Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.lesjardinsdalice.ch

hiver

REMÈDE « MAISON » : un SIROP PECTORAL

18 Août 2017 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Bien-être, #En cuisine..., #Garder la forme, #Produits "maison" et naturels, #Dans les Jardins Amis, #Fleurs, #Dans les champs, #Plantes, #Éte, #Dans le jardin, #Forme, #Hiver, #Phyto, #Automne, #Bobologie, #Remèdes "maison", #Sirops

 

Petit (ou gros) mal de gorge ?

 

 

Un Sirop et ça repart !
REMÈDE « MAISON » : un SIROP PECTORAL
Les canicules s’éloignent, les soirées se font plus fraîches, et les mois en « r » qui montrent bientôt le bout de leur nez… cela ne va pas tarder à gratouiller et à chatouiller. Anticipez et préparez maintenant le sirop qui chassera les chats dans la gorge de toute votre petite tribu ! En vedette : le lierre terrestre, le plantain et la mauve
 
Les petits remèdes aux grands effets, on en raffole ici ! En voici un, à préparer avec votre cueillette du moment pour pouvoir en profiter lorsque le froid sera venu.
Lierre terrestre, plantain et mauve conjugent leurs nombreuses propriétés, adoucissantes, calmantes, émollientes, pectorales, antitussives et anti-inflammatoires notamment, pour nous aider à soulager plus rapidement refroidissements, toux et bronchite, et garder une voix claire tout l’hiver.
 
Pour réaliser  le Sirop pectoral de Françoise, il vous faut :
1 l. d’eau
800 g de sucre blond bio (ou brun)
1 grosse poignée de feuilles de plantain
1 grosse poignée de feuilles de lierre terrestre (il rampe partout en cette saison)
1 poignée de fleurs de mauve
1 jus de citron
 
 Ensuite...?
 
  • Faites bouillir l’eau et le sucre pendant environ 20 min.
  • Retirez du feu.
  • Coupez grossièrement les feuilles de plantain et de lierre terrestre.
  • Plongez-les dans le sirop bouillant, ajoutez les fleurs de mauve et couvrez.
  • Laissez infuser les plantes quelques heures ou une nuit dans le sirop encore chaud.
  • Filtrez, ajoutez un jus de citron et remettez sur le feu jusqu’à ébullition.
  • Aussitôt cette dernière atteinte, remplissez à ras du goulot des bouteilles propres et préalablement trempées dans de l’eau bouillante.
  • Il ne vous reste plus qu’à étiqueter…
 
L’idéal est de boire ce sirop dilué avec de l’eau chaude ou ajouté à une tisane.
Rien ne vous empêche cependant d’en prendre jusqu’à 4 cuillères à café par jour (3 pour les enfants).

 

La recette de ce sirop pectoral, tout comme d'ailleurs les photos de ce billet, sont de Françoise Marmy. Merci à elle !

Vous aimez les saveurs de la cuisine sauvage, les préparations gourmandes, boissons ou confitures par exemple ? Vite, allez faire un tour sur son site et découvrez ses stages de septembre :

 

Plus sur la mauve ? Pour ça, c’est par là…

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

REMÈDE « MAISON » : un SIROP PECTORAL
REMÈDE « MAISON » : un SIROP PECTORAL
REMÈDE « MAISON » : un SIROP PECTORAL

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

Pour la Saint Valentin, offrez-lui les saveurs de l’amour !

3 Février 2017 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Fêtes, #Epices, #Autres Plaisirs, #Bonheurs, #Gourmandises..., #Plantes Aromatiques, #Libido, #Hiver, #En cuisine..., #Tonus

Pour la Saint-Valentin...
Les Saveurs de l’Amour !
Pour la Saint Valentin, offrez-lui les saveurs de l’amour !
Jouer des herbettes et des épices en cuisine, c’est un peu comme mettre du piment dans sa vie : avec elles, plus de saveurs et de parfums, plus de couleurs, un zeste de fantaisie et des plats franchement ensoleillés. En plus, certaines épices seraient aphrodisiaques… Invitez-les - toute l’année - plus souvent à dîner !
Certains aliments, plantes et épices ont la réputation de favoriser les ardeurs et de rendre les amoureux plus fougueux. Et cela depuis fort longtemps : à l’époque des Romains déjà, Julie, fille d’Octave-Auguste faisait non seulement servir un ragoût d’huîtres (qui est à lui seul un « must » en cuisine de l’amour ! ), mais en plus elle l’assaisonnait de poivre, céleri, pignons, girofle, cumin et coriandre… autant d’épices particulièrement douées pour mettre les sens en fête !
Aphrodite et Eros à table
Les huîtres, qui étaient aussi en bonne place dans les banquets de Cléopâtre, avaient également les faveurs d’un certain Casanova : il en avalait, dit-on, plusieurs douzaines avant d’aller honorer ses rendez-vous.
C’est sans doute grâce à leur étonnante richesse en sels minéraux que les huîtres, tout comme d’ailleurs d’autres crustacés, doivent leur excellente réputation.
Quant aux épices, en plus de celles préconisées par Julie-la-Romaine, comptez aussi avec quelques autres…
Leur force ?
Le poivre de Cayenne, riche en vitamine C, stimule la circulation.
Le céleri, lui, contient des vitamines A, C, P, ainsi que différentes vitamines du groupe B, des minéraux et des oligo-éléments. Excellent pour les muscles, il a, comme beaucoup d’aliments stimulants, des propriétés vasodilatatrices et aide à combattre le vieillissement. Un aliment longue vie et grande forme donc !
Les clous de girofle, eux, ont la réputation d’être parmi les plus puissants aphrodisiaques naturels. Efficaces contre la fatigue, physique ou intellectuelle … de tout grands alliés !
La coriandre, qui contient elle aussi beaucoup de vitamine C, semble avoir un effet légèrement euphorisant.
Quant au gingembre, ses propriétés stimulantes sont si remarquables que l’on raconte que pendant longtemps cette racine était réservée à l’usage exclusif de l’empereur. Aujourd’hui, ouf, chacun peut en profiter ! Frais, le gingembre a bien plus de goût que sec et en poudre. Utilisez-le pelé puis coupé en petits morceaux, avec de l’ail et de l’oignon, avant d’y faire revenir des légumes, ou alors parsemez vos préparations de gingembre frais râpé. Excellent au goût, pour la digestion et… pour tout le reste !
Originaire d’Asie, le ginseng est un puissant tonique pour tout l’organisme. Anti-inflammatoire et antioxydant, il aurait aussi des propriétés stimulantes sur l’activité sexuelle.
Pensez encore au raifort, si agréable pour relever salades, sauces et pâtés, à la noix de muscade, particulièrement recommandée aux messieurs (à doser raisonnablement), et au safran qui stimulerait, lui aussi, la libido. Attention à ne pas abuser de ce dernier, car en excès, il provoquerait... des fous rires incontrôlables !
Si l’efficacité des épices sur l’augmentation ou l’intensité du désir est plus souvent supposée que vraiment prouvée, une chose est certaine : les épices contribuent à augmenter la résistance physique, et donc à lutter contre la fatigue, elle-même grande ennemie de la libido. En plus, délicieuses et souvent colorées, elles rehaussent l’aspect et les saveurs des plats… aucune raison vraiment de s’en priver !
Menthe, sauge, mais aussi roquette ou sarriette sont toutes de délicieuses complices

Menthe, sauge, mais aussi roquette ou sarriette sont toutes de délicieuses complices

Salades revigorantes et desserts parfumés
Côté herbettes, faites bonne place à la sauge, la menthe, à la roquette et à la sarriette d’été. Si dans le Sud, on surnomme aussi cette dernière « gingembre provençal », ce n’est pas pour rien. Sans oublier, en cuisine ou en tisane également, le thym, qui purifie le corps tout en tonifiant l’organisme.
Casanova, toujours lui, confectionnait son vinaigre personnel, apparemment une autre source secrète de son étonnante vigueur. À défaut d’en connaître tous les secrets, voici une suggestion qui s’en rapproche :
  • Dans un litre de vinaigre de vieux vin, laissez infuser une pointe d’ail, de la sauge, de l’estragon et de la sarriette.
  • Au dernier moment, parsemez encore votre salade d’origan…
Et pour le dessert ?
Misez sur les préparations à base de chocolat, bien sûr, ainsi que sur celles qui mettent miel, noisettes, amandes, pignons et pistaches à l’honneur. Pensez aussi aux petits morceaux de gingembre confits et à la merveilleuse vanille : en plus de son arôme et de ses effets légèrement euphorisants, son odeur stimule les sens… exactement ce qu’il faut pour un dessert en tendre tête-à-tête !
Et puis, puisque vous avez encore un peu de temps devant vous, si vous lui prépariez, pour vous en réjouir à deux, la  boisson festive et euphorisante par excellence ? J'ai nommé bien sûr l'Hypocras...
Râpé ou confit, de la salade de carotte à la mignardise... vive le gingembre !Râpé ou confit, de la salade de carotte à la mignardise... vive le gingembre !Râpé ou confit, de la salade de carotte à la mignardise... vive le gingembre !

Râpé ou confit, de la salade de carotte à la mignardise... vive le gingembre !

Lire la suite

LIQUEUR D'ORANGE… un autre petit plaisir à partager entre amis !

9 Décembre 2016 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #En cuisine..., #Bonheurs, #Elixirs & Vins, #Fruits, #Gourmandises..., #12 mois par an !, #Hiver, #Tonus, #Fêtes, #Agrumes, #Idées Cadeaux

 

Petits plaisirs

à partager entre amis…

 

 

Votre Liqueur d’Orange !

Les oranges, on aime les regarder, les manger, les sentir et parfois même, véritable symbole de l’hiver, les suspendre piquées de clous de girofle. Et si à l’approche des Fêtes on les mettait aussi en bouteilles, pour se faire de petits plaisirs entre amis ?
La liqueur d’orange « maison », c’est un jeu d’enfants ! Réservé aux grands, évidemment…
Il vous faut juste une demi-heure devant vous, mais aussi
1 kg de sucre brun ou de sucre candi, 6 belles oranges bios, un demi-litre d'eau-de-vie ou d'alcool,  et ensuite... un peu de patience !
-       Versez dans une casserole 7,5 dl d’eau sur 1 kg de sucre brun ou, encore mieux pour affirmer le caractère de votre future liqueur, de sucre candi, et laissez cuire 15 minutes à feu doux.
-       Brossez soigneusement 6 belles oranges bios, séchez-les bien, puis râpez-les pour en récupérer les zestes (sans peau blanche).
-       Pressez les oranges : cela m’a donné ½ litre de jus.
-       Filtrez le jus au-dessus de la casserole, par-dessus le sirop.
-       Versez ensuite le tout dans un gros bocal (de 3 litres par exemple).
-       Ajoutez le zeste, ainsi que ½ litre d’alcool à 60°.
-       Fermez hermétiquement, et laissez reposer à l’abri de la lumière au moins 3 semaines.
Il ne reste plus qu’à filtrer, à mettre en flacons et à offrir ou à déguster… pour accueillir la Nouvelle Année !
Comment obtenir de l'alcool à 60° ? Achetez une bouteille d'alcool à 96° (en grande surface) et rajoutez 6 dl d'eau distillée. Mélangez bien, c'est tout.
LIQUEUR D'ORANGE… un autre petit plaisir à partager entre amis !LIQUEUR D'ORANGE… un autre petit plaisir à partager entre amis !LIQUEUR D'ORANGE… un autre petit plaisir à partager entre amis !

 

Et puis n'oubliez pas, il y a les plaisirs et le bien-être... qui ne sont pas toujours incompatibles ! Vous en trouverez de nombreuses preuves entre les pages de ce petit dernier qui fera des heureux et heureuses 365 Jours par an. Un joli cadeau, non ?
Lire la suite

Avec le VIN de STE HILDEGARDE, placez l'Avent sous le signe du bien-être !

1 Décembre 2016 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Bien-être, #Garder la forme, #Boissons sages, #Elixirs & Vins, #Plantes Aromatiques, #Forme, #Dans le jardin, #Hiver, #Tonus, #Epices, #Phyto, #Automne

Deux potions anti-froid

 

L’une sage... et l’autre moins !

Pour bien commencer l’Avent, voici deux suggestions pour arriver à la fin de l’année en pleine forme, sans rien concéder aux refroidissements.
La première ? La recette du vin préconisé par Ste Hildegarde, cette grande mystique du 12e siècle, pour soulager les problèmes respiratoires :
  • Versez 4 pincées de noix de muscade râpée, 10 g de camomille allemande, 10 g de semences de fenouil, 4 rondelles de gingembre et 10 g de romarin dans un litre de vin rouge.
  • Ajoutez encore 2 cuillerées de miel, et laissez macérer le tout une semaine, si possible au soleil, en remuant chaque jour.
En cas de grippe ou de toux, prenez ensuite quelques cuillères à soupe de cette potion avant chaque repas.
Pensez aussi à ce drôle de vin à titre de fortifiant : une ou deux cuillères par jour devraient suffire.
Préparez-le dès maintenant pour en profiter tout l'hiver !
Plus et surtout… bien plus sage ?
L’origan, que l’on apprécie tant sur les pizzas et dans toute la cuisine italienne, a une action très bénéfique sur les maux d’estomac, mais aussi en cas de refroidissements, de rhume, d’angine, de toux et de bronchite. 
Essayez, sans attendre cette fois,  cette simple infusion :
  • Versez 5 dl d’eau bouillie, juste frémissante, sur une cuillerée à soupe d’origan.
  •  Laissez infuser 10 minutes, filtrez… buvez !
Ses vertus, conjuguées à celles de la chaleur, le rendent également bien utile en cas de rhumatismes ou de torticolis :
  • Placez de l’origan frais, préalablement écrasé, dans un linge, et posez le tout sur le couvercle d’une casserole dans laquelle vous aurez mis de l’eau à cuire.
  • Dès que le cataplasme est chaud, appliquez-le sans attendre sur la zone douloureuse.

 

Que la période de l’Avent vous soit douce et lumineuse !
Avec le VIN de STE HILDEGARDE, placez l'Avent sous le signe du bien-être ! Avec le VIN de STE HILDEGARDE, placez l'Avent sous le signe du bien-être ! Avec le VIN de STE HILDEGARDE, placez l'Avent sous le signe du bien-être !

Vin fortifiant de Ste Hildegarde et infusion d'origan, retrouvez ces deux suggestions sous la seule date du 1er décembre dans ce petit perpétuel autour des plantes. Et il y a encore 365 autres jours...

Lire la suite

En direct du Mexique : ALOE VERA ET BIJOUX en argent

18 Janvier 2015 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Beaute, #Dans les Jardins Amis, #Hiver, #Lotions & Co, #Peau (Soins de la), #Produits "maison" et naturels, #Plantes, #Visage, #12 mois par an !, #Coups de Coeur

En direct du Mexique : ALOE VERA ET BIJOUX en argent
Aujourd’hui je vous emmène dans un jardin très loin du mien : départ chez Nicolas, au Mexique ! L’aloe vera y est roi, et avec lui une recette traditionnelle transmise par Santos, la grand-maman de l’épouse de Nicolas…

Voici donc comment préparer une crème hydratante super efficace….

Choisissez un aloès suffisamment grand pour pouvoir le priver d’une demi-feuille sans qu’il ne s’affaiblisse. Puis :

  • Retirez ensuite la peau de la feuille afin de ne garder que le gel contenu à l'intérieur. Attention : La peau verte étant toxique, il est important de bien retirer toute la peau.
  • Coupez ensuite le gel de la plante en fines lamelles.
  • Mélangez ces dernières à une crème hydratante bon marché et laissez reposer le mélange durant deux jours.
  • Il restera probablement des morceaux de gel : mixez ou écrasez, mais mélangez ensuite bien le tout avant de l’utiliser en application sur le visage.

L'inconvénient d'une telle crème, précise Santos, est que son odeur n’est pas forcément très agréable : pour compenser cet inconvénient, choisissez une crème hydratante de base parfumée.

Mon conseil : ou ajoutez simplement 3 ou 4 gouttes d’huile essentielle de géranium rosat… (ou de lavande, par exemple, si vous êtes un homme).

Deux recommandations encore : le gel de l’aloe vera accélère la guérison de nombreux soucis cutanés, mais n’appliquez en revanche pas cette crème sur une plaie.

Peu de personnes sont allergiques aux plantes naturelles, mais pour vous en assurer, déposer un peu de cette crème sur votre bras. Pas de réaction ? C’est tout bon !

Si vous aimez presque autant les beaux bijoux en argent que les recettes de beauté naturelles...vous allez être comblé(e) !

bracelet de bras en argent  , reproduction fidèle d'un bijou grec datant de 2300 ans.
bracelet de bras en argent , reproduction fidèle d'un bijou grec datant de 2300 ans.

Sous l’enseigne Vivalatina, Nicolas propose des bijoux aztèques, des bijoux mayas et des bijoux contemporains, tous en argent. Son site offre en plus de bien utiles infos et conseils pour en prendre soin. Et puis, si le cœur vous en dit, vous pouvez aussi lui demander de réaliser le bijou de vos rêves… Très joli choix, service impeccable, prix aussi, et le sourire en plus !

Et puis qui sait, à l’approche de la St-Valentin, ça peut donner des idées !

N.B. le superbe bracelet de bras de la photo est une reproduction fidèle d'un bijou grec datant de 2300 ans.

Envie d'en (sa)voir plus ?

Lire la suite

Oranges amères : un délice au jardin d’Alice !

21 Février 2014 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Hiver, #Bonheurs, #Confitures, #Fruits, #Gourmandises...

Oranges amères : un délice au jardin d’Alice !
Si vous aimez les oranges amères, dépêchez-vous, c’est déjà bientôt la fin de la saison. Irrésistibles en confitures, elles font aussi merveille en vin d’orange. Nous en reparlerons, mais l’année prochaine. Aujourd’hui, avec ce vilain temps, il nous faut de la douceur, et vite…

Comme toujours, il y a plusieurs recettes pour cette merveilleuse confiture. Et comme souvent, le plus simple se révèle le meilleur.

L’idée de ce billet était surtout de vous rappeler que si vous en voulez, c’est le dernier moment. Mais tant que nous y sommes…

Pour 8 pots, il vous faut 2 kilos d’oranges amères.

- Brossez- les bien, trouez-les en deux ou trois endroits (une aiguille à tricoter fait l’affaire), mettez-les dans une grande casserole, couvrez d’eau et laissez cuire une heure. Laissez ensuite reposer toute la nuit.

Avec 2 kilos, vous aurez 8 pots. J'ai déjà refait deux fois cette année...

Avec 2 kilos, vous aurez 8 pots. J'ai déjà refait deux fois cette année...

Le lendemain :

- Enlevez l’eau et occupez-vous des oranges : retirez tous les pépins, coupez les écorces très finement, et remettez-les dans la casserole.

- Ajoutez ensuite l’écorce et le jus d’un citron et du sucre (entre 1,5 et 1,8 kg), faites bouillir, et laissez cuire entre 20 et 40 minutes. C’est tout ! Et c’est absolument dé-li-cieux !

Si vous voulez faire du vin d'orange, c'est aussi le moment de le mettre en macération ! Plus d'infos l'année prochaine...

Si vous voulez faire du vin d'orange, c'est aussi le moment de le mettre en macération ! Plus d'infos l'année prochaine...

Lire la suite

BON REVEILLON !

31 Décembre 2013 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Fêtes, #Bien-être, #Plantes Aromatiques, #Huiles Essentielles, #Hiver, #Forme, #Fruits, #Legumes

BON REVEILLON !

Les joies de la table oui, mais sans les ennuis !

Période de festivités oblige, toute l'attention se porte sur les plaisirs, mais parfois aussi les inconvénients des tables trop bien garnies…

Le pire, pour la ligne et pour la forme, ce sont bien sûr les abus alimentaires. L’idéal serait de les éviter, mais entre plaisir des Fêtes, convivialité et gourmandise, ce n’est pas toujours facile. Alors ? Alors réparez les dégâts au plus vite : passez la moitié d’un concombre à la centrifugeuse, et buvez ce jus le matin, à jeun. En cette période, n’hésitez pas à pratiquer ainsi plusieurs jours de suite, ce sera toujours ça de gagné.

Autres grands classiques des fins d’année : les problèmes de digestion.

Pour les contourner, pensez à l’homéopathie, et plus particulièrement au Nux Vomica 5 CH, à la fois pour prévenir et calmer les lourdeurs.

Tout de suite après un repas trop copieux ou autres excès, privilégiez les tisanes de menthe, d’anis, de fenouil ou de gingembre râpé. Ou alors, simple et très efficace aussi : versez un jus de citron dans de l'eau préalablement bouillie, attendez que cette dernière devienne tiède et buvez tranquillement.

Quant aux huiles essentielles, elles sont une fois encore de grandes alliées. Si vous sentez bien que vous avez abusé, 2 gouttes d’huile essentielle de pamplemousse sur une cuillère de miel, à déguster à la fin du repas, se révèle être le plus excellent et gourmand des digestifs.

Toujours intéressantes aussi, les huiles essentielles de menthe après les repas, de basilic indien contre les ballonnements, et encore d’estragon ou de gingembre comme stimulants digestifs. Mais attention : une goutte et d’une huile seulement, par exemple mélangée à une cuillerée de miel..

Gingembre râpé, en infusion ou encore en huile essentielle... un précieux allié en période de festivités !

Gingembre râpé, en infusion ou encore en huile essentielle... un précieux allié en période de festivités !

Lendemains de hier…

La fête, c’est bien. Le lendemain du Réveillon, en revanche, la forme n’est pas toujours au rendez-vous.

Un bon truc à faire en rentrant d’une soirée un peu trop arrosée, à titre de prévention pour le jour suivant, mettez à cuire un oignon et un poireau dans un litre d'eau salée, et buvez le bouillon juste avant d'aller vous coucher.

S’il y a franchement de la gueule de bois dans l’air, versez 2 gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée sur un mouchoir et respirez à fond, le nez dans le mouchoir.

Une boisson vous aidera également : préparez une infusion, par exemple de verveine, ajoutez une cuillère à café de miel, additionnée d’une goutte d’huile essentielle de menthe poivrée et buvez lentement. Et si vous en êtes carrément au stade de la nausée, ajoutez encore 1 goutte d’huile essentielle de gingembre : tout rentrera rapidement dans l’ordre !

Pas d’huiles essentielles à l’horizon, et tout est évidemment fermé ? Pas grave : mastiquez très lentement quelques grains de café, avalez-les, et buvez un grand verre d'eau fraîche.

L'idéal restant bien sûr de vous réveiller tout dispos et en forme pour le premier jour de l'an ... BONNE ANNÉE à tous !

(reprise partielle d'un article écrit il y a 3 ans pour Capitole Magazine)

Lire la suite

TRADITIONS DE NOËL

15 Décembre 2013 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Gourmandises..., #Sans lait ni gluten, #Huiles Essentielles, #Infos sympas, #Autres Plaisirs, #Hiver, #Bonheurs, #Biscuits & Co, #Livres

Incontournables pour des Fêtes réussies, ils font absolument partie de la tradition. Mais qu’en est-il de l’origine de Noël, du sapin, de la bûche ?

Il était une fois, il y a fort longtemps … une fête païenne, célébrée de différentes manières selon les endroits, pour accueillir le solstice d’hiver. Dans la Rome antique, par exemple, de grandes réjouissances, les Saturnales, dédiées au dieu Saturne et à la liberté, se déroulaient chaque année entre le 17 et le 24 décembre. L’échange de cadeaux faisait déjà partie de la coutume, mais ce n’est que bien plus tard que la fête païenne qui marquait le solstice est devenue Noël. Il faudra attendre 3 siècles après le début de notre ère pour que Noël soit reconnu comme fête religieuse officielle, commémorant la Nativité, et deux siècles encore pour qu’elle soit généralisée.

D’où viens-tu, roi des forêts ?

Il est temps donc de bientôt célébrer Noël, avec tout ce que cette fête signifie de chaleur, de partage et de convivialité, indépendamment des convictions religieuses de chacun, et de se réunir pour cela autour du fameux sapin. L’arbre de Noël, qui apporte sa petite magie à chaque fin d’année, que ce soit en le décorant ou en l’admirant, semble bien être un mélange de traditions païennes et chrétiennes.

Bien avant le début de notre ère, donc avant la naissance de Jésus-Christ, les Romains décoraient déjà leurs maisons de lierre, de différents feuillages et de branches de houx, à l’occasion des Saturnales, ces grandes fêtes en l’honneur de Saturne, qui se déroulaient entre le 17 et le 24 décembre.

Toujours selon une très ancienne tradition, les peuples nordiques, eux, plantaient un sapin devant leur maison à l’occasion de fêtes très débridées, données en l’honneur de certains dieux. Ces fêtes de Jul, puisque tel était leur nom, se déroulaient aux alentours du solstice d’hiver.

Dans d’autres régions de l’Europe, on décorait les portes et les fenêtres, mais aussi les plafonds et les miroirs de lierre.

Par ailleurs, on retrouve chez de nombreux peuples, Celtes en tête, le culte de l’arbre sacré, symbole de l’arbre de vie.

Notre actuel sapin de Noël est certainement le descendant d’un mélange de ces différentes coutumes. Il symbolisait lui aussi l’arbre de vie, et ses premières décorations étaient donc tout naturellement des pommes.

Et ce n’est finalement qu’au 18e siècle que l’arbre de Noël fit en tant que tel son entrée dans les églises.

Les pommes firent peu à peu place à diverses friandises. Les bougies, initialement au nombre de douze, une par mois, se multiplièrent (et avec elles les risques d’incendie : prudence toujours !).Puis, selon les régions et les modes, les sapins s’ornèrent de figurines en paille ou de boules colorées, de guirlandes, de petits cadeaux à distribuer… bref de toutes les décorations que l’on connaît aujourd’hui.

Quant la fameuse bûche de Noël, qui ne saurait manquer sur aucune table, elle est elle aussi reliée à un rite païen. Autrefois, pour avoir une bonne récolte l’année suivante, la coutume voulait que l’on place dans l’âtre une très grosse bûche, de préférence d’un tronc d’arbre fruitier, qui se consume le plus lentement possible, l’idéal étant qu’elle puisse durer jusqu’au passage de la nouvelle année. Dans ce but, elle était traditionnellement bénie juste avant l’allumage avec une branche de buis ou de laurier. En région viticole, la bûche était même arrosée de vin, pour assurer de belles vendanges. Comme on lui attribuait des vertus magiques, ses cendres étaient ensuite parfois réparties, pour améliorer les récoltes mais aussi pour protéger la maison et ses habitants.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5