Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.lesjardinsdalice.ch

plantes

S'embrasser sous le gui, oui, mais pas cette année

30 Décembre 2021 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Dans la forêt, #Hiver, #Bonheurs, #Traditions, #Fêtes, #Plantes

 

En attendant de pouvoir 

 

s'embrasser sous le Gui...

S'embrasser sous le gui, oui, mais pas cette année

Passer la nuit de la Saint Sylvestre avec celles et ceux que l’on aime est déjà une excellente raison d’être heureux. Il y a un moment où les yeux brillent encore plus fort… avec les douze coups de minuit qui approchent, c’est le moment d’échanger des vœux ainsi que, lorsque la situation le permet, des baisers, donnés de préférence sous le gui !

L'origine de cette charmante tradition se perd dans la nuit des temps. Même si elle n’est guère conseillée entre amis cette année, il est permis d’y songer avec un soupçon de nostalgie… en attendant bien sûr de la remettre à l’honneur l’année prochaine !
Les Druides considéraient déjà le gui, particulièrement celui qui poussait sur les chênes, comme une plante sacrée. Ils l’appelaient « rameau d’or », et seuls certains d’entre eux avaient le privilège de pouvoir le couper, avec une serpette en or si l’on en croit la légende. Pour que le gui garde toutes ses vertus, il devait être cueilli le sixième jour de la lune, qui correspondait au début du mois gaulois.
À cette époque, on prêtait au gui, pris sous forme de boisson, toutes les vertus : non seulement il assurait la fécondité, mais il était un remède contre tous les poisons. Les Druides lui donnaient d’ailleurs un nom qui, dans leur langue, signifiait « guérissant tout ».
La tradition traversa allègrement les siècles, puisqu’il était encore de coutume au Moyen Âge de suspendre du gui aux poutres des plafonds pour assurer la prospérité de la maison et de tous ses occupants : culture, animaux, descendance…
Survivance sans doute du vieux culte druidique, il est toujours conseillé, aujourd’hui encore, d’accrocher du gui aux portes et aux fenêtres à l’époque de Noël et surtout pour le Nouvel An, afin de faire profiter toute la maisonnée et ses invités de ce véritable symbole de paix, de santé et de bonheur.
Quant à savoir pourquoi on s’embrasse sous le gui, différentes légendes circulent… La première raconte que les Druides eux-mêmes accrochaient du gui à l’entrée de leur maison, en guise de protection contre les mauvais esprits, et qu’ils embrassaient leurs visiteurs sous ce même gui pour leur porter chance et bonheur.
Ailleurs on raconte que, dans des temps fort éloignés, lorsque des ennemis se rencontraient sous du gui dans la forêt, ils renonçaient à tout combat et faisaient la paix jusqu’au lendemain. C’est de là que viendrait la coutume de s’embrasser sous du gui, en signe d’amitié.
Chez les Romains, toujours à l’époque des Saturnales, pour embrasser une jeune fille, il suffisait de l’entraîner à son insu sous une boule de gui :  une croyance populaire voulait en effet que l’on ne puisse refuser un tel baiser, sous risque de ne pas se marier pendant toute l’année suivante…
Ainsi, il est de bon augure pour les amoureux de s’embrasser sous le gui : une longue et heureuse vie de couple les attend ! On dit parfois aussi que le même baiser sous la plante autrefois considérée comme sacrée annonce un mariage dans l’année. À vous de voir si vous préférez embrasser votre amoureux dessous, ou juste à côté du gui !
Quant au bisou entre amis, véritable rituel de la nuit de la Saint Sylvestre, il favoriserait la réalisation des vœux de chacun(e), tout en scellant encore davantage les liens amicaux.  Pour ce bisou porte-bonheur, il faut cependant attendre encore un peu, mais dans tous les cas…

 

Bonne Année à chacun-chacune !

 

🥂

 

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

Lierre grimpant et 1000 autres remèdes naturels

10 Décembre 2021 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Bien-être, #Bobologie, #Dans la forêt, #Dans le jardin, #Livres, #12 mois par an !, #Plantes, #Peau (Soins de la), #Soins du corps, #DIY, #Produits "maison" et naturels, #Phyto, #Idées cadeaux

 

Lierre grimpant & Co

 

1000 remèdes… sinon rien ?

Lierre grimpant et 1000 autres remèdes naturels
Non, je plaisante, bien sûr 😉 ! L’heure est aux cadeaux, alors Amis de la nature et du naturel, en voici un vraiment de taille, à vous faire ou à offrir autour de vous ! Dans les Jardins d’Alice, vous le savez bien, on aime les plantes, mais aussi les livres. Alors comment ne pas craquer pour 1000 remèdes à faire soi-même, de Claudine Luu !
L’idée de l’auteur, docteur en pharmacie, herboriste et docteur es sciences naturelles bien connue ? Nous guider de A à Z, avec 175 plantes faciles à trouver, pour préparer soi-même et en toute sécurité teintures mères, macérats, baumes, lotions, sirops et autres tisanes.
Il faudra bien sûr attendre le printemps pour expérimenter tous azimuts, mais voici déjà de quoi se faire envie, avec un liniment à base de lierre grimpant :
🌿 Faites macérer une poignée de feuilles de lierre fraîches écrasées dans 500 ml de vinaigre de vin ou de cidre, pendant quelques jours.

🌿 Filtrez et ajoutez 100 ml de glycérine végétale.

🌿 Conservez dans un flacon bien bouché, hors réfrigérateur.

Et voilà, vous avez là une préparation cicatrisante et antidouleur, aussi appréciable en cas de « bleus », de brûlures ou de petits bobos, que de rhumatismes.
Le lierre grimpant se prête à différents autres usages, toujours pour notre plus grand bien. Découvrez-les dans cet indispensable guide pour apprendre à mieux connaître les plantes et à bien les utiliser !

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Le livre
Avec cette mise à jour très enrichie de son fameux  "250 remèdes naturels à faire soi-même", l'auteur présente ici aussi bien les grands principes de la phytothérapie, que l’art de la cueillette et du séchage, sans oublier bien sûr les préparations et leurs utilisations. Complet, passionnant et... pratique !
1000 remèdes à faire soi-même, de Claudine Luu, éditions Terre Vivante

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

L’ail : un champion à apprécier en plusieurs versions

19 Novembre 2021 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Bien-être, #En cuisine..., #Garder la forme, #Produits "maison" et naturels, #Legumes, #Plantes, #Dans le jardin, #Hiver, #Tonus, #Sirops, #Bobologie

 

L’ail ? Un vrai champion !

L’ail : un champion à apprécier en plusieurs versions
L’ail, on le sait tous, c’est bon pour la santé. À glisser sans modération dans les petits plats cuisinés ! Même si vous n’en êtes pas fan, il devrait bien trouver de quoi vous tenter. À part le croquer tel quel, y aurait-il une manière plus agréable de profiter de ses nombreux bienfaits ? La réponse est oui !

 

Connaissez-vous le miel à l'ail ? Lancez la préparation aujourd’hui pour la déguster dans quelques semaines…

 

Miel à l’ail

  • Epluchez des gousses d’ail (bio !), gardezles entières et placez-les dans un bocal.
  • Une fois le bocal plein, recouvrez de vinaigre de cidre.
  •  Placez le près d’une source à la fois de lumière et de chaleur, près d’une fenêtre par exemple, et « oubliez-le » au moins 3 semaines.
  • Une fois ce délai passé, filtrez en réservant la moitié du liquide.
  • Versez le reste du liquide dans une casserole avec le même poids en miel, et faites chauffer très doucement en tournant sans cesse, jusqu’à ce que le vinaigre et le miel soient parfaitement mélangés.
  • Versez le jus ainsi obtenu sur les gousses d’ail, fermez le bocal et conservezle cette fois au frais et à l’abri de la lumière.
  • Encore un peu de patience : d’ici 3 semaines vous pourrez déguster…

Vous toussez ? Aïe… non, ail !

 

L’ail a de nombreuses qualités. Grand allié de la circulation sanguine, il est fort apprécié tant pour prévenir l’hypertension que pour lutter contre certains troubles intestinaux ou simplement pour se fortifier.
Antiseptique, bactéricide et expectorant, il est précieux contre les maladies contagieuses, ainsi que pour soigner bronchites, grippes et autres troubles hivernaux. C’est encore le moment de le préparer en sirop !
  • Versez l’équivalent d’une grosse tasse d’eau bouillante sur 100 g de bulbes d’ail épluchés et écrasés. Laissez infuser 15 minutes, passez.
  • Ajoutez 250 g de sucre, et mélangez bien.
  • En cas de toux, prenez jusqu’à 2 cuillères à soupe par jour.
Cet élixir réunit, lui, les propriétés antiseptiques de l’ail et du miel :
  • Hachez ou pressez 10 gousses d’ail, mettez-les dans un récipient et recouvrez de 5 cuillerées à soupe de miel biologique liquide.
  • En cas de toux et de bronchite : une cuillerée à café toutes les deux heures.
 
Vous trouverez ces recettes parmi de nombreuses autres dans « 365 Jours de bien-être » (voir l’onglet « Livres ») 
(Article republié)

 

L’ail : un champion à apprécier en plusieurs versionsL’ail : un champion à apprécier en plusieurs versionsL’ail : un champion à apprécier en plusieurs versions

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Un autre classique, dont apparemment vous raffolez, pour tordre le nez aux derniers refroidissements ?  Par là...

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

Tomates vertes : dégustez-les en confiture !

5 Novembre 2021 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Été, #Automne, #Confitures, #Dans le jardin, #En cuisine..., #Fruits, #Gastronomie sauvage, #Gourmandises..., #Plantes

 

Tomates Vertes ou pas mûres ?

 

Tentez la confiture ! 

Tomates vertes : dégustez-les en confiture !
Confiture de tomates vertes : le nom m’a toujours amusée et l’idée intriguée…. Je m’étais donc promise de m’y intéresser une fois de plus près. À la faveur d’une fin de récolte certes nombreuse mais peu rougissante, voilà qui est chose faite !
Une question a longtemps subsisté : les tomates qui n’ont pas mûri conviennent-elles pour réaliser cette confiture ou faut-il une variété particulière, par exemple la Green Zerba ? En fait c’est égal : les unes et les autres se prêtent fort bien à la réalisation de différentes préparations. L’autre jour, j’ai donc choisi d’essayer cette fameuse confiture.
Si cela vous tente aussi…
  • Déposez dans une grande casserole 1 kg de tomates vertes, essuyées et coupées en très fines lamelles.
  • Ajoutez l’écorce et le jus de deux citrons (bio évidemment), un bon morceau de  gingembre (bio aussi) coupé en petits morceaux, et une gousse de vanille fendue et dont vous aurez pris soin de répartir les graines partout dans la casserole.
  • Versez 700 g de sucre, mélangez bien le tout.
  • Portez à ébullition puis maintenez la cuisson pendant environ 35 minutes.
La confiture est prête quand on ne distingue plus trop les morceaux. On peut aussi faire le test de la goutte qui fige sur l’assiette froide. Il ne reste alors plus qu’à mettre en pots !
Résultat ? Assez surprenant, mais plutôt sympa ! Délicieux sur un pain croustillant, ou alors avec un fromage frais de chèvre ou de brebis 😋! Une prochaine fois, j’en resterai au gingembre et au citron en guise d’assaisonnement, avec peut-être juste un tour de poivre.
Attention : les tomates vertes contiennent de la solanine, une substance toxique susceptible de provoquer différents troubles et de mettre la santé en danger si elle est consommée en excès. Il n’y a cependant en principe pas de souci avec les préparations comme le chutney ou la confiture, dont la consommation reste modérée.

 

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Tomates vertes : dégustez-les en confiture !
Tomates vertes : dégustez-les en confiture !
Tomates vertes : dégustez-les en confiture !
Tomates vertes : dégustez-les en confiture !
Tomates vertes : dégustez-les en confiture !

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Les confitures, c'est bien joli, mais par les froids qui viennent, il faut aussi penser à garder la forme ! Ce Blog déborde de suggestions pour ça, en voici quelques unes...

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

Cynorhodons : c'est la saison !

22 Octobre 2021 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Gourmandises..., #En cuisine..., #Dans le jardin, #Dans la forêt, #Coups de Coeur, #Fruits, #Fêtes, #Automne, #Hiver, #Plantes, #Idées Cadeaux, #Livres

 

Cynorhodons confits...

 

Version bonbons !

Cynorhodons : c'est la saison !
Particulièrement riches en vitamine C, les baies de cynorhodons sont à l’origine d’un sirop dont la réputation n’est plus à faire pour bien traverser les mois en « r ». Aujourd’hui, partons les déguster dans une tout autre version, placée sous le signe de la gourmandise et du plaisir…
Infusion de cynorhodons avec ou sans tranche d’orange, limonade, confiture et gelée, purée ou même, dans certains pays, soupe… le petit fruit de l’églantier sauvage (Rosa canina) comme celui des jardins (Rosa rugosa) sait se faire apprécier sous différentes formes. Traditionnellement récolté après les premières gelées mais très souvent également avant, avec un peu de fantaisie, celui que l'on appelle aussi "gratte-cul" n’hésite pas à se mettre en habits de fête !
Que diriez-vous par exemple de vous lancer dans la préparation de cynorhodons confits ?
  • Pour commencer, récoltez des cynorhodons (*) et placez-les un moment au congélateur : cela facilitera la suite…
  • Coupez-les ensuite par la moitié, et à l’aide d’une petite cuillère retirez tous les poils (très important pour ne pas avoir de mauvaises surprises...) et les graines.
  • À partir de là, réunissez 250 g de cynorhodons ainsi préparés, 295 g de sucre et 150 ml d’eau.
Il faut aussi un peu de patience, car la recette s’étale sur 8 jours…🌺
La recette
🌺 Le premier jour, faites fondre 125 g de sucre dans l’eau, laissez frémir jusqu’à épaississement. Retirez du feu, ajoutez les fruits, couvrez et laissez macérer 24 heures.
🌺 Le lendemain, sortez les cynorhodons du sirop, réservez-les. Ajoutez 30 g de sucre au sirop, chauffez et laissez frémir une minute.  Retirez la casserole du feu, remettez les fruits dans le sirop, couvez et laissez à nouveau macérer 24 heures.
🌺 Les 3 jours qui suivent, répétez exactement les mêmes opérations.
🌺 Le sixième jour, tout pareil, mais en ajoutant cette fois 50 g de sucre (plutôt que 30) et en laissant macérer deux jours.
🌺 Le dernier jour, égouttez les baies et disposez-les sur une plaque préalablement recouverte de papier sulfurisé. Glissez la plaque dans le four à 50° C pour une période de 10 à 30 minutes (à surveiller), le temps que tout éventuel reste de liquide s’évapore.
🌺 Le moment est alors venu de récompenser votre patience… mais avec modération !
🌺 Conservez ensuite ces jolies petites baies confites au réfrigérateur.
🌺 (*) Le conseil de Michaël Berthoud, à qui l’on doit cette délicieuse idée : choisir au moment de la cueillette des cynorhodons de la variété Rosa rugosa, celle que l’on trouve dans les jardins, qui seront bien plus gros que ceux des églantiers sauvages.
 

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Michaël Berthoud, cueilleur émerveillé et passionné, organise des sorties sur le terrain et des ateliers. En environnementaliste généreux, il anime également un beau site tout entier consacré à la nature et aux différents usages des belles indigènes.
Il est l’auteur de 54 plantes sauvages et comestibles de Suisse romande et de France voisine, paru aux éditions Attinger. Magnifique, tant dans sa présentation que dans son contenu, cet ouvrage très complet ravira les amateurs de cueillette : en plus des descriptions et informations botaniques, il explique comment conserver les plantes sauvages (dans l’huile, dans le sel, dans le sucre…) et bien sûr comment les cuisiner, avec un choix de recettes tout à fait appétissant ! À vous procurer dans toutes les bonnes librairies indépendantes, ou alors directement auprès de l’auteur, par exemple sur son site : 
Cynorhodons : c'est la saison !
Cynorhodons : c'est la saison !
Cynorhodons : c'est la saison !
Les photos sont de Michaël Berthoud

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

Gingembre : en miel, confiture ou sirop ... c'est encore et toujours le moment !

15 Octobre 2021 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Automne, #Bien-être, #Forme, #Gourmandises..., #Epices, #Garder la forme, #En cuisine..., #Produits "maison" et naturels, #Boissons sages, #Plantes, #Hiver, #Tonus, #Sirops, #Bobologie, #Confitures, #Coups de Coeur, #Dans le jardin

 

Ma botte secrète contre le mal de gorge

 

 

Le Miel au Gingembre

 
Et oui, c'est déjà de nouveau le moment

pour ce très doux billet perpétuel 😉 ! 

Archi simple, délicieux tout l’hiver et remarquablement efficace, connaissez-vous le miel de gingembre ? Si oui, c'est le moment de le préparer. Et sinon ? Il est grand temps de le découvrir...
Parmi tous les trucs de grand-mère pour chasser le chat de sa gorge, et même mieux, éviter qu’il ne s’installe, j’en retiens trois : avoir les pieds au chaud, se couvrir la gorge au moindre froid et prendre de temps à autre une cuillère de ce sirop qui ressemble plutôt à une confiture.
En complément à mon billet "Comment passer entre les gouttes ?", voici la meilleure potion pour garder à la fois tonus et voix claire…
  • Pelez et râpez une grosse poignée de gingembre (même grossièrement, par exemple en lanières, avec l’éplucheur)
  • Couvrez avec un bon miel, et faites chauffer doucement (surtout sans cuire ni bouillir... pas plus de 37°, afin de ne pas perdre ses propriétés) pendant une grosse dizaine de minutes. C’est prêt lorsque le miel dégage une bonne odeur de gingembre…
  • Laissez refroidir et versez le tout dans un bocal en verre, le tour est joué !
Prenez une cuillère de cette préparation dès que vous sentez venir un mal de gorge , la toux ou un rhume.
Astuce gourmande : à condition d’aimer le gingembre, c’est juste fantastique en tartine ou en tisane… : versez de l'eau bouillie sur 2 cuillères de ce sirop, remuez, et appréciez le remontant !
(Billet re-republié )
Gingembre  : en miel, confiture ou sirop ... c'est encore et toujours le moment !Gingembre  : en miel, confiture ou sirop ... c'est encore et toujours le moment !Gingembre  : en miel, confiture ou sirop ... c'est encore et toujours le moment !

Et si vous cherchez une autre excellente alliée pour

 

passer entre les gouttes, c'est par là...

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

Orties : en vinaigre aussi

8 Octobre 2021 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Automne, #Bien-être, #Dans la forêt, #Dans le jardin, #Forme, #Garder la forme, #En cuisine..., #Plantes, #Printemps..., #Produits "maison" et naturels, #Tonus

 

Avez-vous déjà essayé le

 

Vinaigre d’Ortie ?

Orties : en vinaigre aussi
Il est déjà temps de préparer notre organisme pour l’hiver, Et pour nous y aider, l’ortie est championne, même en automne ! Vous le savez : en soutenant le travail de certains organes, elle contribue à l’élimination des déchets toxiques. Et ce n’est pas tout… Diurétique, elle est également fortifiante : son exceptionnelle richesse en précieux nutriments en fait une grande amie de notre bouclier naturel.
Pour profiter de ses nombreux bienfaits, profitez de vos balades automnales pour faire une cueillette de ses plus jeunes feuilles : pensez bien sûr à emporter des gants 😉, choisissez des endroits éloignés des routes et de la pollution et récoltez les sommités de la plante.
Il suffit ensuite de les faire sécher, puis de les émietter et de les conserver dans un gros bocal hermétique pour avoir sous la main de quoi préparer, entre autres, l’une des plus revitalisantes infusions qui soit !

Première proposition, une cure sous forme d’infusion d’ortie :

  • à raison de 2 cuillères à soupe d’ortie séchée et infusée 10 minutes dans 2,5 à 3 dl d’eau bouillante, prenez 3 tasses par jour de cette tisane pendant 3 semaines.

Tellement bien aussi… le Vinaigre d’Ortie !

Après ceux de capucine, de marjolaine, de romarin, sans oublier le merveilleux Oxymel, le vinaigre d’ortie ne va pas tarder à rejoindre ma collection, puisqu’il est maintenant en préparation.
Une nouvelle fois, rien de plus simple…
🌿 En retour de balade et de cueillette, laissez 3 ou 4 belles poignées d’ortie sécher à l’air libre pendant 24 heures.
🌿 Le lendemain, recouvrez d’un litre de vinaigre de cidre bio, et laissez macérer pendant 15 ou 21 jours, si possible au soleil.
🌿 Filtrez, et appréciez soit à raison d’une petite cuillère de vinaigre dans une tasse d’eau chaude lorsque vous vous sentez un peu à plat, soit tout simplement en salade.
Fortifiant et recalcifiant, ce vinaigre d’ortie a en plus un goût agréable : que demander de plus 😊 !
🌿🌿🌿🌿🌿🌿🌿🌿🌿🌿

 

Plus sur les orties ? Suivez le lien...

Et si vous avez envie d'un autre vinaigre, avec cette fois une herbe de votre jardin... 

Orties : en vinaigre aussi
Orties : en vinaigre aussi
Orties : en vinaigre aussi

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

 

 

Lire la suite

Calendula… pour en finir avec certains soucis !

24 Septembre 2021 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Automne, #Beauté, #Bien-être, #Bobologie, #Dans le jardin, #Fleurs, #Été, #Peau (Soins de la), #Produits "maison" et naturels, #Plantes, #Macérât, #Soins du corps, #Visage, #Pour eux aussi...

 

Calendula

 

Avec lui, oubliez certains soucis !

Calendula… pour en finir avec certains soucis !

Ici ils sont encore magnifiques, et ces lumineux petits soleils font merveille dans différentes recettes de bien-être et de beauté. Quelle ingratitude d’ailleurs de les appeler des soucis, alors que le nom de calendula est tellement plus joli !

Au 12e siècle déjà, Sainte Hildegarde vantait les nombreux mérites du souci, ou Calendula officinalis, qui est aujourd’hui l’une des plantes les plus employées en cosmétique. En usage externe, ses propriétés anti-inflammatoires et antiseptiques en font en effet une grande alliée de la peau. Voyons plutôt…
Comment nettoyer en profondeur les peaux très fragiles, sans pour autant les exposer à des réactions inflammatoires ? Essayez le masque-peeling au calendula :
  • Mélangez une cuillère à soupe de fleurs de souci séchées à une cuillère à soupe de lait démaquillant doux.
  • Étalez ce lait au calendula sur votre visage encore un peu humide, laissez agir 5 minutes, puis massez délicatement du bout des doigts, en effectuant de petits cercles.
  • Retirez le reste du masque à l’eau tiède, terminez par une lotion puis une crème de soins.
Histoire de varier les plaisirs, voici une lotion adoucissante archi-simple à préparer, aussi longtemps que votre jardin vous le permet :
  • Versez une grosse tasse d’eau bouillante sur deux cuillères à soupe de fleurs fraîches de souci, ou calendula, laissez infuser 10 minutes et filtrez.
Vous pourrez ensuite la conserver jusqu’à 5 jours au réfrigérateur.
oOoOoOoOoOoOoOo
Quant au fameux macérât de calendula, tellement utile, le voici dans toute sa simplicité :

 

  • Remplissez un bocal, préalablement stérilisé, de fleurs séchées de souci.
  • Recouvrez d’une bonne huile végétale, amande douce, noyaux d’abricot, olive ou sésame, et laissez macérer entre 3 et 4 semaines à l’abri de la lumière.
  • Filtrez, et versez dans un ou des flacons opaques.
Ce macérât huileux garde toutes ses qualités pendant 6 mois environ.
Vous l’apprécierez aussi bien pour favoriser la cicatrisation des blessures que pour apaiser les brûlures, les coups de soleil, les éruptions cutanées. Calmant et adoucissant, il agit comme un baume pour les peaux irritées.
Profitez de ses propriétés pour soigner les petites plaies, cajoler votre peau après une exposition au soleil ou nourrir les mains déshydratées.
En guise de petit bonus… 
Pour apaiser tous les... soucis de peau,  y compris l’érythème ou « fesses rouges » des nourrissons :
  • Versez de l’eau bouillante sur une cuillerée à café de pétales de fleurs de souci, laissez infuser entre 5 et 10 minutes, filtrez.
Trempez une compresse dans l’infusion, et appliquez-la sur la zone à soigner.
On vous l’avait dit : le souci ne demande vraiment qu’à diminuer les vôtres 😉 !
Et si vous avez envie de préparer un véritable onguent, dans les règles de l’art, Jean vous expliquait tout par là :

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo​​​​​​​OoOoOoOoOoo​​​​​​​OoOoOoOoO

Lire la suite

ROSE TRÉMIÈRE, le charme absolu

10 Septembre 2021 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Beaute, #Bien-être, #En cuisine..., #Produits "maison" et naturels, #Fleurs, #Gourmandises..., #Peau (Soins de la), #Plantes, #Soins du corps, #Visage, #Automne, #Bobologie, #Bains, #Dans le jardin, #Été, #Dessert & Douceur

 

Rose Trémière

 

 

Le charme absolu !

ROSE TRÉMIÈRE, le charme absolu
Belle et grande dame des jardins un peu sauvages et autres endroits parfois improbables, la rose trémière a déployé ses charmes tout l’été. Si vous avez la  chance d’en avoir à portée du regard, il ne tient qu’à vous de vous laisser enchanter encore plus longtemps…
 
La substance qui leur donne leurs magnifiques teintes servait autrefois à colorer le vin et parfois aussi les tissus. Fuchsias, mauves ou blanches, les roses trémières se plaisent en bordures des jardins mais aussi le long du chemin. 
Leurs fleurs, simples ou doubles, en plus d’être splendides, sont riches en mucilage, et recèlent des qualités proches de celles de la guimauve. Comme les mauves ou encore les hibiscus, elles font d’ailleurs toutes partie de la très grande famille des Malvacées.
 
Côté bien-être, on apprécie leurs propriétés adoucissantes et anti-inflammatoires autant pour soulager les muqueuses que pour calmer les peaux irritées.
Pour bénéficier au mieux des qualités de la rose trémière (Alcea rosea) même lorsqu’elle ne sera plus du tout de saison, s'il vous en reste, plus une minute à perdre... récoltez les fleurs entières et faites-les sécher, à plat, dans un endroit sombre et chaud.
Elles vous aideront ensuite à soulager toux, rhume et bronchite :
  • Versez une grosse tasse d’eau bouillante sur 2 cuillerées à café de fleurs séchées et hachées. Laissez infuser 10 minutes, puis filtrez. Sucrez avec un peu de miel, et buvez 3 tasses par jour.
 Si vous avez mal à la gorge, utilisez la même infusion en gargarisme ou en bain de bouche.
 
Associée à d’autres plantes, camomille et racine de tormentille notamment, la rose trémière aide également à calmer certaines douleurs intestinales.
 

Côté Beauté

 

La rose trémière est aussi l'alliée de votre peau et de votre beauté. Votre peau vous démange, vous avez des irritations cutanées ?
  • Versez une grosse tasse d’eau bouillante sur 2 cuillerées à café de fleurs séchées et hachées de rose trémière, laissez infuser 10 minutes, puis filtrez.
  • Laissez tiédir, trempez une compresse et appliquez sur l’endroit douloureux.
Pensez aussi à cette belle dame pour un bain de beauté, aux vertus à la fois apaisantes et hydratantes :
  • Ajoutez simplement une poignée de fleurs à l’eau de votre bain !
 

Gourmand et amusant

 

Ravissantes au naturel, les roses trémières savent aussi se faire coquettes dans l’assiette : une fois leur pédoncule retiré, vous pouvez en garnir vos salades et vos tartes ou encore les cristalliser. Comment ? Rien de plus simple :
  • Remplissez d’abord une assiette de sucre fin, puis battez un blanc d’œuf en neige. Avec un pinceau, enduisez ensuite les roses trémières (préalablement débarrassées de leur pédoncule) du blanc d’œuf battu, puis recouvrez-les de sucre.
  •  Recouvrez une plaque à gâteau de papier sulfurisé, déposez-y les fleurs, et glissez au four, à 80° : laissez la porte ouverte, et retirez dès que la confiserie semble prête.

(Article republié)

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

 
Et si vous aimez les recettes bien-être et/ou beauté au naturel, ou les plantes tout simplement... jetez aussi un coup d'oeil par là : http://www.lesjardinsdalice.ch/livres.html
Althéa, rose trémière et mauve... trois superbes représentantes de la famille des Malvacées !
Althéa, rose trémière et mauve... trois superbes représentantes de la famille des Malvacées !
Althéa, rose trémière et mauve... trois superbes représentantes de la famille des Malvacées !

Althéa, rose trémière et mauve... trois superbes représentantes de la famille des Malvacées !

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

Verveine citronnelle : en sirop ou en dessert ?

27 Août 2021 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Bien-être, #Boissons sages, #Cool... relax !, #Coups de Coeur, #Dans le jardin, #En cuisine..., #Été, #Plantes, #Plantes Aromatiques, #Sans lait ni gluten, #Sirops, #Gourmandises..., #Automne

 

Verveine en folie (bis)

 

En sirop ou en cœur ?

Verveine citronnelle : en sirop ou en dessert ?
Saviez-vous que la verveine citronnelle aurait le pouvoir de nous aider à nous rappeler de nos rêves ? Et même parfois à nous donner des rêves prémonitoires ? Si cela vous dit, mais surtout pour le plaisir de se rafraîchir délicieusement et aussi de se détendre, voici une première suggestion…
Le sirop de verveine citronnelle

 

Cette belle dame est relaxante, fortifiante et apéritive. J’en raffole sous de nombreuses formes, et le sirop n’est pas la moindre…
Pour le préparer :
  • Portez à ébullition un demi- litre d’eau et 500 g de sucre.
  • Maintenez un petit quart d’heure, éteignez et retirez de la plaque.
  • Ajoutez 4 ou 5 branches de verveine citronnée, et laissez infuser toute la nuit.
  • Le lendemain, filtrez, mettez en bouteille… oui, c’est tout !

Dessert coup de cœur !

Comment transformer vite fait bien fait votre passion pour la verveine en un irrésistible dessert ? C’est archi-simple ! En plus, le cœur à la verveine se décline aussi bien en flan qu’en crème. Un délice sans lait et sans gluten à partager avec ceux que vous aimez !

 

👀 Faites chauffer un demi-litre de lait de riz.
👀 Mettez dans la casserole une grosse poignée de feuilles de verveine citronnée (à doser selon l’intensité recherchée), laissez infuser une vingtaine de minutes.
👀 Retirez la verveine, puis portez la préparation à ébullition en ajoutant de l’agar-agar, et en remuant constamment.
👀 Retirez du feu, ajoutez - ou non - du sucre, laissez refroidir et hop, au réfrigérateur !
Que vous la préfériez en crème ou en flan ... laissez-vous tenter !
Quelques indications pour vous aider à adapter ce dessert à votre goût ?
🌿 Les quantités sont prévues ici pour 4 personnes. À multiplier par autant de petits et grands gourmands que vous voulez !
🌿 Je mets un sachet d'agar-agar pour un flan très ferme, et un demi-sachet pour une crème.
🌿 À la place du lait de riz, vous pouvez bien sûr prendre du lait de noisette ou d’amande : la sensation finale est moins fraîche, moins légère, mais certain(e)s trouveront peut-être plus onctueux. 
Entre infusion diurétique et calmante, à déguster chaude ou glacée, délicieux et rafraichissant sirop de verveine ou mélange verveine-menthe, "maison" toujours, gelée irrévérencieuse, liqueur ou même eau de toilette très très "verte" (oui, toutes les recettes sont sur ce Blog 😉 ),   profitez de la verveine citronnée pendant que vous en avez encore sous la main. Et n’oubliez pas lorsque le moment sera venu de la récolter et de la faire sécher !

 

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Envie d'une petite variante, un peu moins sage, sur le même thème... ?

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Verveine citronnelle : en sirop ou en dessert ?
Verveine citronnelle : en sirop ou en dessert ?
Verveine citronnelle : en sirop ou en dessert ?
Verveine citronnelle : en sirop ou en dessert ?
Verveine citronnelle : en sirop ou en dessert ?

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 > >>