Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.lesjardinsdalice.ch

gastro sauvage

VIN DE LILAS : ENCORE UN PETIT PLAISIR À DÉCOUVRIR

4 Mai 2018 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #En cuisine..., #Elixirs & Vins, #Fleurs, #Gourmandises..., #Gastro sauvage, #Dans le jardin, #Printemps..., #Dans le verger, #Éte, #Produits "maison" et naturels

 

Et pourquoi pas un

 

 

 

Vin de Lilas ?

 

En sirop pour les juniors ou en vin apéritif pour les plus grands, vive le lilas !

En sirop pour les juniors ou en vin apéritif pour les plus grands, vive le lilas !

Mauve, bordeaux ou blanc, le lilas, j’en suis dingue, carrément ! On aime sa beauté, à la fois robuste et si fragile, et son irrésistible senteur, mais connaissez-vous tous les plaisirs qu’il offre bien au-delà de sa floraison ?
 
Si vous avez la chance, car oui c’en est une, d’avoir un lilas à portée de mains, ne la et ne le laissez pas « passer »…
 
Côté bien-être, on en fait une huile merveilleuse pour soulager les articulations douloureuses. Côté saveurs, gelée, sucre parfumé au lilas ou sirop aussi surprenant que coloré sont, vous le savez si vous venez régulièrement dans les Jardins d’Alice, quelques-unes des gourmandes manières de l’apprécier.
Sans oublier un vin fleuri, mais oui encore un, pour varier les petits plaisirs entre amis.
 
Pour 2 bouteilles de Vin de Lilas, de quoi avez-vous besoin ?
 
-   2 bols de fleurs de lilas, blanches et mauves, ou blanches et bordeaux, ou mélangées, que vous aurez pris soin de détacher une à une de leurs grappes. Il ne doit rien rester de vert : c’est important pour la réussite de ce vin original.
-   240 g de sucre de canne
-   100 g de sucre pour le sirop
-    2 bouteilles de vin blanc léger.
 
L’idéal est de préparer le vin dans un très gros bocal (3 ou 5 litres), mais vous pouvez aussi diviser les quantités par deux et prévoir deux bocaux de 2 litres.
 
Ensuite ?
 
  • Dans un bocal, alternez couches de fleurs et couches de sucre, et laissez reposer au frais pendant 48 heures.

     

  • Ajoutez le vin blanc. Gardez le tout au frais et à l’abri de la lumière pendant 8 jours, en retournant quelquefois le bocal.
  • Filtrez.
  • Versez les 100 g de sucre avec 4 cuillères à soupe d’eau dans une casserole : portez à ébullition, remuez, retirez la casserole du feu, laissez refroidir puis ajoutez au vin. Mélangez bien.
Il ne vous reste plus qu’à mettre en bouteilles et à laisser reposer au frais quelques jours avant de vous réjouir de cet apéritif à servir très frais, lui aussi !
 
Cette séduisante préparation est tirée de Cuisiner les fleurs du jardin, de Edith Grandjean, paru au printemps passé aux éditions Ulmer. Si vous êtes fan de lilas, vous y trouverez aussi une recette d’un dessert à l’ancienne : la crème au lilas. Et de nombreuses autres idées, toutes plus tentantes les unes que les autres. Laissez-vous charmer !
 

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Plus autour du lilas ? Pour le sirop c’est ici :

Et pour la gelée, mais aussi pour l’huile qui soulage les articulations, c’est par là :

 

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

VIN DE LILAS : ENCORE UN PETIT PLAISIR À DÉCOUVRIRVIN DE LILAS : ENCORE UN PETIT PLAISIR À DÉCOUVRIRVIN DE LILAS : ENCORE UN PETIT PLAISIR À DÉCOUVRIR
Lire la suite

TUSSILAGE, TACONNET ou PAS-D'ÂNE...

9 Mars 2018 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Beaute, #Bien-être, #En cuisine..., #Dans la forêt, #Fleurs, #Gastro sauvage, #Peau (Soins de la), #Plantes, #Soins du corps, #Printemps..., #Visage, #Sirops, #Bobologie

 

Tussilage

 

 

Du soleil dans les sous-bois !

TUSSILAGE, TACONNET ou PAS-D'ÂNE...
Au plaisir du retour de balades en forêt s’ajoute celui des premières cueillettes sauvages. À condition de savoir ce que l’on ramasse ! Le tussilage est très facile à reconnaître dans les sous-bois : ses jolies fleurs jaune soleil ont en effet la particularité de pousser avant les feuilles.
 
Appréciées depuis plus de 2 500 ans comme remède populaire, ses fleurs et ses feuilles possèdent d’intéressantes vertus expectorantes et antitussives. D’où son nom, qui vient du latin : tussis agere… chasser la toux !
 
  • Jetez une petite poignée de fleurs de tussilage, préalablement séchées, dans un demi-litre d’eau bouillante.
  • Laissez infuser 10 minutes, filtrez.
  • Buvez 3 tasses par jour, loin des repas. Avec ou sans miel, mais… jamais pendant plus de 3 semaines : prudence car le tussilage contient des alcaloïdes pyrrolizidiniques susceptibles d'endommager le foie. 
Pour encore plus d’efficacité, pour calmer les toux sèches il est parfois  recommandé de mélanger tussilage et thym, ou encore tussilage et pulmonaire.
 
Profitez d'en faire un sirop, excellent lui aussi pour soulager la toux :

 

  • Préparez pour cela une infusion très soutenue, laissez-la « tirer » toute la nuit.
  • Le lendemain, passez, réchauffez, puis ajoutez le même poids en sucre  et cuisez doucement, jusqu’à épaississement. Il ne reste qu’à mettre en bouteilles.
  • Prenez ensuite 4 à 5 cuillerées par jour, en cas de toux sèche.
Attention : pas de tussilage pendant la grossesse, l’allaitement, en cas de maladie du foie, ni pour les enfants de moins de 6 ans.
 
Côté cuisine sauvage…
 
Les jolies fleurs jaunes du tussilage, insérées dans un capitule, sont parmi les premières à égayer les salades.
Intéressant aussi : faites-les revenir à la poêle dans un peu de beurre.
Une poignée de fleurs crues ajoutées à un risotto sont, elles aussi, du meilleur effet !
 

Après les fleurs… les feuilles !

Lorsque les jolies fleurs jaune or du tussilage auront disparu, elles laisseront place aux feuilles : une curiosité de Dame Nature !

 

Et si le tussilage est parfois aussi appelé « pas-d’âne », c’est précisément à cause de la forme de sabot de ses feuilles.
Si vous avez repéré des endroits où cette petite plante pousse, au bord des chemins et dans les terrains argileux, vous n’aurez aucun souci à reconnaître ses feuilles. Epaisses, d’un vert clair dessus et recouvertes d’un duvet blanchâtre par-dessous,  elles deviennent un peu caoutchouteuses. Elles se prêtent cependant bien à la consommation en légumes.
 
Très riches en principes actifs, les feuilles ont les mêmes qualités que les fleurs de tussilage :
  • Versez une tasse d’eau bouillante sur 1 à 2 cuillères à café de feuilles séchées puis émincées, laissez infuser une dizaine de minutes, filtrez.

« Pas-d’âne » pour votre peau

 

Côté bien-être, vous les apprécierez d’abord pour accélérer la guérison d’une plaie :
  • Séchez et écrasez des feuilles de tussilage, puis appliquez-les sur la plaie.
Si vous avez les pieds gonflés, ce cataplasme vous soulagera rapidement :
  • Cueillez des feuilles de tussilage, et maintenez-les directement sur vos pieds avec un bandage, pendant une heure environ.
  • Profitez-en pour vous reposer… jambes surélevées, évidemment !
Si vous cherchez un moyen d’atténuer les rides du visage et du cou…
  • Versez 1 litre d’eau sur 2 poignées de feuilles de tussilage et laissez cuire pendant 10 minutes.
  • Une fois la décoction tiède, trempez des compresses et appliquez-les sur le visage.

 

Et en attendant les feuilles, rien ne vous empêche de procéder de même avec une infusions tiède de fleurs...

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Avoir mal à la gorge, au printemps, ça arrive souvent. Une autre délicieuse risposte ? Par ici...

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

CONSOUDE ET ARTICULATIONS...

10 Novembre 2017 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Bien-être, #Forme, #Soins du corps, #Bobos & Co, #Plantes, #Gastro sauvage, #Peau (Soins de la), #Phyto, #Produits "maison" et naturels, #12 mois par an !

 

Teinture de Consoude

 

 

Pour l'amour de vos articulations

Ses fleurs sont certes magnifiques, mais ce sont ses racines qui nous intéressent aujourd'hui. Les vertus cicatrisantes de la consoude lui ont valu à la fois sa réputation et son nom…. On lui a en effet prêté pendant longtemps la capacité de « consolider » les os brisés et on l’appliquait autrefois sur les fractures.
La consoude est utilisée essentiellement en usage externe, sous forme de pommade ou d’onguent, pour traiter les contusions et les problèmes cutanés. Mais pas seulement…
  • Appliquée en cataplasme, directement sur la peau, la racine fraîche et broyée de grande consoude active la cicatrisation des plaies, apaise les brûlures et soigne les gerçures.
Pour être sûr d’en avoir toujours sous la main, et c’est le cas de le dire puisqu’il s’agit ensuite de l’appliquer généreusement sur les articulations douloureuses, mon amoureux a préparé de la teinture de consoude.
Rien de plus simple, selon lui :
  • Dans un gros bocal, placez 100 g de racine de consoude séchée (le plus simple : procurez-vous en en droguerie ou herboristerie !)

     

  • Recouvrez de 5 à 6 dl d’alcool (alcool de grains, style vodka, ou eau-de-vie de pomme par exemple, qui ne titre pas à plus de 40°). Très important : veillez à ce que la consoude soit bien et complètement recouverte !
  • Laissez macérer 1 mois, puis filtrez.
Il ne reste ensuite plus qu’à badigeonner les articulations douloureuses ou enflées, les chevilles gonflées, et même les « oignons » de cette préparation un peu visqueuse : très bons résultats à la clé !

 

Petit portrait d’une grande douée
Facile à reconnaître, avec ses grandes feuilles pointues, couvertes de fines nervures et parsemées de courts poils raides qui les rendent franchement rugueuses au toucher, vous rencontrerez la grande consoude dans les prairies humides, les fossés et en bordure des cours d’eau.
De mai à juillet, sa robuste tige est ornée de petits bouquets de fleurs en forme de tubes, tantôt jaune pâle, tantôt rose ou violet.
En plus, elle se mange ! Les botanistes en herbe apprécient également la grande consoude dans l’assiette : ses jeunes feuilles se mêlent en effet bien aux salades et plus tard, lorsqu’elles sont moins tendres, il suffit de les passer dans une pâte à crêpe et de les cuire à la poêle pour avoir la sensation de se régaler de filets de sole. Mais la plante renferme des alcaloïdes et il ne faut donc pas en abuser.
 
Photo d’ouverture : Viaouest, par Créative Commons

 

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

Herbettes et improvisations gourmandes

2 Juin 2017 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #En cuisine..., #Boissons sages, #Gastro sauvage, #Gourmandises..., #Plantes, #Plantes Aromatiques, #Éte, #Printemps..., #Dans le jardin, #Confitures, #Sirops, #Menthe

 

Gelée et sirop aux

 

Trésors de mon Jardin

Herbettes et improvisations gourmandes
À essai loupé… créativité boostée ! Après avoir lamentablement raté une tentative gourmande avec une fleur sauvage (à refaire autrement, je vous tiendrai au courant…), pas question de rester sur un échec ! Place à l’improvisation , en un minimum de temps pour des résultats, ma foi, tout à fait concluants !
Après un petit tour au jardin, ce sont finalement les herbettes qui m’apportent une nouvelle inspiration. Ravie de mon petit bouquet ! Il est composé de
- un peu de menthe
- un peu de mélisse
- un tout petit brin de romarin (pour apporter un peu de punch)
- quelques tiges de marjolaine
- et encore une belle grappe de lilas blanc (la dernière)
Le reste est plus que facile :
  • Verser 1 litre d’eau dans une casserole, avec 1 kg de sucre, déposer sa cueillette et porter à ébullition.

Pour ma part, j’ai encore ajouté quelques pincées d’une tisane aux pétales de fleurs, et 2 clous de girofle.
  • Laisser cuire entre 10 et 15 minutes,
  • Retirer du feu, enlever les clous de girofle et laisser infuser toute la nuit.
  • Le lendemain, il n’y a plus qu’à filtrer.
  • La moitié se retrouve en petites bouteilles : et voilà un sirop sympa !
Version gelée ?
Quant à l’autre moitié...
  • Il suffit de délayer à froid un sachet d’agar-agar dans un peu de la préparation, de verser ce peu dans la casserole, avec le reste de ce qui a infusé toute la nuit, de porter à ébullition et de cuire 2 minutes. Et hop, en pots !
Résultat ? Une gelée rafraîchissante et vraiment délicieuse, à déguster avec un chèvre frais ou comme on la préfère !

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Et puisque l'on va à grands pas vers l'été, que les jardins, mais aussi les champs et les forêts sont de merveilleux décors à nos loisirs, permettez-moi de vous rappeler quelques livres qui débordent d'idées simples (oui, oui, c'est promis), à réaliser avec des fleurs, des plantes et même des fruits pour la beauté, le bien-être et le plaisir de toute la famille.  C'est par ici :

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Herbettes et improvisations gourmandesHerbettes et improvisations gourmandes
Lire la suite

ORTIES : DES RECETTES QUI NE MANQUENT PAS DE PIQUANT

28 Avril 2017 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Beaute, #Cheveux (Soins des), #Dans les champs, #Dans la forêt, #Gastro sauvage, #Lotions & Co, #Printemps..., #Produits "maison" et naturels, #Pour Eux, #Plantes, #Bien-être, #En cuisine..., #Soins du corps, #Visage

 

Avec les Orties...

ça ne manque jamais de piquant !  

©By VerboseDreamer

 

Tout le monde s’y est frotté au moins une fois ! Contrairement à la première impression que l’on peut en avoir, les orties sont de grandes amies de la santé, mais aussi du bien-être et de la beauté. La preuve par quelques recettes, tous domaines confondus...

Il y a bien sûr la fameuse soupe d'orties, dont chacun ou presque a sa propre recette. Une autre excellente manière de profiter des orties, qui contiennent  une quantité impressionnante de vitamines, de sels minéraux et d’oligo-éléments : récoltez les jeunes pousses pour les ajouter à vos salades, en préparer des pestos ou encore en faire des infusions, à prendre de temps à autre ou en cure :
  • Versez une tasse d'eau bouillante sur une cuillerée à soupe remplie d'ortie, laissez infuser 20 minutes, filtrez, et prenez cette tisane à jeun, par petites gorgées, pendant un mois.
Tonique, revitalisante, anti-allergique, anti-inflammatoire, diurétique, dépurative, l’ortie stimule le métabolisme, favorise l'élimination des toxines, active la formation et la dépuration du sang.
Il est toutefois permis aussi de la décliner parfois en version gourmande... Pour vous en régaler, à vous le beurre d’ortie !
  • Récoltez les sommités tendres de l’ortie, passez-les au hachoir.
  • Malaxez du beurre, puis ajoutez un filet d’huile d’olive, du sel, du citron et du poivre. Sans oublier, facultatif mais vivement conseillé, un peu d’ail…
  • Ajoutez les orties hachées, et mélangez bien le tout.
  • Tartinez sur un pain un peu rustique : pas très diététique, c’est vrai, mais quel régal !
Vous pouvez aussi étaler ce beurre d’ortie sur de grandes tranches de pain que vous couperez ensuite en carrés, pour en faire de petits canapés. Il ne reste plus qu’à décorer avec une fleur sauvage comestible, une pâquerette par exemple, et à savourer… la surprise de vos invités !
Mal à vos articulations ?
Un excellent traitement, réputé depuis l’Antiquité contre les rhumatismes, consiste à se flageller avec des orties. Il y a toutefois plus pratique et… moins douloureux, avec la lotion aux orties :
  • Hachez 3 poignées de feuilles d’ortie, 2 poignées de chélidoine (feuilles et fleurs) et 2 grandes feuilles de chou.
  • Laissez-les macérer 48 heures dans 2 litres d’eau, si possible de pluie, filtrez, et appliquez sur les endroits douloureux.
Très riche en silice et en potassium, l’ortie est reminéralisante et extrêmement diurétique, ce qui la rend précieuse pour encourager l'élimination des toxines. Elle est réputée pour soulager de nombreux troubles, dont bien sûr tous ceux qui touchent les articulations. Conseillée pour améliorer un grand nombre de troubles, elle est aussi renommée pour le soin, et même la repousse des cheveux.
Jusqu’à la pointe des cheveux !
Les orties sont aussi de grandes douées pour améliorer l'irrigation du cuir chevelu et stimuler la repousse des cheveux. De tous les cheveux ! Emportez une bonne paire de gants pour aller les ramasser, et à vous leurs bienfaits :
  • Écrasez 200 g de feuilles fraîches d'ortie.
  • Recouvrez-les d’un demi-litre d'eau, additionnée d’une bonne rasade de vinaigre, faites cuire pendant 20 minutes puis filtrez.
  • Frictionnez chaque jour votre cuir chevelu avec cette préparation.
Une variante qui, elle non plus, ne manque pas de piquant ?
  • Passez des orties au mixer, recueillez-en le jus, et frictionnez-vous doucement la tête avec ce jus !
Pour fortifier vos cheveux tout en assainissant votre cuir chevelu, offrez-leur un vrai bain de plantes, rien que pour eux …
  • Préparez un bouquet à parts égales de thym, de bouleau, de bardane, d’ortie et de prêle.
  • Réduisez ce bouquet de plantes en poudre, par exemple avec un moulin à café.
  • Ajoutez de l’eau bouillante, de manière à obtenir une pâte souple, ni trop liquide, ni trop épaisse.
  • Après votre shampooing, appliquez cette pâte sur vos cheveux encore mouillés, de manière à ce qu’elle soit bien en contact avec le cuir chevelu. Laissez agir de 30 à 45 minutes, puis rincez abondamment.
Offrez ce bain à vos cheveux une fois par mois : ils s’en porteront visiblement mieux !
Si vos cheveux sont gras, vous pouvez ajouter à la préparation 10 gouttes d’huile essentielle de sauge.
S’ils sont très abîmés, ou que vous en perdez de grandes quantités, mettez ce soin au programme une fois par semaine pendant un ou deux mois.

Les vôtres sont ternes, cassants ou abîmés ? Là encore, comptez avec les orties !
Une friction de quelques minutes avec une simple infusion leur fera déjà du bien, mais il y a mieux encore…
  • Dans un gros bocal, recouvrez d’eau-de-vie un mélange composé pour moitié de racines séchées d’ortie et pour moitié d’origan.
  • Laissez macérer pendant un mois, puis filtrez.
  • Appliquez chaque jour, en frictions.
Et pourquoi vos cheveux n’auraient-ils pas droit à un véritable vinaigre de beauté, eux aussi ? Si les vôtres n’ont pas de souci particulier…
  • Portez à ébullition 2 cuillères à soupe d’ortie séchée, de persil, de romarin, ou de fleurs de lavande.
  • Couvrez, et laissez infuser jusqu’à refroidissement, filtrez.
  • Versez dans un récipient, ajoutez une cuillère à soupe de vinaigre de cidre.
  • Mélangez bien, et versez dans un flacon-vaporisateur.
  • Après votre shampooing et votre dernier rinçage, vaporisez votre préparation « maison » et massez délicatement le cuir chevelu, les longueurs et les pointes, en laissant si possible vos cheveux sécher à l’air libre.
Et l’odeur du vinaigre ? Pas de souci : dès que vos cheveux seront secs, elle disparaîtra. Ne restera que la brillance !

Encore un bon "truc" ?
Si vous avez la peau grasse, à plus forte raison si vous avez tendance à l’acné…
  • Préparez une simple infusion d’ortie, placez-la dans un flacon avec une tête de vaporisateur, et utilisez en brumisations, matin et soir.
N’hésitez pas à faire de grosses cueillettes d’orties (loin des routes, évidemment ! -  et à les sécher : une excellente manière d’en avoir toujours sous la main, bien au-delà de la saison, tant pour votre forme que pour votre beauté !

oOoOoOoOoOoOoOoOo

Si vous êtes fan de l’ortie - et entre nous il y a de quoi - voici de quoi le devenir plus encore : Remèdes et recettes à l’ortie, de François Couplan, éditions Rustica.
Et si vous aimez les recettes santé, beauté et forme au naturel, avec des orties et bien d'autres plantes, visitez aussi la page "Livres" de ce blog ( http://www.lesjardinsdalice.ch/livres.html ) : vous devriez y trouver plein de petits bonheurs !

oOoOoOoOoOoOoOoOo

Pensez aussi à l'ortie pour des smoothies originaux et bienfaisants :

Photo d'ouverture : By VerboseDreamer (Own work) [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

oOoOoOoOoOoOoOoOooOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

PLANTES SAUVAGES & SMOOTHIE

3 Mars 2017 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Bien-être, #Boissons sages, #Garder la forme, #Dans les champs, #Dans la forêt, #Fleurs, #Gastro sauvage, #Gourmandises..., #Legumes, #Plantes, #En cuisine..., #Tonus, #Dans le jardin, #Printemps...

 

Variations sur un même thème...

 

 On passe au Vert !

PLANTES SAUVAGES & SMOOTHIE
Envies de printemps et de détox ? Le premier ne va plus tarder. Quant à la seconde, les jus sont de grands alliés. Et si vous les préparez avec des plantes sauvages, c’est encore mieux. À la fois pour nettoyer l’organisme et lui offrir le plein d’éléments qui booste sa vitalité, mais aussi bien sûr pour le plaisir. La preuve ?
La voici avec une préparation très tendance, côté saison : le smoothie vert dépuratif et tonique de Françoise.
Pour le réaliser, il vous faut :
- 1 poignée de jeunes pousses d’ortie et d’ail des ours. En attendant qu’elles se montrent, remplacez-les par des épinards.
- 1 demi avocat, 1 demi pomme bio, le jus d'un citron bio, 1 c.s. d'huile d’olive, du sel marin et du  poivre, et de l'eau (selon la consistance désirée).
Ensuite, rien de plus simple :
  • Coupez l’avocat en morceaux, déposez-le dans un bol.
  • Ajoutez les feuilles vertes, le jus de citron, l’eau et tous les autres ingrédients.
  • Mixez bien, jusqu’à ce que vous obteniez une consistance crémeuse.
  • Décorez comme ici, avec des fleurs comestibles ou des herbettes du moment.  Dégustez !
Les amateurs de cueillette sauvage l’ont déjà compris : on peut bien sûr faire ce smoothie avec toutes sortes de feuilles vertes, tout au long de l’année, en fonction de ce que l’on trouve !
Cette jolie recette printanière, tout comme d'ailleurs les photos qui l'accompagnent, sont signées Françoise Marmy. Retrouvez-la sur son site, pour des journées et des stages aussi passionnants que gourmands : cycle des 4 jeudis (avril, mai, juin, septembre), cuisine sauvage ou week-end découverte plantes médicinales et comestibles, en Suisse dans très peu de temps mais aussi en France cet été... demandez et surtout consultez le programme ! C'est ici : 
PLANTES SAUVAGES & SMOOTHIEPLANTES SAUVAGES & SMOOTHIEPLANTES SAUVAGES & SMOOTHIE
Lire la suite

BOURRACHE : la plante qui rend heureux

12 Août 2016 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Beaute, #Dans le jardin, #Éte, #Fleurs, #Gastro sauvage, #Lotions & Co, #Plantes, #Peau (Soins de la), #Visage, #Soins du corps

Avez-vous de la Bourrache,

 

la "plante qui rend heureux" ?

BOURRACHE : la plante qui rend heureux

Si les Anciens l’appelaient « la plante qui rend heureux », ils savaient bien pourquoi ! À vous aujourd’hui de profiter de cette « simple » aux immenses qualités… et de plus facile à trouver puisque la bourrache, cette jolie fleur bleue, pousse sauvagement au bord des sentiers et dans les jardins.

Parions que vous aimerez autant l’huile tirée de ses graines que ses ravissantes petites fleurs bleues pour leurs effets adoucissants, calmants et purifiants !

Au 16e siècle, un herboriste anglais, John Gerard, vantait déjà ses mérites: « un sirop fabriqué avec des fleurs de bourrache réconforte le cœur, chasse la mélancolie, apaise l’individu agité ou lunatique ».

Depuis, les chercheurs ont trouvé le secret de la bourrache : ses graines contiennent plusieurs acides gras essentiels très précieux pour la forme, la santé et la beauté, dont un, l’acide gammalinolénique, est même indispensable à l’organisme.

Grande amie de l’épiderme, l’huile issue de ses graines améliore de manière durable l’hydratation de la peau, de l’intérieur et en profondeur : excellent pour entretenir son élasticité, sa souplesse, préserver sa jeunesse et lutter contre le vieillissement prématuré ! Un « must » que les peaux sèches, fragiles ou dévitalisées apprécieront particulièrement…

- Quelques gouttes de bourrache matin et soir, en léger massage sur la peau parfaitement nettoyée, ont un visible effet antirides… qu’on se le dise !

Intéressons-nous plutôt ici à ce que l'on peut

concocter soi-même...

BOURRACHE : la plante qui rend heureux

Vous avez de la bourrache en abondance ? Parfait pour préparer d’abord une lotion adoucissante, agréable à toutes les peaux :

- Jetez une poignée de feuilles de bourrache dans l’équivalent d’une tasse d’eau bouillie, couvrez, laissez infuser 20 minutes et filtrez. C’est tout !

- Pour en profiter quelques jours, conservez-la au réfrigérateur.

La bourrache convient aussi très bien à la préparation de cataplasmes contre les démangeaisons et autres irritations, mais aussi en masques pour préserver la souplesse de la peau et prévenir l’apparition des rides.

Si votre peau est irritée…

- Prenez un joli bouquet de bourrache, et hachez-le finement, tiges et feuilles comprises.

- Mélangez avec 2 ou 3 cuillères à soupe d’argile en poudre et un peu d’eau, de manière à obtenir une pâte.

- Étalez cette dernière sur un linge de coton et appliquez sur la zone irritée.

- Laissez agir entre 30 et 60 minutes.

- Répétez si nécessaire.

Et pour un masque ? Pareil, avec un peu moins d’argile, et en appliquant directement sur la peau du visage. Après l’avoir retiré, terminez - si possible - par l’application de votre lotion à la bourrache !

Attention : les parties aériennes, soit les fleurs, feuilles et tiges de la bourrache contiennent un type d’alcaloïdes (alcaloïdes pyrrolizidiniques) qui à hautes doses peuvent être toxiques pour le foie. Prudence donc si vous vous connaissez une sensibilité de ce côté-là ! Les femmes enceintes, elles, s’abstiendront.
Pour le plaisir des yeux et du palais...
BOURRACHE : la plante qui rend heureux

Pensez aussi à elle en cas de toux ou de bronchite : dans ce cas, recouvrez 1 bonne cuillère à café de fleurs séchées par tasse d'eau frémissante, laissez infuser une dizaine de minutes et prenez 2 à 3 fois par jour, entre les repas.

Lorsqu'elles sont jeunes, ses feuilles se marient bien aux salades, vous les préférerez ensuite en légumes...

Pour le plaisir des yeux, n’hésitez pas à parsemer certaines salades de fleurs de bourrache fraîches, ou à en décorer vos canapés et bien sûr vos desserts.

Et puis, pendant que c’est encore largement la saison, les petites fleurs bleues seront du plus joli effet dans vos pots du druide !

Ça, c’était par là :

Lire la suite

POTS DU DRUIDE : le retour !

27 Mai 2016 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Boissons sages, #Bonheurs, #Éte, #Fêtes, #Fleurs, #Fruits, #Printemps..., #Plantes Aromatiques, #Gastro sauvage, #Rose, #Dans les champs, #Dans le jardin, #Coups de Coeur, #Sirops

Pots du Druide

Le retour !

Chic, dès le mois de mai, c’est le grand retour des pots du druide ! Les herbes aromatiques et les plantes sauvages battent leur plein, profitez-en ! Pour autant qu’elles soient comestibles, bien sûr, et à votre goût, elles sont toutes susceptibles de parfumer et de dynamiser votre eau, tout en se transformant en autant de petits régals pour les yeux.
Pâquerettes, trèfle et lierre terrestre, ou encore morceaux de pommes, tranches de citron, mélisse, menthe et pétales de rose jaune, rose, orange, blanc... (et bio, il va sans dire !), bientôt raisinets, verveine, fleurs de lavande ou de bourrache, framboises, cassis… le principe est toujours le même : placez-les dans un pichet transparent, offrez-les au soleil quelques instants ou quelques heures et dégustez.
Festive et toujours différente, au gré de vos cueillettes, voilà une boisson sympa pour changer un peu de l’eau plate, avec au fond du verre autant de bénéfices pour la forme que pour le palais. Cerise sur la carafe ? Les petits en raffolent aussi : youpee !
À vos pots du druide, pour votre plaisir et celui de surprendre vos invités tout l'été !
À votre fantaisie et surtout... à votre santé !
À votre fantaisie et surtout... à votre santé !
À votre fantaisie et surtout... à votre santé !
À votre fantaisie et surtout... à votre santé !

À votre fantaisie et surtout... à votre santé !

Pour varier les plaisirs :
Pour compléter, si vous le souhaitez :
Lire la suite

Cueillette sauvage : c’est (re)parti !

17 Mars 2016 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Bonheurs, #Dans les Jardins Amis, #En cuisine..., #Fleurs, #Gastro sauvage, #Plantes, #Printemps..., #Gourmandises..., #Tonus, #Detox

 

En compagnie de Françoise Marmy

Cueillette sauvage : c'est parti !

Cueillette sauvage : c’est (re)parti !

Vous avez toujours rêvé d’aller passer quelques jours dans les Grisons ou de mieux connaître la Gruyère, de confronter l’image bucolique des paysages suisses à la réalité ? Si vous aimez la nature, y être mais aussi la goûter, c’est peut-être pour cette année ! Pour un maximum de plaisir et de saveurs, suivez le ou plutôt la guide…

Passionnée par le monde végétal et depuis longtemps par la gastronomie sauvage, Françoise Marmy approfondit d’abord ses connaissances aux côtés de François Couplan. Ensemble, ils ouvrent ensuite la voie, très fréquentée depuis, des journées et stages d’initiation à la cueillette. Cueillette suivie, comme il se doit, de la préparation de repas à base de plantes et de fleurs comestibles.

Plus la nature est sauvage, plus Françoise Marmy s’y sent bien. Si la montagne est son endroit de prédilection, les douces campagnes recèlent aussi des trésors qu’elle aime partager. Ici ou ailleurs, elle concocte chaque année un programme des plus variés et... des plus appétissants (voir plus bas).

Mais commençons d’abord par prendre l’apéritif, avec ses canapés à l’alliaire !

Cueillette sauvage : c’est (re)parti !

De quoi avons-nous besoin ?

1 grosse poignée de feuilles d’alliaire, du beurre à température ambiante, du sel, 1 c. à café de moutarde et du pain.

Ensuite...

Hachez finement l’alliaire crue.

Mélangez-la à l’aide d’une fourchette avec du beurre mou.

Ajoutez du sel et une petite cuillerée à café de moutarde.

Etalez cette pâte sur des toasts ou sur des tranches de pain.

Décorez avec des fleurs comestibles de saison (primevère, violette, lamier tacheté, pâquerette, myosotis, etc.)

L'alliaire dans presque tous ses étatsL'alliaire dans presque tous ses états

L'alliaire dans presque tous ses états

Mettez-vous l'eau à la bouche... demandez le programme !

Cueillettes, apéros ou gastro sauvage, dans le Doubs, près de Bulle, en Valais ou dans les Grisons, survie en Haute-Provence… que ce soit pour une journée, un week-end ou une semaine, il y en a pour tous les âges et pour tous les goûts !

Avec Françoise Marmy, partez aussi à la découverte des « simples » pour soigner votre famille ou alors soyez gourmand et apprenez l’art de préparer des confitures sauvages !

Plus ? Retrouvez toutes ses activités sur :

Cueillette sauvage : c’est (re)parti !
Cueillette sauvage : c’est (re)parti !
Cueillette sauvage : c’est (re)parti !
Lire la suite
<< < 1 2