la confiture d’arbouses est – à part la distillation… – le meilleur moyen que l’on ait trouvé de mettre à profit les « fraises du maquis » que l’arbuste produit en abondance vers la fin de l’automne.
 
Ingrédients
• 1 kg d’arbouses bien mûres
• 10 cl d’eau
• 850 g de sucre
 
1. Faites éclater les fruits en les faisant cuire environ 20 min dans un fond d'eau, puis passez- les au moulin à légumes pour retirer les innombrables grains que contient la pulpe.
 
2. Ajoutez le sucre et mettez à recuire en remuant énergiquement car la marmelade est épaisse : attention à ne pas la faire brûler !
 
3. Dès qu’elle a atteint la consistance voulue, mettez-la en pots.

 

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

L’arbousier dans l’assiette
Les fruits, nommés « arbouses », sont aromatiques et sucrés, mais leur pulpe contient de nombreuses petites concrétions, comme certaines poires. Ils sont bons crus, meilleurs avant maturité totale quand ils sont encore orange. Il ne faut toutefois pas en abuser car ils deviennent assez vite écœurants : l’épithète provient du latin unum edo, « je n’en mange qu’une »… S’ils sont cuits, le problème ne se pose plus. On en fait des compotes et des confitures.
En Espagne, ils servent à préparer des sorbets et on en distille une eau- de- vie après fermentation. Les arbouses étaient déjà consommées dans l’Antiquité.
 
Précautions d'emploi 
Aucune précaution d’emploi particulière n’est requise avec les arbouses, si ce n’est de ne pas en abuser à l’état cru.
 
Composition
Les arbouses renferment une importante proportion de sucres simples et de l’acide malique. Les graines contiennent une huile grasse. Les feuilles sont riches en tanin et en un glucoside, l’arbutoside.
 
Vertus médicinales
Les feuilles sont astringentes, diurétiques et antiseptiques des voies urinaires comme celles de la busserole (Arctostaphylos uva- ursi).
 
Le livre : François Couplan, Plantes sauvages comestibles, Larousse.
 
Merci à François pour ce superbe ouvrage, à Larousse pour l'autorisation de reproduire, et à Pixabay pour la photo d’ouverture !

 

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

 

Plus sur l'auteur ? Par ici :

Ou encore ici, sous "Alimentation" :

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

Cadeaux maison - La Vanille dans tous ses états

7 Décembre 2018 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #12 mois par an !, #Beaute, #Bien-être, #Boissons sages, #Coups de Coeur, #En cuisine..., #Epices, #Fêtes, #Gourmandises..., #Hiver, #Parfums & Co, #Peau (Soins de la), #Plantes, #Produits "maison" et naturels, #Soins du corps, #Idées Cadeaux

 

Vanille en folie

 

 

Cadeaux maison - La Vanille dans tous ses états
La préférez-vous en soin voluptueux, en astuce gourmande, en boisson coquine ou dans un punch revisité pour petits et grands ?
La vanille se déguste, se savoure, s’apprécie autant en bouche qu’olfactivement, et inversement. Elle se partage, s’offre, et se prête à mille fantaisies. En voici 4 pour parfumer et embellir la fin de l’année et préparer de petits cadeaux tantôt gourmands, tantôt coquins : à vous de choisir !
 
Lorsque l’on parle d’elle, c’est souvent en cuisine, mais là, commençons par un petit détour…
La vanille sait aussi se faire très sensuelle. Si elle entre souvent dans la création de parfums, elle sait également se transformer en véritable huile de beauté, aussi douée pour protéger que pour parfumer la peau.
Comment la préparer ?
  • Ouvrez deux gousses de vanille bourbon de Madagascar dans le sens de la longueur, coupez-les en petits morceaux que vous placerez dans un bocal.
  • Recouvrez de 200 ml d’huile de sésame et laissez reposer 3 semaines.
  • Retirez ou non les morceaux de vanille, comme vous voulez, mais c’est prêt, il ne reste plus qu’à transvaser dans un joli flacon et à offrir (ou à garder !).
Pourquoi cette huile de beauté est « top » ?
La vanille a des qualités purifiantes et adoucissantes, certains disent même stimulantes et aphrodisiaques…
Quant à l’huile de sésame, riche en lécithine et en vitamine E, elle possède des propriétés protectrices et régénérantes.  Elle pénètre si bien dans l’épiderme qu’elle est parfaite en huile de massage.
Ensemble, elles se transforment en une huile de beauté à la fois réconfortante et voluptueuse. Un petit cadeau vraiment sympa si votre sœur ou votre meilleure amie aime cette fragrance !
 
Côté cuisine maintenant…
 
Pour toutes celles et ceux qui aiment son goût et son odeur, voici une astuce simplissime pour rendre les plaisirs épicuriens tout simplement irrésistibles …
  • Remplissez une jolie bouteille d’huile d’olive vierge, glissez-y une, deux ou trois gousses de vanille bourbon de Madagascar, que vous aurez préalablement fendues et grattées.
  • Laissez macérer 3 semaines dans l’obscurité, avant d’apprécier…
Une petite huile aromatisée toute simple mais aux grands effets, facile à offrir telle quelle ou à glisser dans un petit panier garni !
Comment  l’apprécier ? Dans la pâtisserie, cakes et autres desserts, évidemment, mais n’hésitez pas à en ajouter un trait dans une sauce à salade, une purée de pommes de terre ou alors une écrasée de courge.
L’astuce : lorsque vous gratterez de prochaines gousses de vanille, ne les jetez plus : ajoutez-les au fur et à mesure à votre petit flacon d’huile aromatisé, sans oublier bien sûr de le rallonger aussi d’huile.
 
En coquine version « philtre d’amour »…
 
La vanille, cette merveille odorante est originaire du Mexique, et les Aztèques déjà en raffolaient. Comble de la gourmandise, ils en parfumaient même leur cacao !
Un  philtre d’amour  circulerait d'ailleurs toujours. Le voici dans sa version la plus simple :
  • Placez deux gousses de vanille fendues sur la longueur, un ou deux bâtons de cannelle, 1 ou 2 clous de girofle et 2 gousses de cardamome dans un litre de lait ou de lait d'amande si vous préférez, laissez chauffer 10 minutes, puis retirez les épices.
  • Ajoutez ensuite 2 cuillères à soupe de cacao pur, 2 de miel liquide, et 2 de sucre roux, remuez bien.
  • Facultatif, pour un chocolat plus corsé à déguster à deux : une pincée de poivre de Cayenne, une pincée de sel et un petit verre de rhum.
  • À moins que vous ne préfériez un peu de gingembre en poudre et une grosse cuillère de crème fraîche…

     

Pour faire un petit plaisir à une/e ami/e : pensez à la présentation en mini bocal, toujours très appréciée. Glissez cacao et épices à l’intérieur, assortissez d’un billet personnalisé sur lequel vous aurez noté ce qu’il faut rajouter ainsi que bien sûr la recette, et le tour est joué !
 
... ou punch très sage !
 
Entre amis, pour petits et grands, pourquoi pas un punch revisité, sans alcool mais très parfumé, qui apportera lui aussi sa petite touche festive et rafraîchissante aux soirées de fin d’année ?
Choisissez votre base :
  • Jus d’ananas et jus d’orange, ou jus de canneberge et jus d’orange, ou encore jus d’ananas et de pamplemousse rose par exemple (quantité selon le nombre d’invités).
  • Pour un punch un peu pétillant, ajoutez un peu d’eau minérale ou de limonade : goûtez pour ajuster les quantités.
  • Et pour la couleur, pourquoi pas un petit verre de sirop de grenadine ?
  • À cette base, ajoutez du sucre brun, et des fruits frais coupés en petits morceaux : pommes, poires, citrons jaunes et verts, oranges, ananas…
  • Sans oublier bien sûr quelques morceaux de bâton de vanille !
  • Versez le tout dans un grand saladier, mélangez bien et laissez reposer au frais au moins une heure.
  • N’oubliez pas les glaçons, sagement blancs ou à la grenadine, avant de servir !

 La photo d'ouverture est de bineshap, pour Pixabay : Merci smiley

 

 oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Cadeaux maison - La Vanille dans tous ses étatsCadeaux maison - La Vanille dans tous ses étatsCadeaux maison - La Vanille dans tous ses états

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Promenez-vous à travers les Jardins d'Alice : vous y trouverez plein d'autres idées de petits cadeaux "maison" à se faire entre amis ! Par exemple...

Les livres aussi font de bien jolis cadeaux, à plus forte raison lorsqu'ils vous proposent 365 jours de bien-être... ça, c'est par là wink:

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

CONFI POMMES-GINGEMBRE : du bonheur en pots !

9 Novembre 2018 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Automne, #Bonheurs, #Confitures, #Dans le verger, #Epices, #En cuisine..., #Fruits, #Gourmandises..., #Libido, #Forme, #Bien-être, #Dans le jardin, #Tonus

 

Confiture Pommes - Gingembre ?

Du bonheur en pots !

Les pommes, c’est bon pour tout, et ma foi… le gingembre aussi ! Le mariage des deux ne pouvait donc qu’être un mariage heureux. Un vrai petit bonheur en pots, autant pour la forme que pour les papilles. On y va ?
Pour 6 pots de cette délicieuse marmelade, il vous faut :
1,5 kg de pommes
1,5 kg de sucre
70 g de gingembre en lamelles et petits morceaux
125 ml d’eau
+ un gros jus de citron pour les pommes
  • Epluchez et coupez d’abord les pommes en petits morceaux, et arrosez-les d’un généreux jus de citron.
  • Préparez ensuite un sirop épais, avec le sucre, l’eau et le gingembre, et laissez cuire à feu doux une vingtaine de minutes.
  • Ajoutez les pommes, montez la chaleur à feu moyen, écumez, et prolongez la cuisson 40 minutes environ.
Il n’y a plus qu’à mettre en pots … et à faire des tas de gourmands heureux !
De quoi profiter de manière très gourmande du pommier à pommes, même lorsque le  froid sera venu…
De quoi profiter de manière très gourmande du pommier à pommes, même lorsque le  froid sera venu…
De quoi profiter de manière très gourmande du pommier à pommes, même lorsque le  froid sera venu…

De quoi profiter de manière très gourmande du pommier à pommes, même lorsque le froid sera venu…

À propos du gingembre…
Qui ne connaît pas cette épice indispensable à la cuisine indienne ou asiatique ! Le gingembre est également l’un des remèdes naturels les plus appréciés dans le monde. Dans des temps reculés, on pensait même qu’il venait du jardin d’Eden…
Son gros rhizome charnu, à la saveur chaude et piquante, porte des tiges dressées, garnies de feuilles longues et étroites et de fleurs irrégulières qui marient le jaune vert et le rouge.
Originaire d’Asie, de l’Inde à la Malaisie, il a séduit doucement mais sûrement l’Europe à partir du 9e siècle. Couramment utilisé en cuisine dès le Moyen Âge, il fut ensuite délaissé au profit du poivre. Mais ce n’était que pour mieux revenir sur le devant de la scène, pardon de la table, ensuite…

Autrefois considéré comme capable de protéger contre la peste, il a de tout temps été auréolé de pouvoirs aphrodisiaques. Ses propriétés thérapeutiques sont nombreuses : antiseptique, anti-inflammatoire, il est aussi fort apprécié pour soigner les troubles digestifs, soulager les troubles respiratoires simples et stimuler la circulation. Il améliore particulièrement la circulation capillaire et élève la tension artérielle, d’où probablement sa fameuse réputation d’aphrodisiaque !
Bon, peut-être pas en innocente marmelade… mais vous voilà tout de même prévenu(e)s !
De saison : pensez à jeter un coup d'oeil au miel de gingembre ! C'est juste en-dessous ou par ici :
CONFI POMMES-GINGEMBRE : du bonheur en pots !CONFI POMMES-GINGEMBRE : du bonheur en pots !CONFI POMMES-GINGEMBRE : du bonheur en pots !
Lire la suite

L'automne sans lait et sans gluten

12 Octobre 2018 , Rédigé par Le Blog de Véronique Publié dans #Bien-être, #En cuisine..., #Garder la forme, #Dans la forêt, #Dans les champs, #Gourmandises..., #Plantes, #Legumes, #Sans lait ni gluten, #Automne, #Gastronomie sauvage

 

Les Délices de l’Automne

 

 

Végétariens, sans lait et sans gluten

L'automne sans lait et sans gluten
Chaque saison apporte son lot de plaisirs… et ceux de la table ne sont évidemment pas les moindres ! Après un été magnifique, l’automne invite à faire un petit retour vers l’intérieur. C’est le temps de l’introspection, des feux de cheminée et des bons petits plats. Si les moments de silence et de solitude sont précieux, ceux que l’on dédie au partage le sont tout autant. Reste une question, de plus en plus souvent posée : comment concocter un repas haut en couleurs qui fasse, gustativement mais aussi diététiquement, le bonheur de tous ?
 
Pas toujours facile de cuisiner bio, sans lait, sans blé et sans viande, c’est vrai !
Si vous êtes confronté aux allergies ou intolérances, les vôtres ou celles de votre entourage, vous avez certainement la maîtrise des produits qui permettent de remplacer le lait et le gluten. Et vous le savez bien : cela n’empêche vraiment pas d’être gourmand/e !
 
Avez-vous déjà essayé la farine de maïs, par exemple, agrémentée de pétales de fleurs comestibles et de graines pour préparer des crackers très  craquants ?
Pour les sauces, les gratins et soufflés, les crèmes dessert, les pâtes à crêpes ou les clafoutis, oui à la farine de riz complet, seule ou mélangée à un peu de farine de châtaigne ou de sarrasin.
Envie d’un couscous de légumes ? Accompagnez-le de millet  ou de quinoa.
Boulgour de sarrasin ou quinoa pour vos prochains taboulés, riz mélangé avec des lentilles, des pois chiches ou des azukis, en met ou en salade… l’heure est aussi venue de découvrir plein de nouvelles saveurs.
Quant aux gâteaux faits maison, pour qu’ils restent toujours et partout les préférés, optez pour une base de farine de riz et de poudre d’amande : c’est le meilleur truc pour les garder moelleux !
 
La recette maintenant...

 

Il n’en reste pas moins que créer des recettes qui vont du peti déj’ au dessert, en comptant même avec quelques bocos, ou bocaux à emporter à l’école ou au bureau, tout cela végétarien, de saison, sans gluten et sans caséine, c’est un joli défi !
Signé Pilar Lopez, le résultat, Cuisiner autrement en automne, est plus qu’appétissant. En plus des explications et de l’indication du temps de préparation et de cuisson, à chaque recette correspond une photo pleine page : de quoi vraiment mettre l’eau à la bouche et avoir envie de passer très vite en cuisine ! Mac Patata, cake de début d’automne, taboulé de chou-fleur surprise, crumble aux légumes, potée de pois chiches, ragoût de légumes et autres risottos, sans vous parler des cookies géant très chocolat ou de la crème citron et cajou… Pour tout vous dire, je me régale rien qu’en le feuilletant !
 
Comme la deuxième saison des orties bat encore son plein, empruntons dans ce joli livre la recette du velouté d’orties.
 
Temps de préparation : 10 minutes
Temps de cuisson : 20 minutes
 
Pour 4 personnes :
8 pommes de terre moyenne
1 gros bouquet de sommités d’orties tendres
4 gousses d’ail
Lait de riz
Sel marin, poivre,
Huile de colza ou olive ou sésame grillé ou pépin de courge
Gomasio (facultatif)
Graines germées
 
  • Éplucher les pommes de terre, les découper en petits cubes.
  • Éplucher l’ail.
  • Déposer les pommes de terre et l’ail coupé en tronçons dans une grande casserole et couvrir de lait de riz à hauteur.
  • Saler, poivrer.
  • Faire cuire jusqu’à ce que les pommes de terre soient fondantes.
  • Éteindre le feu et ajouter les sommités d’orties. Remuer et couvrir.
  • Laisser à couvert pendant 5 minutes.
  • Verser le tout dans le mixeur et mixer finement.
  • Rajouter un peu de lait de riz chaud si le velouté paraît un peu épais, jusqu’à l’obtention de la consistance souhaitée.
  • Au moment de servir, ajouter un filet d’huile de colza ou d’olive, ou de sésame grillé… et parsemer de gomasio et de graines germées.
 
Cette recette et sa photo sont tirées de Cuisiner autrement en automne, Recettes végétariennes de saison sans gluten sans caséine, de Pilar Lopez, éditions Mosaïque-Santé. Merci à elles de nous  avoir permis de la partager ici !
Pilar Lopez est créatrice d’une école pour cuisiner autrement, précisément. Retrouvez-la sur le site cuisiner-autrement.com : une mine de recettes et d’astuces !
 
Si le velouté d’orties vous tente dépêchez-vous de partir faire votre cueillette : le plus loin possible des routes et de leur pollution, évidemment, et sans oublier vos gants !
Et puis bien sûr, rien ne vous empêche de réaliser le même velouté avec un mélange d'herbes sauvages !

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Encore plus d'idées avec les orties ? Par ici...

Et, si vous êtes "sans gluten", jetez aussi un oeil par là :

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo
Lire la suite

CAPUCINES : PLAISIR DU PALAIS... ET DES CHEVEUX !

21 Août 2018 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Beaute, #Bonheurs, #Cheveux (Soins des), #Dans le jardin, #Éte, #En cuisine..., #Fleurs, #Gastro sauvage, #Produits "maison" et naturels, #Tonus, #Lotions & Co, #Gourmandises..., #Plantes, #Pour Eux

Irrésistibles Capucines...

 

 Tonus et joie plein les jardins !

Vous avez eu la bonne idée de faire une place aux joyeuses capucines dans votre jardin ? Vous ne pourrez que vous en féliciter, et pas seulement pour le plaisir des yeux. Réputée pour augmenter les résistances de l’organisme, grâce à sa forte teneur en vitamine C lorsqu’elle est consommée en infusion ou en jus, cette ravissante petite fleur est, côté beauté, surtout l’amie de vos cheveux.
Si les vôtres sont abîmés, ternes ou cassants, à vous cette lotion tonifiante :
- Portez simplement à ébullition 2 petites poignées de feuilles, grossièrement coupées, dans un litre d’eau, laissez cuire une vingtaine de minutes.
- Filtrez, et appliquez, tiède ou froid, après votre shampoing : voilà déjà une très bonne lotion !
Pour venir encore mieux à votre secours, s’il le faut la capucine sait aussi se transformer en masque. Comment procéder ? Avec elle, tout est simple :
- Passez pour cela une ou deux grosses poignées de capucine, fleurs et feuilles, au mixer, appliquez la bouillie obtenue sur le cuir chevelu et massez délicatement.
- Laissez agir un instant, puis rincez et lavez-vous soigneusement les cheveux.
Vous perdez les vôtres ? Essayez plutôt :
- Versez l’équivalent d’une poignée de feuilles, de fleurs et de graines de capucine dans un demi-litre d’alcool à 60°, laissez reposer au moins une nuit et filtrez.
- Frictionnez chaque jour le cuir chevelu avec cette macération.

Plus rien à voir avec les cheveux...

Juste avec le plaisir !

La capucine, cette jolie fleur qui répand ses joyeux orangés et enchante le regard tout l’été, est vraiment à croquer… dans tous les sens du terme ! En plus de regorger de vitamine C, elle sait régaler les gourmands et les curieux de saveurs sauvages…
Si vous avez des capucines dans votre jardin ou sur votre balcon, essayez plutôt : les feuilles vont très bien en salades, par exemple avec de la rucola et des petits dés de fromage de chèvre, et réservez quelques fleurs pour les décorer. Très agréable à l’œil et au palais !
Sympa aussi, un gratin de feuilles et de champignons, avec la sauce de votre choix.
Son utilisation la plus simple ? Si vous passez la journée dans la nature, préparez des sandwiches avec du pain complet, du beurre et des feuilles de capucine. Apprécierez au passage leur odeur de poivre !
Tout se mange, dans cette jolie fleur orange : ses feuilles, ses pétales frais, et même ses graines : finement hachées, apprécierez-les en assaisonnement sur différents mets.
Quant aux pétales de fleurs fraîches, ils sont bien sûr du plus joli effet sur certains desserts.
Il ne vous reste qu'à goûter, à apprécier et à improviser !
CAPUCINES : PLAISIR DU PALAIS... ET DES CHEVEUX !CAPUCINES : PLAISIR DU PALAIS... ET DES CHEVEUX !CAPUCINES : PLAISIR DU PALAIS... ET DES CHEVEUX !

Soins pour les cheveux et autres recettes de beauté au naturel, si le coeur vous en dit, retrouvez-les là www.lesjardinsdalice.ch/livres

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

MONARDE : une variante pour la vie en rose !

10 Août 2018 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #En cuisine..., #Boissons sages, #Bien-être, #Cheveux (Soins des), #Fleurs, #Gastro sauvage, #Peau (Soins de la), #Plantes, #Éte, #Dans le jardin, #Phyto, #Sirops, #Bobologie, #Gourmandises...

 

Avec la Monarde…

 

 

Une autre façon de voir la vie en rose

MONARDE : une variante pour la vie en rose !
À la fois plante médicinale et boisson prisée des Indiens d’Amérique, avec son look hirsute et « mal peigné» chez nous elle passerait vite pour la petite folle des jardins ! Connue aussi sous le nom de thé des Indiens, thé d'Oswego ou encore thé de Pennsylvanie, la monarde (Monarda didyma de la famille des Lamiacées) offre, en plus du plaisir des yeux, un sirop fort sympathique…
 
Les fleurs et les feuilles séchées de la monarde sont appréciées en tisanes aussi bien pour stimuler l’appétit que pour leurs propriétés digestives. Efficaces pour soulager les bronchites chroniques, elles ont également des qualités fébrifuges. Ballonnements, flatulences, nausées ou insomnies ? Pensez à elle en infusion !
 
Utilisée traditionnellement en gargarismes pour soigner les infections de la bouche et les gingivites, en usage externe la monarde contribue aussi à guérir les petites blessures. Chez les Amérindiens, les feuilles macérées dans de l’huile servaient au soin des cheveux… probablement en masque capillaire avant de les laver !
 
Quant à l’huile essentielle extraite de la monarde, elle est antibactérienne, antifongique et antivirale. Entre autres ! Considérée comme un bon rééquilibrant nerveux, elle agit, côté beauté, comme un régénérant cutané. Pour profiter de ses qualités sans prendre de risque,  comme toujours avec les huiles essentielles l’avis personnalisé d’un aromathérapeute compétent s’impose !
 
 
Se lancer dans la préparation d’un sirop de monarde, aux subtils petits goûts épicés, est en revanche à la portée de chacun-chacune !
  • Versez 350 g de sucre dans un saladier ou un grand pot.
  • Ajoutez 24 ou 25 feuilles ainsi que quelques pétales de monarde fraîchement cueillis.
  • Complétez avec le jus de deux citrons bio.
 Parallèlement, faites bouillir
  • 3,5 dl d’eau et versez-les sur les autres ingrédients.
 Couvrez, et laissez reposer jusqu’au lendemain. Il ne reste ensuite qu’à filtrer et à mettre en bouteille.
 
J’ai commencé par préparer un sirop avec du sucre brun, mais pour le plaisir de la couleur, j’ai refait aussitôt avec du sucre blanc. Plus foncé ou plus clair… à vous de voir !
 
Sur la lancée, je n’ai pas résisté à mon petit péché mignon de ces derniers temps : décliner une petite gelée sur la même base. Résultat : une touche d’un rose délicat qui fait tout simplement merveille sur une coupe de petits fruits, cassis, myrtilles ou mélange…
Enfin, pour une boisson pas trop sucrée mais bien colorée, versez dans un grand pot 1 ou 2 pincées de feuilles et pétales de monarde, autant de karkadé et quelques pelures de pommes rouges séchées. Sucrez comme vous aimez, et servez chaud ou glacé, avec ou sans rondelles de citron. Succès et plaisir assurés !
 
En cuisine toujours, les feuilles fraîches et ciselées de la monarde se marient parfaitement avec salades et crudités. Idem bien sûr avec les pétales de fleurs, aussi décoratifs sur des canapés que sur un dessert !

 

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

MONARDE : une variante pour la vie en rose !MONARDE : une variante pour la vie en rose !MONARDE : une variante pour la vie en rose !

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

Orties et Gastronomie sauvage : la tarte !

25 Mai 2018 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #En cuisine..., #Bien-être, #Dans la forêt, #Dans les champs, #Gourmandises..., #Printemps..., #Tonus, #Garder la forme, #Gastronomie sauvage, #Été, #Automne

 

L’Ortie ?

 

 

Faites-en tout un plat !

Orties et Gastronomie sauvage : la tarte !

Après le beurre d’ortie, la soupe d’ortie, les canapés, le pesto, la quiche ou même la gelée aux orties, l'incontournable infusion aux si nombreuses vertus… connaissez-vous la Tarte aux Orties à la serbe ?

 

Cette spécialité nous est proposée par Voyka Milovanovic, pour faire suite à un précédent billet qui décidément ne manquait pas de piquant. Pour réaliser sa Tarte aux Orties à la serbe, une fois la cueillette effectuée, c’est très simple...
 
Ensuite, réunissez :
  • 400 g de farine de maïs
  • 200 g de farine de blé
  • un sachet de levure chimique
  •  ½ l de lait  (ou de lait végétal)
  • 4 oeufs
  • 4 cuillères à soupe d’huile
  • 200 g d’orties blanchies et coupées en petit morceaux
  • 150 g de fromage blanc : de la feta par exemple
  • un peu de sel

 

Mélangez tous les ingrédients et versez la pâte dans un moule à gâteau.
Faites cuire une demi-heure au four à 200°C.
 
Et…  bon appétit et Merci Voyka !

 

La même, en version ortie, asperges et feta 😋 :
Vous avez le choix entre procéder comme ci-dessus, en mélangeant tous les ingrédients, préparer une pâte avec les farines, la levure et le lait tiède ou encore choisir une autre pâte. 
Ensuite... garnissez avec les ingrédients proposés dans la recette plus ceux qui vous font plaisir ! 
Orties et Gastronomie sauvage : la tarte !Orties et Gastronomie sauvage : la tarte !

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Une autre suggestion sympa et gourmande ?

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

 

L’ortie est bien sûr une incomparable alliée bien-être et même beauté, en soins externes également. Plus par ici…
Orties et Gastronomie sauvage : la tarte !Orties et Gastronomie sauvage : la tarte !Orties et Gastronomie sauvage : la tarte !

Photo d'ouverture : (c) zoryanchik www.fotosearch.fr

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

TUSSILAGE, TACONNET ou PAS-D'ÂNE...

9 Mars 2018 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Beaute, #Bien-être, #En cuisine..., #Dans la forêt, #Fleurs, #Gastro sauvage, #Peau (Soins de la), #Plantes, #Soins du corps, #Printemps..., #Visage, #Sirops, #Bobologie

 

Tussilage

 

 

Du soleil dans les sous-bois !

TUSSILAGE, TACONNET ou PAS-D'ÂNE...
Au plaisir du retour de balades en forêt s’ajoute celui des premières cueillettes sauvages. À condition de savoir ce que l’on ramasse ! Le tussilage est très facile à reconnaître dans les sous-bois : ses jolies fleurs jaune soleil ont en effet la particularité de pousser avant les feuilles.
 
Appréciées depuis plus de 2 500 ans comme remède populaire, ses fleurs et ses feuilles possèdent d’intéressantes vertus expectorantes et antitussives. D’où son nom, qui vient du latin : tussis agere… chasser la toux !
 
  • Jetez une petite poignée de fleurs de tussilage, préalablement séchées, dans un demi-litre d’eau bouillante.
  • Laissez infuser 10 minutes, filtrez.
  • Buvez 3 tasses par jour, loin des repas. Avec ou sans miel, mais… jamais pendant plus de 3 semaines : prudence car le tussilage contient des alcaloïdes pyrrolizidiniques susceptibles d'endommager le foie. 
Pour encore plus d’efficacité, pour calmer les toux sèches il est parfois  recommandé de mélanger tussilage et thym, ou encore tussilage et pulmonaire.
 
Profitez d'en faire un sirop, excellent lui aussi pour soulager la toux :

 

  • Préparez pour cela une infusion très soutenue, laissez-la « tirer » toute la nuit.
  • Le lendemain, passez, réchauffez, puis ajoutez le même poids en sucre  et cuisez doucement, jusqu’à épaississement. Il ne reste qu’à mettre en bouteilles.
  • Prenez ensuite 4 à 5 cuillerées par jour, en cas de toux sèche.
Attention : pas de tussilage pendant la grossesse, l’allaitement, en cas de maladie du foie, ni pour les enfants de moins de 6 ans.
 
Côté cuisine sauvage…
 
Les jolies fleurs jaunes du tussilage, insérées dans un capitule, sont parmi les premières à égayer les salades.
Intéressant aussi : faites-les revenir à la poêle dans un peu de beurre.
Une poignée de fleurs crues ajoutées à un risotto sont, elles aussi, du meilleur effet !
 

Après les fleurs… les feuilles !

Lorsque les jolies fleurs jaune or du tussilage auront disparu, elles laisseront place aux feuilles : une curiosité de Dame Nature !

 

Et si le tussilage est parfois aussi appelé « pas-d’âne », c’est précisément à cause de la forme de sabot de ses feuilles.
Si vous avez repéré des endroits où cette petite plante pousse, au bord des chemins et dans les terrains argileux, vous n’aurez aucun souci à reconnaître ses feuilles. Epaisses, d’un vert clair dessus et recouvertes d’un duvet blanchâtre par-dessous,  elles deviennent un peu caoutchouteuses. Elles se prêtent cependant bien à la consommation en légumes.
 
Très riches en principes actifs, les feuilles ont les mêmes qualités que les fleurs de tussilage :
  • Versez une tasse d’eau bouillante sur 1 à 2 cuillères à café de feuilles séchées puis émincées, laissez infuser une dizaine de minutes, filtrez.

« Pas-d’âne » pour votre peau

 

Côté bien-être, vous les apprécierez d’abord pour accélérer la guérison d’une plaie :
  • Séchez et écrasez des feuilles de tussilage, puis appliquez-les sur la plaie.
Si vous avez les pieds gonflés, ce cataplasme vous soulagera rapidement :
  • Cueillez des feuilles de tussilage, et maintenez-les directement sur vos pieds avec un bandage, pendant une heure environ.
  • Profitez-en pour vous reposer… jambes surélevées, évidemment !
Si vous cherchez un moyen d’atténuer les rides du visage et du cou…
  • Versez 1 litre d’eau sur 2 poignées de feuilles de tussilage et laissez cuire pendant 10 minutes.
  • Une fois la décoction tiède, trempez des compresses et appliquez-les sur le visage.

 

Et en attendant les feuilles, rien ne vous empêche de procéder de même avec une infusions tiède de fleurs...

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Avoir mal à la gorge, au printemps, ça arrive souvent. Une autre délicieuse risposte ? Par ici...

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

Le citron : un plaisir à partager !

12 Janvier 2018 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #En cuisine..., #Bonheurs, #Fruits, #Gourmandises..., #Coups de Coeur, #Hiver, #12 mois par an !, #Confitures, #Agrumes, #Idées Cadeaux

 

Du peps dans l’hiver avec la

 

 

 Confiture de Citron !

Le citron : un plaisir à partager !
Les agrumes savent se faire apprécier toute l’année, mais reconnaissons que c’est en hiver qu’on les préfère ! Avez-vous déjà essayé la confiture de citron ? Grand classique en version marmelade dans certains pays, il ne tient qu’à vous de la revisiter pour vous donner du peps dès le petit-déjeuner. À moins bien sûr que vous ne la préfériez aussi avec des scones…

 

Simple à réaliser, la confiture de citrons demande un tout petit peu d’anticipation puisqu’elle se prépare sur 3 jours.
 
Pour la réaliser, prévoyez :
 
- entre 9 et 12 citrons bios
- du sucre
- de l’agar-agar (facultatif)
 
Le premier jour :
 
Brossez bien les citrons bios, retirez leur extrémité, et mettez-les tremper dans un grand récipient d’eau froide. Changez l’eau plusieurs fois au cours des 12 heures qui suivent.
 
Le deuxième jour :
 
Séchez bien les citrons, partagez-les en deux ou en quatre et coupez-les en tranches aussi fines que possibles, en retirant les pépins. Remettez-le le tout dans un récipient, à nouveau recouvert d’eau froide.
 
Le troisième jour… c’est là que ça devient très intéressant :
 
  • Egouttez les citrons, mettez-les dans une casserole et recouvrez-les d’eau.
  •  Portez à ébullition et laissez cuire un quart d’heure.
  •  Egouttez à nouveau, et pesez.
  •  Remettez-les dans la casserole avec le même poids de sucre et 5 à 6 dl d’eau (selon la quantité de citrons).
  • Portez à nouveau à ébullition, et cuisez à feu vif entre 20 et 30 minutes, jusqu’à ce que les citrons deviennent dorés.
  •  Versez sans attendre dans des bocaux, couvrez… il ne vous reste bientôt plus qu’à vous régaler !
Variante : si vous préférez mettre moins de sucre, c’est bien sûr possible. Utilisez alors de l’agar-agar, tout à la fin de la cuisson. La confiture se gardera moins longtemps mais gageons que cela ne sera pas un problème !

 

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Dans la série les jolies confitures "maison" et de saison, ne laissez pas passer un autre immense plaisir, très court dans l'année mais à déguster longtemps si vous en préparez assez : celui des oranges amères... Tenté(e) ? C'est par là :
Le citron : un plaisir à partager !Le citron : un plaisir à partager !Le citron : un plaisir à partager !

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

Fêtes en vue : astuces pour compenser les (inévitables) excès

22 Décembre 2017 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Bien-être, #Garder la forme, #Legumes, #Huiles Essentielles, #Plantes, #En cuisine..., #Forme, #Hiver, #Fêtes, #Bobologie

 

Les Fêtes en forme

 

 

 

Avant, pendant et… après !

Fêtes en vue : astuces pour compenser les (inévitables) excès
Festivités obligent… vive les plaisirs des grandes tablées, chaleureuses et bien garnies !  Oui mais, comment en contourner aussi les possibles inconvénients, à plus forte raison si  quelques petits excès de gourmandise s’invitent aussi à la fête ? Entre légumes, infusions et huiles essentielles, voici quelques trucs simples et très efficaces.

 

Là encore, rien ne vaut la prévention. Pour préserver à la fois votre ligne et votre forme, un partenaire de choix : le concombre !
- Passez la moitié d’un concombre à la centrifugeuse, et buvez ce jus le matin, à jeun.
Vivement recommandé le lendemain d’un repas un rien trop riche mais aussi à titre préventif : procédez ainsi pendant quelques jours, chaque fois qu’il y a eu, côté plaisirs de la table, quelques exagérations….
Très diurétique, le concombre draine et élimine les toxines, d’où son grand intérêt en ce moment… Comme il est composé à plus de 95 % d’eau, son apport calorique est très faible : faites-en un véritable allié minceur toute l’année !
 

Coup de pouce à la digestion

 
La période des fêtes, c’est la porte ouverte aux plaisirs en tout genres, gourmandises en tête ! Certains petits excès se paient « cash ». Comment en éviter les fâcheuses conséquences ? Voici quelques astuces, immédiatement utiles, pour favoriser une bonne digestion :
 
Côté tisanes, celles de menthe, d'anis, de fenouil ou de morceaux de gingembre  sont particulièrement indiquées après un repas trop copieux.
- Excellent également : un jus de citron versé dans une tasse d’eau tiède, préalablement bouillie.
 
Certaines huiles essentielles sont elles aussi d’un précieux secours en cas d’excès alimentaires. Vous avez abusé ?
- 2 gouttes d’essence de pamplemousse sur une cuillère de miel à la fin du repas font un excellent digestif !
- L’huile essentielle de menthe poivrée pour bien digérer, celle de basilic indien contre les ballonnements, et celles encore d’estragon ou de gingembre comme stimulants digestifs sont de bonnes alliées. À une condition : prenez une goutte seulement, mélangée à un peu de miel ou alors à lécher, directement sur le dos de votre main. Et pour autant que vous ne soyez pas enceinte 
Attention : l’emploi des huiles essentielles exige certaines précautions. Prenez un conseil personnalisé  auprès de votre herboriste ou de votre droguiste.
 
Et si vous êtes adepte de l’homéopathie, n’oubliez pas d’emporter un tube de Nux Vomica 5 CH, pour à la fois prévenir et calmer les lourdeurs d’une digestion un peu difficile.
 
Lendemains de hier…
 
La fête, c’est bien. Le lendemain, en revanche, parfois un peu moins…
- Un bon truc  en rentrant d’une soirée un peu trop arrosée, à titre de prévention pour le jour suivant : mettez à cuire un oignon et un poireau dans un litre d'eau salée, et buvez le bouillon juste avant d'aller vous coucher.
 
- S’il y a franchement de la gueule de bois dans l’air, mettez 2 gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée sur un mouchoir et respirez à fond, le nez dans le mouchoir.  Vous pouvez aussi en verser 1 goutte sur un comprimé neutre et avaler.
 
- La menthe poivrée ne vous inspire guère ? Bonne nouvelle : l’huile essentielle de mandarine convient aussi !

 

- Psychologiquement vous préférez une vraie boisson ? Préparez une infusion, par exemple de verveine, ajoutez une cuillère à café de miel, additionnée d’une goutte d’huile essentielle de menthe poivrée et buvez lentement. Et si vous en êtes carrément au stade de la nausée, ajoutez encore 1 goutte d’huile essentielle de gingembre : tout rentrera rapidement dans l’ordre !
 
- Pas d’huiles essentielles à l’horizon, et tout est évidemment fermé ? Pas grave : mastiquez très lentement quelques grains de café, avalez-les, et buvez un grand verre d'eau fraîche.
Il ne reste plus qu’à vous couvrir chaudement et à aller prendre un bon bol d’air… et le « mal aux cheveux » ne sera très vite plus qu’un mauvais souvenir.
Mais d’ici là … 
JOYEUSES FÊTES À TOUS  !

 

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>