Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.lesjardinsdalice.ch

Articles avec #ete tag

MÉLISSE et BIEN-ÊTRE

25 Juin 2020 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Bien-être, #Cool... relax !, #Citron, #Epices, #Elixirs & Vins, #Plantes Aromatiques, #Phyto, #Zen, #Dans le jardin, #Bobologie, #Produits "maison" et naturels, #Été

 

Et si vous prépariez

 

votre Eau de Mélisse ?

MÉLISSE et BIEN-ÊTRE

Re, re, re... on ne s'en lasse pas smiley ! 

On raffole de ces eaux de bien-être qui ont leur origine dans les monastères, là où sont cultivés des jardins de simples tout à fait extraordinaires. Pendant vos vacances, profitez  de visiter ceux qui se trouvent proches de votre lieu de séjour : il y a toujours des petits trésors à y découvrir. Et si vous ne partez pas ? À vous alors le plaisir de préparer votre eau de mélisse vous-même !

C’est un médecin qui a eu, aux alentours de 1600, l’idée d’une boisson tonique à base de mélisse. Il en transmit la formule à un religieux, et c’est ainsi que la recette originale de cette eau fameuse, appelée aussi « eau de Carmes », fut ensuite élaborée et produite par les carmélites, dans leur couvent. Elle comprenait alors quatorze plantes et neuf épices.

Fort appréciée en bain, pour se débarrasser de l’odeur de la peste, l’eau de mélisse fut, dit-on, l’un des remèdes favoris contre la migraine du cardinal Richelieu, à tel point qu’il en avait toujours avec lui. À la cour du roi Louis XIV, elle était considérée comme une panacée.

Transformée au fil des siècles, l’eau de mélisse est tout de même parvenue jusqu’à nous en gardant ses formidables propriétés. Stimulante et tonique, elle se révèle très efficace face à de nombreux troubles, aussi bien digestifs que nerveux.

 
Vous avez de la mélisse au jardin ? À vous de jouer ! Re, re, re... on ne s'en lasse pas !

Dans un gros bocal, placez :

  • 150 g de mélisse fraîche (ou 80 g de mélisse séchée),
  • 6 à 8 g de racine d’angélique,
  • 15 clous de girofle,
  • 15 g de noix de muscade râpée,
  • 10 g de graines de coriandre,
  • 20 g d'écorce de cannelle et
  • 30 g de zeste de citron non traité (c’est impératif : à défaut, renoncez au citron !)

Recouvrez d’un litre d’eau-de-vie.

Laissez reposer 15 jours, en remuant souvent.

Après deux semaines, pressez, passez et conservez en petits flacons bouchés.

Voilà pour la recette « originale ». Un été passé, j’ai ajouté à la mienne un peu de sauge et du romarin, et j'ai laissé reposer plus longtemps … c’était très bien et très efficace aussi !

Quand et comment l’utiliser ?

Migraines, sensation de tête lourde ou tout simplement de ne pas être dans son assiette, digestion difficile, troubles liés à la nervosité ou au grand méchant stress, mais aussi vertiges ou mal des transports : 10 à 15 gouttes, ou même une petite cuillerée à café diluée dans de l’eau ou de la tisane, et hop, tout va déjà mieux !

 

La mélisse est bien sûr délicieuse aussi en simple sirop,

pour petits et grands...

Pour réaliser un délicieux sirop de mélisse juste pour le plaisir, c’est-à-dire pour les enfants aussi :

- Versez un litre d’eau bouillante sur une grosse poignée de feuilles de mélisse. - Laissez infuser 5 à 10 minutes, retirez les feuilles et ajoutez 1 kilo de sucre pendant que la préparation est encore tiède.

... et mettez rapidement en bouteilles !

(Article republié)

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

D'autres idées avec la mélisse ? Par là...

MÉLISSE et BIEN-ÊTRE MÉLISSE et BIEN-ÊTRE MÉLISSE et BIEN-ÊTRE

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

MILLEPERTUIS : préparez votre « HUILE » !

19 Juin 2020 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Bien-être, #Lotions & Co, #Produits "maison" et naturels, #Dans les champs, #Fleurs, #Peau (Soins de la), #Plantes, #Soins du corps, #Huiles Essentielles, #Bobologie, #Dans le jardin, #Été, #Automne

 

Plante solaire par excellence…

 

Oui au Millepertuis !

MILLEPERTUIS : préparez votre « HUILE » !

Oui, je sais, je vous le remets chaque année, mais avouez qu’il y a de quoi ! Juste quelques jours pour la cueillette et ensuite pour que la magie opère smiley

Les Druides considéraient le millepertuis comme une plante bénie, dont la seule odeur aurait déjà des vertus protectrices. Ses fleurs, 5 grands pétales jaune or, sont caractéristiques de cette plante qui se plaît aussi bien dans les lieux secs que sur les bords de chemins ou dans les pentes de jardin. Très réputé aujourd’hui pour ses heureuses propriétés sur l’humeur, le millepertuis se transforme aussi en une magnifique huile... qu’il ne tient qu’à vous de préparer.

Aux alentours du solstice d’été, c’est le bon moment de récolter cette plante solaire que l'on appelle aussi herbe de la Saint-Jean !

L’huile de millepertuis, qui est en réalité un macérât, fait typiquement partie de ces vieilles recettes comme on les aime et que l’on se passe de génération en génération. Et on a bien raison ! Il en existe différentes versions, en voici deux.

Contrairement aux huiles obtenues par extraction de la plante, afin de pouvoir transmettre ses qualités le millepertuis (Hypericum perforatum ) est mis à macérer dans une autre huile végétale. Tout l’art consiste à faire votre cueillette juste au bon moment : lorsque les boutons sont sur le point d’éclore et que les premières fleurs viennent de s’ouvrir.

Première manière de procéder :

  • Versez 500 g de fleurs fraîches de millepertuis dans un gros bocal. Recouvrez d’un litre d’une belle huile d’olive (toujours de première qualité, évidemment) et d’un demi-litre de vin blanc.

  • Laissez macérer pendant 4 jours.

  • Mettez ensuite à chauffer au bainmarie, jusqu’à évaporation complète du vin.

  • Filtrez, et versez cette belle huile rouge dans de petits flacons.

Plus simple ? Une variante consiste à procéder de même, mais sans le vin blanc : laissez alors macérer l’huile et les fleurs au soleil pendant trois semaines avant de filtrer.

Cette belle huile rouge est un grand classique chaque fois que la peau a des ennuis. Vous l’apprécierez en compresses, pour soulager les coups de soleil, mais aussi les brûlures et les autres inflammations cutanées.

Elle semble même capable de faire la peau aux verrues, parfois seule, mais de manière bien plus efficace encore lorsqu’elle s’associe à une huile essentielle, elle-même réputée contre les verrues : badigeonnez la ou les verrues deux jours de suite, matin et soir, avec un peu d’huile de millepertuis additionnée de 1 ou 2 gouttes d’huile essentielle de tea tree.

En massage, l’huile de millepertuis permet aussi de calmer les douleurs musculaires ou dorsales, ainsi que certaines névralgies.

En cas de douleurs articulaires (arthrite, goutte…), effet optimal en massant l’endroit douloureux avec une vingtaine de gouttes d’huile essentielle de lavande préalablement diluées dans l’équivalent de 3 cuillères à café d’huile de millepertuis.

 

Ami de la peau… et même de la beauté !

Quant à l’infusion de millepertuis, elle offre de belles qualités pour l’humeur, pour chasser la déprime ou même éviter le surmenage. Comme elle présente aussi quelques contre-indications, la prudence recommande de prendre l’avis d’un pro et de tenir compte de la situation personnelle.

En usage externe en revanche, pas de souci : le millepertuis est adoucissant, anti-inflammatoire et même antirides…. Les peaux sensibles ne peuvent que dire « merci » !

La décoction de millepertuis était traditionnellement appréciée pour laver les plaies.

Pour le soin de la peau, la même décoction, utilisée en lotion tiède, apaise les peaux fines et hypersensibles.

Attention : n’employez surtout pas l’huile de millepertuis avant de vous exposer au soleil, car elle est photosensibilisante !

(Billet republié)

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

MILLEPERTUIS : préparez votre « HUILE » !MILLEPERTUIS : préparez votre « HUILE » !MILLEPERTUIS : préparez votre « HUILE » !

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

BERCE ENCORE : cuisine sauvage , les fruits cette fois !

12 Juin 2020 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Dans les champs, #Printemps..., #Été, #Gastronomie sauvage, #Cueillette et cuisine sauvage, #En cuisine..., #Plantes, #Dans le jardin, #Dans le verger, #Légumes

 

 

Berce encore….

 

 

Les fruits, cette fois !

Elle était l’invitée à notre table - et sur ce blog - il y a quelques semaines déjà. Côté cuisine sauvage, la berce ou grande berce, répandue le long des chemins et dans les prés, est une petite merveille.

 

En salade lorsqu’elles sont encore tendres, ses feuilles donnent plus tard de bons légumes. Cuisinez ses pétioles comme des côtes de bette, et glissez sa verdure dans des quiches, soupes ou gratins Quant à sa tige, elle est croquante et sucrée. Ses inflorescences, elles se dégustent après un bref passage à la vapeur... Et ses fruits alors ?

 

Réponse avec une nouvelle proposition signée Françoise Marmy….

 

Salade de lentilles aux fruits de berce 

 

200 g de lentilles 

Feuilles de laurier

5 clous de girofle

  • Cuire les lentilles dans 3 fois leur volume d’eau.

  • Laisser refroidir.

Sauce :

Sel aux herbes

Tamari

Moutarde en grains

Huile d’olive

Vinaigre balsamique

Zeste de citron

Fruits de berce encore verts

  • Mélanger tous les ingrédients.

  • Ajouter les fruits de berce coupés finement dans les lentilles et bien mélanger avec la sauce.

 

Crus, les fruits de la berce peuvent aussi aromatiser des salades, des vins, des chutneys… N’en abusez toutefois pas, car ils ont un goût très puissant.

BERCE ENCORE : cuisine sauvage , les fruits cette fois !

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOooOoOoOoOoOoOo

 

Comment reconnaître la grande berce ?

 

La grande berce, ou berce commune, se reconnaît facilement à sa tige robuste, striée et surtout recouverte de poils blanchâtres assez raides, ainsi qu’à ses feuilles, grossièrement découpées, qui, lorsqu’elles sont jeunes, ont la forme de pattes d’ours griffues. 

Vous avez peur de la confondre avec la berce du Caucase ?

Sa tige est entièrement recouverte de poils blancs et souples, tandis que celle de la berce du Caucase présente peu de poils. S’il y en a, ils sont raides et épars. Un indice encore : sa tige présente beaucoup de taches de couleur, allant du framboise au violet.

La face inférieure des feuilles de la grande berce est couverte de très nombreux poils blancs et souples, ce qui n'est pas le cas de la berce du Caucase

 

 

En guise de rappel : restez toujours très prudent avec les fleurs appartenant à la famille des ombellifères, car certaines, notamment la cigüe, sont très toxiques. Ne cueillez donc que les plantes dont vous êtes à 100 % sûrs !

 

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Envie de mieux connaître les plantes sauvages comestibles ? Suivez notre guide, Françoise Marmy, c'est par là :

BERCE ENCORE : cuisine sauvage , les fruits cette fois !
BERCE ENCORE : cuisine sauvage , les fruits cette fois !
BERCE ENCORE : cuisine sauvage , les fruits cette fois !
Lire la suite

LA MÉLISSE ET SES DÉLICES

8 Juin 2020 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #En cuisine..., #Bien-être, #Boissons sages, #Gourmandises..., #Plantes Aromatiques, #Dans le jardin, #Confitures, #Sirops, #Épices, #Printemps..., #Menthe, #Été

 

Quelques délices autour de

 

 

 

Dame Mélisse

LA MÉLISSE ET SES DÉLICES

Ravissante, rafraîchissante, vivifiante… elle est partout en ce moment ! En bosquet au jardin, en gros pots en terrasse, et même sur le panier hebdomadaire du maraîcher qui en avait mis un énorme bouquet sur les légumes, comme un grand sourire aux portes de l’été. C’est super ! Mais pas question de la laisser perdre : un rapide passage à l’action s’imposait. Et pour cela, rien ne vaut l’improvisation !

 

Le lendemain, l’énorme bouquet de mélisse pesait encore 57 g : de quoi préparer une infusion bien soutenue, avec deux préparations en vue…

Toujours fort apprécié pour son petit goût désaltérant et citronné, le Sirop de Mélisse est aussi agréable avec une eau plate qu’une eau pétillante, ou encore dans un « Pot du Druide ». En voici l’une de mes recettes préférées :

 

Dans une grande casserole, versez :

  • la mélisse, coupée en petits morceaux

  • 2 citrons bios, en tranches ou en quartiers

  • 1 l. d’eau

  • et du sucre : roux ou blanc, entre 600 g et 1 kg, selon vos goûts.

- Portez à ébullition, laissez frémir 10 minutes environ, et retirez du feu.

- Ajoutez un bon morceau de gingembre (j’en ai mis de 5 à 6 cm, coupé en rondelles)

- Laissez le tout infuser jusqu’au lendemain. Le lendemain:

 

Le lendemain:

- Filtrez, et mettez la moitié du liquide obtenu en bouteilles. Le sirop est prêt !

 

Plutôt envie d'une gelée ?

 

Et l’autre moitié ? Rien de plus simple que de la transformer en une subtile et délicieuse Gelée Mélisse-Gingembre, dont la seule couleur est déjà une promesse de fraîcheur…

- Reprenez le reste de la préparation précédente.

- Une fois qu’il est bien refroidi, prélevez dans un petit bol un peu du liquide restant, ajoutez un sachet d’agar-agar et délayez bien à la fourchette.

- Chauffez rapidement le reste, ajoutez l’agar-agar bien dilué, portez à ébullition pour 2 minutes environ. Et hop, en petits pots !

Environ 8 dl de sirop et 3 petits pots de gelée, il n’y a pas de quoi se mettre une indigestion ! Si cela vous plaît, pas de problème : c’est aussi facile que rapide à refaire, et la jolie saison de la mélisse ne fait que commencer !

 

Sirop ou gelée, histoire de varier les plaisirs pensez aussi aux agréables mariages mélisse et menthe, par exemple !

 

Et si vous avez tant de mélisse que vous ne savez plus qu’en faire, séchez-la, émiettez-la et ajoutez-la à des petits Biscuits "maison". Une suggestion ? Par ici, en remplaçant simplement la lavande par de la mélisse :

(Article republié)

 

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

LA MÉLISSE ET SES DÉLICESLA MÉLISSE ET SES DÉLICESLA MÉLISSE ET SES DÉLICES

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

EAU DE ROSE : c'est le moment de la préparer !

4 Juin 2020 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Beaute, #Coups de Coeur, #Dans le jardin, #Fleurs, #Peau (Soins de la), #Printemps..., #Produits "maison" et naturels, #Lotions & Co, #Rose, #Soins du corps, #Visage, #Beauté au naturel, #Été

 

Envie de fraîcheur et de bonne humeur ?

 

À vous l'Eau de Rose !

EAU DE ROSE  : c'est le moment de la préparer !

Vous êtes fan des eaux florales, ces lotions faciales rafraîchissantes et respectueuses de votre peau ? Alors vous allez aimer celle-ci,  très naturelle et parfumée avec la fleur du moment, qui est aussi celle qui sied si bien à toutes les femmes…

Le mot d’ordre dans les jardins d’Alice, c’est la simplicité. Et si certaines petites potions sont magiques, leur préparation n’a vraiment rien de sorcier. En voici une nouvelle fois la preuve :

  • Versez 5 dl d’eau distillée dans un gros bocal.

  • Ajoutez 20 g de sel marin, remuez bien.

  • Pour finir, déposez encore 3 belles poignées de pétales des plus belles et surtout plus parfumées roses de votre jardin (bio naturellement), dont vous aurez préalablement détaché les parties blanches ou sèches. Immergez-les doucement, par exemple avec une cuillère en bois, dans la préparation de base.

  • Laissez reposer 4 jours (5 si vous voulez), filtrez, et versez sans tarder votre eau aux jolies nuances désormais rosées dans des petits flacons de verre, si possible opaques.

Parfait après le démaquillage du soir, et le matin pour mettre votre peau de bonne humeur dès le réveil !

Petit conseil : veillez à ce que tous les pétales soient progressivement bien recouverts par l’eau, n’hésitez pas à agiter votre bocal. Humez son contenu chaque jour : c’est déjà un petit bonheur.

En plus, c’est si simple à préparer que si vous avez la chance d’avoir des rosiers, vous et vos amies aurez de l’eau de rose 100 % maison et naturelle pendant toute la belle saison !

Pratiquement : frais ou séchés, tous les pétales de roses, pourvu qu’elles soient bio, conviennent : l’expérience a même montré que l’on obtient des couleurs bien plus vives en mélangeant des roses rouges, orangées, blanches…

Pour une plus petite quantité : une grosse poignée de pétales séchés dans 2,5 dl d’eau distillée, avec 10 g de sel marin.

L’astuce en plus ? Mettez-en un peu dans des bacs à glaçons : parfait pour une remise en beauté éclair lorsque c’est nécessaire…

Et maintenant... à vous de jouer !

(Article republié)

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Et puis, si les roses vous les aimez aussi en sirop, alors voilà comment préparer non pas un, mais deux sirops de Contes de Fées...

Vous aimez quand c'est si joli, si simple et si respectueux de votre peau ? Faites-vous plaisir et découvrez plein d'autres idées dans mes livres wink. C'est par là...:

EAU DE ROSE  : c'est le moment de la préparer !EAU DE ROSE  : c'est le moment de la préparer !EAU DE ROSE  : c'est le moment de la préparer !

 oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

Berce : invitez-la à votre table !

22 Mai 2020 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Dans le jardin, #Dans le verger, #Dans les champs, #En cuisine..., #Forme, #Legumes, #Printemps..., #Gastronomie sauvage, #Été, #Cueillette

 

Cuisine sauvage

 

 

Invitez la Berce à table !

Berce : invitez-la à votre table !

Elle apparait dans les champs peu après le pissenlit et fleurit au mois de juin. Dès le printemps, elle ravit les amateurs de saveurs sauvages. La berce, ou grande berce - il est vrai qu’elle peut dépasser un mètre de hauteur - est répandue le long des chemins et dans les prés, elle pousse de la plaine à la montagne dans les prairies riches.

La berce se reconnaît facilement à sa tige robuste, striée et surtout recouverte de poils blanchâtres assez raides, ainsi qu’à ses feuilles, grossièrement découpées, qui, lorsqu’elles sont jeunes, ont la forme de pattes d’ours griffues. 

 

Quand on froisse son pétiole, base de la feuille, elle sent très bon car très aromatique style fenouil, carotte et même mandarine.

Ses racines et ses feuilles ont des vertus digestives et calmantes.

La berce est cependant aussi appréciée comme aphrodisiaque…

 

Il s’agit cependant de toujours rester très prudent avec les fleurs appartenant à la famille des ombellifères, car certaines, notamment la cigüe, sont très toxiques. Ne cueillez donc que les plantes dont vous êtes à 100 % sûrs !

 

Mais revenons à votre berce du jour... 

Côté cuisine sauvage justement, c’est une merveille. Ses jeunes feuilles, tendres, conviennent bien en salades et plus tard, lorsqu’elles sont plus développées, elles donnent de bons légumes. Sa tige est croquante et sucrée. Quant à ses inflorescences, elles se dégustent après un bref passage à la vapeur. Ses longs pétioles se cuisinent comme des côtes de bette, tandis que la verdure convient très bien en quiche, soupe ou gratin.

Délicieux aussi : les jeunes tiges et boutons floraux juste cuits à la vapeur, pas plus de 10 min, servis avec une petite sauce vinaigre balsamique, huile d’olive et sel.

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOooOoOoOoOoOoOo

 

Françoise Marmy nous propose de déguster en ce moment les jeunes tiges et pétioles, ou queues de la feuille revenus à la poêle avec des carottes et du gingembre. « Tout simple, mais un régal ! ». Si c’est elle qui le dit…

Tiges et boutons floraux de berce

au gingembre et aux carottes

 

Pour la préparation :

Des tiges de berce coupées en tronçons + quelques boutons entiers

4 carottes coupées en rondelles

1 c. à soupe d’huile d’olive

1 cm de rhizome de gingembre frais coupé fin

1 à 2 c. à soupe de sauce de soja (tamari)

  • Faire revenir les carottes à la poêle dans l’huile 

  • Ajouter les tiges de berce et les boutons floraux ensuite le gingembre.

  • Mouiller avec la sauce de soja.

Il ne reste qu'à déguster !

 

Cette recette tout comme les photos de ce billet, sont de Françoise Marmy. Merci à elle !

 

Vous aimez la cueillette et les saveurs de la cuisine sauvage ? Vite, allez faire un tour sur son site et découvrez ses prochains stages ici ou ailleurs ! Plein d'autres tentations ici :

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

Lierre terrestre - Pour soulager ET régaler

30 Avril 2020 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Bien-être, #Bobologie, #Dans la forêt, #Dans le jardin, #Dans le verger, #Dans les Jardins Amis, #Dans les champs, #En cuisine..., #Fleurs, #Gourmandises..., #Phyto, #Printemps..., #Été, #Gastronomie Sauvage, #Plantes sauvages, #Remèdes naturels, #Produits "maison" et naturels

 

Lierre Terrestre

 

 

Une plante tout à fait délicieuse !

Lierre terrestre - Pour soulager ET régaler

Jardin, champs, haies, bords de route ou forêt… pour autant qu’il puisse profiter d’un peu d’ombre et d’humidité, le lierre terrestre se plait et revient partout ! À dire vrai, il serait même vite envahissant. Mais loin de nous l’idée de s’en plaindre lorsque l’on connaît ses qualités !

Autrefois considéré comme plante magique et parfois utilisé pour la divination, le lierre terrestre avait la réputation, s’il était placé sous le lit, de redonner des forces à la jeune mère après l’accouchement.

Il était également apprécié pour aromatiser la bière et lui apporter une certaine amertume. Depuis, le houblon a pris le relais, mais si vous faites votre bière vous-même et que du lierre terrestre pousse près de chez vous, pourquoi ne pas essayer ?

 

Au Moyen Age, il était recommandé pour faire baisser la fièvre.

Traditionnellement apprécié depuis la même époque pour soigner, entre autres troubles, le rhume, la toux et les différentes formes de bronchites, il permet aussi, en usage externe, d’améliorer les abcès et les furoncles.

Comment ?

Dans ce dernier cas, il suffit d’appliquer les feuilles fraîches, à peine écrasées, en cataplasmes.

Infusion : une cuillère à soupe de lierre terrestre infusée une dizaine de minutes dans l’équivalent d’une tasse d’eau bouillante aide à soulager aussi bien un début de refroidissement que des maux de gorge déclarés ou encore des troubles respiratoires. À plus forte raison si vous sucrez cette dernière avec du miel !

Il est possible enfin de réaliser une huile : une préparation toute simple, qui peut rendre de grands services :

  • Versez pour cela 10 poignées de lierre terrestre dans un gros bocal

  • Recouvrez d’un litre d’huile d’olive

  • Laissez macérer pendant un mois au soleil, puis filtrez.

Et voilà une excellente huile à utiliser en compresses, sur les plaies ou pour soulager des troubles inflammatoires.

 

En cuisine…

 

En cuisine, son parfum à la fois boisé et parfumé relève agréablement les salades, les soupes et bien d’autres préparations. La preuve avec Françoise Marmy, qui a l’art de nous mettre l’eau à la bouche…

Lierre terrestre - Pour soulager ET régaler

Boulettes de chèvre frais au lierre terrestre

1 fromage de chèvre frais
1 bouquet de  feuilles de lierre terrestre
fleurs pour la déco
 

  • Écraser le chèvre frais à la fourchette.

  • Ajouter les feuilles de lierre terrestre ciselées finement

  • Former de petites boulettes

  • Les déposer sur un petit cracker ou sur une feuille de lierre terrestre et décorer avec les fleurs.

Et il ne reste  plus qu’à vous régaler, les yeux d’abord, le palais ensuite…

 

Cette jolie recette tout comme d'ailleurs les photos de ce billet, sont de Françoise Marmy. Merci à elle !

 

(Article republié)

 

Vous aimez les saveurs de la cuisine sauvage et les préparations gourmandes ? Vite, allez faire un tour sur son site et découvrez ses prochains stages ici ou ailleurs ! Plein d'autres tentations ici :

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Et pour finir la voix claire, je vous rappelle cette préparation qui contient, elle aussi, du lierre terrestre :

Lierre terrestre - Pour soulager ET régaler
Lierre terrestre - Pour soulager ET régaler
Lierre terrestre - Pour soulager ET régaler

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

PISSENLIT : LE VIN...

3 Avril 2020 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #En cuisine..., #Dans les champs, #Elixirs & Vins, #Fleurs, #Gastro sauvage, #Gourmandises..., #Plantes, #Éte, #Bonheurs, #Printemps..., #Tonus, #Coups de Coeur, #Dans le jardin, #Dans le verger

 

Préparez les plaisirs de l'été...

 

Oui au Vin de Pissenlit !

Les printemps se suivent et sur certains points exquis se ressemblent... Cela vaut bien une nouvelle reprise : mettez ces petits soleils en bouteille !

Le bonheur est toujours dans le pré, cours-y vite... cette fois pour préparer un apéro estival aussi délicieux que rafraîchissant. Après le premier essai  du printemps passé,  j'attendais avec impatience de pouvoir en refaire, je ne vous dis que ça. Voilà qui vous tente, vous aussi ? Cueillez alors 1 à 2 belles poignées de fleurs de pissenlit, aux alentours de midi, lorsqu’elles sont bien ouvertes. Ensuite…

Laissez sécher les fleurs à l’air libre, sur un plateau ou dans un grand sac en papier bien ouvert, afin que leurs petits hôtes puissent s’en aller.

Le lendemain, il suffit de mettre dans un gros bocal :

· les fleurs de pissenlit

· 2,5 dl d’alcool

· 1 l. de vin blanc

· 1 citron bio coupé en  tranches

· 200 g de sucre.

Laissez macérer un mois, filtrez. C’est tout ? Oui c’est tout !

Il ne reste plus qu’à mettre en bouteilles et à déguster bien frais, et surtout... en bonne compagnie !

Petit conseil d'amie : là, cela vous fera seulement un ou deux petits apéros. N’hésitez donc pas à multiplier les quantités par 2, par 3, par autant que vous voulez !

(Billet republié)

OoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoO

Si les champs sont recouverts de pissenlit, à vous aussi ce délicieux classique :

PISSENLIT : LE VIN...
PISSENLIT : LE VIN...
PISSENLIT : LE VIN...

OoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

Le Plantain, qu'est-ce que c'est bien ! Voici deux recettes en une ...

13 Mars 2020 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Dans le jardin, #Dans le verger, #Dans les champs, #En cuisine..., #Gourmandises..., #Legumes, #Plantes, #Printemps..., #Gastronomie sauvage, #Été

 

En couronne ou en pesto…

 

Le Plantain, c’est vraiment bien !

Le Plantain, qu'est-ce que c'est bien ! Voici deux recettes en une ...

Fort utile en cas de refroidissement ou d’allergies, que ce soit en sirop ou en teinture, le plantain, si fréquent le long des chemins ou dans les jardins, rend de nombreux autres services et fait même parfois très plaisir… jusqu’en cuisine !

 

Plantain lancéolé ou grand plantain, aux feuilles plus courtes et plus larges, ont les mêmes propriétés astringentes, adoucissantes, anti-inflammatoires et même digestives puisqu’il contient beaucoup de mucilage !

 

Invitez-le en cuisine !

 

Il y a différentes manières de profiter à la fois de ses qualités nutritives et de son subtil petit goût de champignon. 

Juste ciselées, les jeunes feuilles de plantain sont agréables dans les salades, dont elles corsent un peu la saveur.  

Lorsqu’elles deviennent plus coriaces, elles s’ajoutent très bien aux soupes, avec d’autres feuilles si vous êtes adepte de la cuisine sauvage ou avec des légumes, ou encore aux gratins, mélangées avec les autres ingrédients.

 

Pour en prolonger les bienfaits et le plaisir, pourquoi pas un pesto de plantain ?

Couronne farcie au pesto de plantain 

 

Avec le plantain, ce qui est bien c’est qu’on le trouve facilement, pendant une longue période, et qu’il s’apprête de différentes manières. Aujourd’hui, voici une Couronne au pesto de plantain moyen ou plantain lancéolé, proposée par Françoise Marmy.

 

Il vous faut :

1 pâte à pizza bio

Et du pesto au plantain, ultra simple à réaliser :

 

1 gros bouquet de feuilles de plantain

3 c. à s. de graines de tournesol

2 c. à s. de parmesan râpé

4 c. à s. d’huile d’olive

Quelques zestes de citron

sel marin fin

 

  • Hachez finement les feuilles de plantain et les graines de tournesol.

  • Ajoutez le parmesan et le sel.

  • Incorporez l’huile, le zeste de citron et mélangez. On peut aussi mixer le tout.

  •  Étalez le pesto sur une pâte à pizza rectangulaire, coupez-la en 2 dans le sens de la longueur puis former des rouleaux pour ensuite les coller afin de former une couronne. 

  • Faites des incisions sur toute la circonférence.

  • Dorez avec un jaune d’œuf.

  • Disposez la couronne sur une plaque à gâteau et faites cuire au four à 240° pendant 15 à 20 min.

     

Important : pour vos cueillettes, évitez bien sûr les abords de route ou de chemin susceptibles d’être pollués ainsi que les champs et les jardins traités !

 

Les plantes du printemps sont en train de montrer le bout de leur nez ! C’est le moment idéal pour participer à des stages de Cueillette et Cuisine Sauvage, se reconnecter à la Nature et à une alimentation saine et vivante. Vous avez une grosse envie d’en apprendre plus sur le régal végétal ? Suivez Françoise Marmy , qui nous offre ces photos et cette magnifique recette, sur les sentiers ! Apéros sauvages, week-ends de gastronomie sauvage, en passant par le cycle des 4 saisons (attention, premier rendez-vous très bientôt, le 15 avril !), découvrez d’irrésistibles stages sur www.marmyplantes.com.

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Encore plus sur le plantain ? C'est par là...

Le Plantain, qu'est-ce que c'est bien ! Voici deux recettes en une ...
Le Plantain, qu'est-ce que c'est bien ! Voici deux recettes en une ...
Le Plantain, qu'est-ce que c'est bien ! Voici deux recettes en une ...

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

Huile aux fleurs : au bonheur du visage et /ou du corps

6 Septembre 2019 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Automne, #Beaute, #Bien-être, #Coups de Coeur, #Dans le jardin, #Fleurs, #Huiles Essentielles, #Lavande, #Lotions & Co, #Peau (Soins de la), #Rose, #Visage, #Été, #Macérât, #Produits maison et naturels

 

Il est temps de préparer votre

 

 

Huile aux Fleurs

Huile aux fleurs : au bonheur du visage et /ou du corps

Il reste plein de merveilles dans votre jardin mais plus pour très longtemps ? Qu’à cela ne tienne : prolongez le plaisir des fleurs et profitez de leurs bienfaits bien au-delà de la belle saison. Comment ? En préparant une irrésistible huile de beauté  personnalisée, qui aura le don d’enchanter votre âme tout en régalant votre peau…

 

  • Équipez-vous d’un petit panier et choisissez le début d’une belle matinée pour faire votre cueillette : pétales de rose ou de coquelicot, bourrache, calendula, capucine, rose trémière, bleuet ou mauve … adoucissantes, apaisantes, embellissantes, toutes sont de vrais petits bonheurs pour la peau.

  • Ajoutez quelques têtes de lavande que vous aurez pris soin de sécher cet l’été. S’il vous reste des pâquerettes, des fleurs de camomille ou de trèfle rouge, elles ont leur place aussi, évidemment !

Et si vous l’aimez, pourquoi pas un petit bout de vanille ouvert dans le sens de la longueur ?

  • Recouvrez d'une belle huile végétale, amande, tournesol, noyau d'abricot, sésame ou même olive, selon les besoins de votre peau et... votre budget.

  • Laissez le tout reposer entre 2 et 3 semaines, filtrez et mettez dans un joli flacon.

Suivant la composition de votre huile aux fleurs, appliquez-la en soin pour le visage ou pour le corps, ou les deux si vous le souhaitez.

 

Facultatif : quelques gouttes d’une huile essentielle que vous aimez finira de personnaliser votre huile.

 

En guise de rappel...

- N’utilisez bien sûr que des fleurs qui ont poussé naturellement, des roses non traitées.

- Quant à l’huile essentielle, si vous en rajouter une, ne choisissez qu’une huile que vous connaissez et que vous êtes certaine d’utiliser sans risque !

Huile aux fleurs : au bonheur du visage et /ou du corpsHuile aux fleurs : au bonheur du visage et /ou du corpsHuile aux fleurs : au bonheur du visage et /ou du corps

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>