Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.lesjardinsdalice.ch

plantes

Les "simples" sont-elles efficaces ?

7 Octobre 2016 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Bien-être, #Bobos & Co, #Dans le jardin, #Éte, #Garder la forme, #Menthe, #Produits "maison" et naturels, #Phyto, #Zen, #Plantes

 

Les plantes sont-elles efficaces ?

 

La preuve par... 33 !

Les "simples" sont-elles efficaces ?

Tisanes, fumigations, cataplasmes et bains aux plantes font partie de la panoplie « santé » de nos douces grand-mères. Lesquelles nous ont, pour notre plus grand bonheur, souvent transmis une partie de leur savoir. Faites-vous partie de ceux qui se demandent parfois si tout cela est bien sérieux ?

Réponse entre les pages d’un livre : Les 33 plantes validées scientifiquement, des Drs Bertrand Graz & Jacques Falquet. Sa particularité ? Ses auteurs sont respectivement médecin et biochimiste, chercheurs, tout deux passionnés par le monde végétal et bien sûr le désir de partager leurs connaissances et leurs découvertes.

Ne vous y trompez pas : il y a beaucoup plus que 33 plantes qui ont fait leurs preuves scientifiquement ! Dans leur souci de mettre ces précieuses infos à notre portée, les auteurs se sont cependant limités à celles que l’on peut trouver et identifier facilement, sans risque de confusion, et qui ne présentent de surcroît pas d’effets secondaires dangereux.

Un ouvrage d’ores et déjà incontournable pour celles et ceux qui veulent prendre le plus souvent possible leur santé en main naturellement. Et il n’y a plus qu’à suivre les guides, d’abord sur le chemin des décisions, pour aller du symptôme à la plante la plus susceptible de le soulager. Chaque « simple » fait l’objet d’un portrait complet, assorti des endroits où la trouver, et bien sûr de son mode d’emploi.

 

M comme Menthe,

mais aussi comme maux de tête et migraine ...

Les "simples" sont-elles efficaces ?

Pas de temps à perdre… j’ai donc testé l’alcool de menthe, tel que proposé dans ce livre, pour soulager migraine, tensions musculaires et autres maux de tête :

Si ce n’est déjà fait, cueillez la menthe de votre jardin et mettez-la sécher.

- Une fois la menthe bien sèche, émiettez-la et placez-la dans un bocal propre.

- Recouvrez d’alcool à 90°.

- Fermez le bocal et laissez-le reposer une semaine à l’abri de la lumière.

- Après une semaine, filtrez avec une passoire fine.

- Admirez au passage la belle couleur verte de la préparation, mais transvasez-la aussitôt dans un flacon en verre de préférence teinté.

Ensuite, lorsque c’est nécessaire, appliquez du bout des doigts sur les tempes et le front en massant doucement pour bien faire pénétrer. Attention toutefois à ne pas appliquer trop près des yeux ou gare aux risques d’irritation.

Les "simples" sont-elles efficaces ?

Cette recette d'alcool de menthe est l’une des propositions de Bertrand Graz & Jacques Falquet. Les amateurs, éclairés ou non, en trouveront de nombreuses autres, simples efficaces et surtout … confirmées, dans Les 33 plantes validées scientifiquement - stratégies de soins et modes d’emploi, paru aux éditions Favre.

Plus sur ce livre ? Sous Plantes & Phyto, par ici...

Et plus sur la Menthe ? Alors ça, c'est à plein

d'endroits dans ce blog, par exemple par là...

Lire la suite

BOURRACHE : la plante qui rend heureux

12 Août 2016 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Beaute, #Dans le jardin, #Éte, #Fleurs, #Gastro sauvage, #Lotions & Co, #Plantes, #Peau (Soins de la), #Visage, #Soins du corps

Avez-vous de la Bourrache,

 

la "plante qui rend heureux" ?

BOURRACHE : la plante qui rend heureux

Si les Anciens l’appelaient « la plante qui rend heureux », ils savaient bien pourquoi ! À vous aujourd’hui de profiter de cette « simple » aux immenses qualités… et de plus facile à trouver puisque la bourrache, cette jolie fleur bleue, pousse sauvagement au bord des sentiers et dans les jardins.

Parions que vous aimerez autant l’huile tirée de ses graines que ses ravissantes petites fleurs bleues pour leurs effets adoucissants, calmants et purifiants !

Au 16e siècle, un herboriste anglais, John Gerard, vantait déjà ses mérites: « un sirop fabriqué avec des fleurs de bourrache réconforte le cœur, chasse la mélancolie, apaise l’individu agité ou lunatique ».

Depuis, les chercheurs ont trouvé le secret de la bourrache : ses graines contiennent plusieurs acides gras essentiels très précieux pour la forme, la santé et la beauté, dont un, l’acide gammalinolénique, est même indispensable à l’organisme.

Grande amie de l’épiderme, l’huile issue de ses graines améliore de manière durable l’hydratation de la peau, de l’intérieur et en profondeur : excellent pour entretenir son élasticité, sa souplesse, préserver sa jeunesse et lutter contre le vieillissement prématuré ! Un « must » que les peaux sèches, fragiles ou dévitalisées apprécieront particulièrement…

- Quelques gouttes de bourrache matin et soir, en léger massage sur la peau parfaitement nettoyée, ont un visible effet antirides… qu’on se le dise !

Intéressons-nous plutôt ici à ce que l'on peut

concocter soi-même...

BOURRACHE : la plante qui rend heureux

Vous avez de la bourrache en abondance ? Parfait pour préparer d’abord une lotion adoucissante, agréable à toutes les peaux :

- Jetez une poignée de feuilles de bourrache dans l’équivalent d’une tasse d’eau bouillie, couvrez, laissez infuser 20 minutes et filtrez. C’est tout !

- Pour en profiter quelques jours, conservez-la au réfrigérateur.

La bourrache convient aussi très bien à la préparation de cataplasmes contre les démangeaisons et autres irritations, mais aussi en masques pour préserver la souplesse de la peau et prévenir l’apparition des rides.

Si votre peau est irritée…

- Prenez un joli bouquet de bourrache, et hachez-le finement, tiges et feuilles comprises.

- Mélangez avec 2 ou 3 cuillères à soupe d’argile en poudre et un peu d’eau, de manière à obtenir une pâte.

- Étalez cette dernière sur un linge de coton et appliquez sur la zone irritée.

- Laissez agir entre 30 et 60 minutes.

- Répétez si nécessaire.

Et pour un masque ? Pareil, avec un peu moins d’argile, et en appliquant directement sur la peau du visage. Après l’avoir retiré, terminez - si possible - par l’application de votre lotion à la bourrache !

Attention : les parties aériennes, soit les fleurs, feuilles et tiges de la bourrache contiennent un type d’alcaloïdes (alcaloïdes pyrrolizidiniques) qui à hautes doses peuvent être toxiques pour le foie. Prudence donc si vous vous connaissez une sensibilité de ce côté-là ! Les femmes enceintes, elles, s’abstiendront.
Pour le plaisir des yeux et du palais...
BOURRACHE : la plante qui rend heureux

Pensez aussi à elle en cas de toux ou de bronchite : dans ce cas, recouvrez 1 bonne cuillère à café de fleurs séchées par tasse d'eau frémissante, laissez infuser une dizaine de minutes et prenez 2 à 3 fois par jour, entre les repas.

Lorsqu'elles sont jeunes, ses feuilles se marient bien aux salades, vous les préférerez ensuite en légumes...

Pour le plaisir des yeux, n’hésitez pas à parsemer certaines salades de fleurs de bourrache fraîches, ou à en décorer vos canapés et bien sûr vos desserts.

Et puis, pendant que c’est encore largement la saison, les petites fleurs bleues seront du plus joli effet dans vos pots du druide !

Ça, c’était par là :

Lire la suite

Cueillette sauvage : c’est (re)parti !

17 Mars 2016 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Bonheurs, #Dans les Jardins Amis, #En cuisine..., #Fleurs, #Gastro sauvage, #Plantes, #Printemps..., #Gourmandises..., #Tonus, #Detox

 

En compagnie de Françoise Marmy

Cueillette sauvage : c'est parti !

Cueillette sauvage : c’est (re)parti !

Vous avez toujours rêvé d’aller passer quelques jours dans les Grisons ou de mieux connaître la Gruyère, de confronter l’image bucolique des paysages suisses à la réalité ? Si vous aimez la nature, y être mais aussi la goûter, c’est peut-être pour cette année ! Pour un maximum de plaisir et de saveurs, suivez le ou plutôt la guide…

Passionnée par le monde végétal et depuis longtemps par la gastronomie sauvage, Françoise Marmy approfondit d’abord ses connaissances aux côtés de François Couplan. Ensemble, ils ouvrent ensuite la voie, très fréquentée depuis, des journées et stages d’initiation à la cueillette. Cueillette suivie, comme il se doit, de la préparation de repas à base de plantes et de fleurs comestibles.

Plus la nature est sauvage, plus Françoise Marmy s’y sent bien. Si la montagne est son endroit de prédilection, les douces campagnes recèlent aussi des trésors qu’elle aime partager. Ici ou ailleurs, elle concocte chaque année un programme des plus variés et... des plus appétissants (voir plus bas).

Mais commençons d’abord par prendre l’apéritif, avec ses canapés à l’alliaire !

Cueillette sauvage : c’est (re)parti !

De quoi avons-nous besoin ?

1 grosse poignée de feuilles d’alliaire, du beurre à température ambiante, du sel, 1 c. à café de moutarde et du pain.

Ensuite...

Hachez finement l’alliaire crue.

Mélangez-la à l’aide d’une fourchette avec du beurre mou.

Ajoutez du sel et une petite cuillerée à café de moutarde.

Etalez cette pâte sur des toasts ou sur des tranches de pain.

Décorez avec des fleurs comestibles de saison (primevère, violette, lamier tacheté, pâquerette, myosotis, etc.)

L'alliaire dans presque tous ses étatsL'alliaire dans presque tous ses états

L'alliaire dans presque tous ses états

Mettez-vous l'eau à la bouche... demandez le programme !

Cueillettes, apéros ou gastro sauvage, dans le Doubs, près de Bulle, en Valais ou dans les Grisons, survie en Haute-Provence… que ce soit pour une journée, un week-end ou une semaine, il y en a pour tous les âges et pour tous les goûts !

Avec Françoise Marmy, partez aussi à la découverte des « simples » pour soigner votre famille ou alors soyez gourmand et apprenez l’art de préparer des confitures sauvages !

Plus ? Retrouvez toutes ses activités sur :

Cueillette sauvage : c’est (re)parti !
Cueillette sauvage : c’est (re)parti !
Cueillette sauvage : c’est (re)parti !
Lire la suite

INFUSIONS SOLAIRES : LE PLEIN DE LUMIÈRE !

24 Septembre 2015 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Automne, #Boissons sages, #Bien-être, #Éte, #Infos sympas, #Menthe, #Plantes Aromatiques, #Plantes, #Verveine, #Epices

Infusions solaires

 

Faites le plein de lumière !

Il va faire beau tous ces prochains jours : profitons-en, avec une idée simplissime mais ô combien plaisante... !
Comment profiter encore plus pleinement et surtout plus longtemps de la belle lumière dorée du moment ? En sortant, en se baladant autant que possible, en ne manquant pas une occasion de mettre son nez à l’air, bien sûr. Pour prolonger le plaisir de ces belles journées tout en réveillant celui de vos papilles, pensez aussi aux infusions solaires !
Vous avez aimé cet été les nombreuses variantes du « pot du druide » ? Lancez-vous maintenant dans les infusions solaires ! C’est tout aussi, voire encore plus simple, et extrêmement réjouissant.
Le principe ?
  • Prenez un grand bocal, garnissez-le d’une belle poignée d’herbes aromatiques de votre balcon ou de votre jardin, recouvrez d’eau fraîche.
  • Refermez le bocal, et placez-le au soleil pour plusieurs heures. L’eau va peu à peu se colorer : c’est normal !
  • Il ne vous reste plus qu’à filtrer le contenu de votre bocal, à le mettre au réfrigérateur pour quel soit bien frais, puis à déguster et… à recommencer, parce que c’est aussi amusant de varier les compositions que délicieux à boire !
Aujourd’hui, j’ai mis de la mélisse, un tout petit peu de menthe, beaucoup de verveine et quelques branches de sarriette.
On peut très bien imaginer de telles infusions avec, en plus des plantes, quelques tranches d’agrumes ou certaines épices : rondelles de gingembre, bâton de cannelle...
À vous de composer vos infusions solaires, selon l’envie et l’humeur du moment !
INFUSIONS SOLAIRES : LE PLEIN DE LUMIÈRE !
INFUSIONS SOLAIRES : LE PLEIN DE LUMIÈRE !
INFUSIONS SOLAIRES : LE PLEIN DE LUMIÈRE !
INFUSIONS SOLAIRES : LE PLEIN DE LUMIÈRE !
Lire la suite

SIROPS DE CONTES DE FÉES

28 Juin 2015 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Boissons sages, #Bonheurs, #Éte, #En cuisine..., #Fleurs, #Gourmandises..., #Lavande, #Rose, #Sirops, #Plantes

SIROPS DE CONTES DE FÉES

Lavande et rose : la seule évocation de tels sirops m’a toujours fait rêver ! Pour colorer votre été et celui de vos enfants, mais aussi agrémenter vos desserts et apporter une touche originale à certaines préparations, plus une minute à perdre : à vos cueillettes, et à vos casseroles !

Quel plaisir de se lancer dans la réalisation d’un sirop à la rose ! Il n’a certes rien d’un grand classique, mais avec son petit goût particulier et surtout sa magnifique couleur, il apporte incontestablement une petite touche magique aux goûters ou aux buffets de l’été.

J’ai testé deux manières de mettre les roses en bouteilles.

Pour la première, on prépare d’abord un sirop, on y laisse ensuite les pétales de roses macérer toute la nuit, avant de filtrer et de finaliser en portant encore une fois à ébullition.

Expérience faite, c’est la deuxième que je préfère, puisque c’est elle qui permet d’obtenir cette délicieuse couleur.

Pour cela…

  • Versez dans une casserole 400 g de sucre, 4 dl d’eau, 4 poignées de pétales de rose et un jus de citron, puis remuez délicatement.
  • Portez à ébullition, et retirez aussitôt du feu.
  • Laissez reposer toute la nuit, idéalement 24 heures.
  • Portez une nouvelle fois à ébullition, filtrez et versez sans attendre dans des petits flacons hermétiques.

Histoire de ne pas passer à côté du goût de la rose, n’hésitez pas à doser suffisamment votre sirop, même si, inévitablement, il contient du sucre.

Plus de roses non traitées au jardin ? Qu’à cela ne tienne : les pétales ou les boutons de roses séchés à usage médicinal (chez votre herboriste) conviennent parfaitement aussi. Dans ce cas, 2 à 3 poignées suffisent.

Nul doute que ce véritable sirop de conte de fée, excellent aussi pour préparer des frappés, ravira les enfants… petites filles en tête ! Les plus grands, eux, l’apprécieront peut-être aussi en sirop, mais plus encore pour décorer et aromatiser une crème, glacée ou non, créer la surprise par exemple sur un petit fromage de chèvre frais ou encore, pourquoi pas, en glaçons. Et voilà de quoi transformer un simple verre d’eau en petite rêverie !

La lavande, pour voir la vie en bleu

SIROPS DE CONTES DE FÉES

Quant au sirop de lavande, ce n’est pas plus compliqué. Partons directement pour 1 dl de plus !

  • Cueillez une trentaine de brins de lavande, de préférence le matin, et en veillant bien sûr de ne pas contrarier les abeilles…
  • Versez 5 dl d’eau et 500 g de sucre dans une casserole , mélangez puis ajoutez la lavande.
  • Portez à ébullition et laissez ensuite cuire doucement une dizaine de minutes.
  • Laissez reposer entre 24 et 48 heures, filtrez… dégustez, par exemple avec une rondelle de citron.

Très rafraîchissant par temps chaud, ce sirop a en plus un petit effet détente bien agréable quand ce n’est pas encore les vacances.

S’il fait au contraire soudain un peu frisquet en soirée, versez du sirop de lavande dans une tasse, complétez avec de l’eau chaude et éventuellement avec une branche de thym.

Là encore, napper une glace à la vanille, aromatiser une salade de fruits, un blanc battu ou un fromage frais… si vous l’aimez son utilisation n’a qu’une limite : celle de votre imagination.

SIROPS DE CONTES DE FÉES
SIROPS DE CONTES DE FÉES
SIROPS DE CONTES DE FÉES
SIROPS DE CONTES DE FÉES

Et si vous avez envie de faire une gelée de rose, oui, par exemple pour des tartines elles aussi de contes de fées... c'est par là :

Lire la suite

CULTIVEZ À LA FOIS VOTRE JARDIN… ET VOTRE BEAUTÉ !

16 Juin 2015 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Beaute, #Coups de Coeur, #Dans les Jardins Amis, #Éte, #Fleurs, #Plantes, #Peau (Soins de la), #Visage, #Cheveux (Soins des), #Bourrache

CULTIVEZ À LA FOIS VOTRE JARDIN… ET VOTRE BEAUTÉ !

Rien de fantastique côté météo en ce moment ? Il nous en faut plus pour se laisser aller ! De toute manière, on va vers l'été, alors voici, en passant, de quoi vous occuper de votre peau et de vos cheveux...

Mauve, capucine ou bourrache, sur ConsoGlobe, faites votre choix !
Lire la suite

Huile de PÂQUERETTES, suite et… fin !

3 Mai 2015 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Beaute, #Fleurs, #Lotions & Co, #Huiles Essentielles, #Printemps..., #Produits "maison" et naturels, #Pâquerettes, #Soins du corps, #Peau (Soins de la), #Plantes

Huile de PÂQUERETTES, suite et… fin !
Vous êtes plusieurs à me l’avoir dit ou écrit : l’opération séchage des pâquerettes, c’est fait ! Voici donc la suite de cette préparation, que j’ai améliorée depuis l’année passée. Pour être tout à fait franche, je n’étais pas très contente de l’odeur : apparemment, c’est tout simplement qu’il vaut mieux sécher d’abord les fleurs. C’est en tout cas ce que l’on va vérifier… ensemble !

Une fois les pâquerettes séchées donc…

  • Placez-les dans un gros bocal, et recouvrez-les d’huile de tournesol ou d’huile de pépins de raisin, légère, sans odeur et bourrée de vitamine E. Quelle que soit celle que vous préférez, choisissez-la évidemment toujours bio ou de première qualité !
  • Laissez macérer pendant 21 jours à la lumière du soleil.
  • Filtrez et conservez à l’abri de la lumière et du soleil, dans une bouteille teintée.
  • Facultatif : ajoutez, si vous le souhaitez, quelques gouttes d’huile essentielle de géranium ou de cèdre pour renforcer encore l’effet raffermissant. Dans ce cas, secouez ensuite votre flacon avant chaque utilisation pour bien mélanger.

Tonifiante, cette huile de pâquerette connue et appréciée depuis l’Antiquité a l’excellente réputation d’être particulièrement douée pour… booster votre buste, précisément, raffermir la peau là où elle en a besoin (cuisse, bras, ventre…), et même apaiser rapidement les bleus en cas de chutes, de contusions et de douleurs.

Certaines l’apprécient également pour estomper les cicatrices, les vergetures ou même les rides : répétez patiemment pendant 2 mois…

Entre 200 et 300 têtes de pâquerettes séchées, recouvertes d'une huile de première qualitéEntre 200 et 300 têtes de pâquerettes séchées, recouvertes d'une huile de première qualité

Entre 200 et 300 têtes de pâquerettes séchées, recouvertes d'une huile de première qualité

Le truc en plus ?

Si vous en faites votre soin privilégié pour le buste, faites pénétrer cette huile en massages circulaires, de la base des seins jusqu’au menton.

Après l’application, une fois que l’huile a bien pénétré, vous pouvez encore optimiser en appliquant quelques secondes sur les seins une serviette préalablement trempée dans de l’eau glacée. Ou alors passez chaque jour un glaçon ainsi que le faisait, dit-on, Catherine de Russie…

PS - Il est bien sûr possible de réaliser ce macérât avec de l’huile d’amande douce, tout autre huile riche en vitamine E, ou encore de l’huile d’olive : cette dernière est certes plus grasse et plus odorante, mais avec elle, votre huile de pâquerette se gardera un peu plus longtemps.

Et encore…

Saviez-vous que boutons, fleurs et petites feuilles fraîches de pâquerettes se dégustent aussi en salade ? Elles ont un effet diurétique, alors n’en abusez pas…

Lire la suite

En direct du Mexique : ALOE VERA ET BIJOUX en argent

18 Janvier 2015 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Beaute, #Dans les Jardins Amis, #Hiver, #Lotions & Co, #Peau (Soins de la), #Produits "maison" et naturels, #Plantes, #Visage, #12 mois par an !, #Coups de Coeur

En direct du Mexique : ALOE VERA ET BIJOUX en argent
Aujourd’hui je vous emmène dans un jardin très loin du mien : départ chez Nicolas, au Mexique ! L’aloe vera y est roi, et avec lui une recette traditionnelle transmise par Santos, la grand-maman de l’épouse de Nicolas…

Voici donc comment préparer une crème hydratante super efficace….

Choisissez un aloès suffisamment grand pour pouvoir le priver d’une demi-feuille sans qu’il ne s’affaiblisse. Puis :

  • Retirez ensuite la peau de la feuille afin de ne garder que le gel contenu à l'intérieur. Attention : La peau verte étant toxique, il est important de bien retirer toute la peau.
  • Coupez ensuite le gel de la plante en fines lamelles.
  • Mélangez ces dernières à une crème hydratante bon marché et laissez reposer le mélange durant deux jours.
  • Il restera probablement des morceaux de gel : mixez ou écrasez, mais mélangez ensuite bien le tout avant de l’utiliser en application sur le visage.

L'inconvénient d'une telle crème, précise Santos, est que son odeur n’est pas forcément très agréable : pour compenser cet inconvénient, choisissez une crème hydratante de base parfumée.

Mon conseil : ou ajoutez simplement 3 ou 4 gouttes d’huile essentielle de géranium rosat… (ou de lavande, par exemple, si vous êtes un homme).

Deux recommandations encore : le gel de l’aloe vera accélère la guérison de nombreux soucis cutanés, mais n’appliquez en revanche pas cette crème sur une plaie.

Peu de personnes sont allergiques aux plantes naturelles, mais pour vous en assurer, déposer un peu de cette crème sur votre bras. Pas de réaction ? C’est tout bon !

Si vous aimez presque autant les beaux bijoux en argent que les recettes de beauté naturelles...vous allez être comblé(e) !

bracelet de bras en argent  , reproduction fidèle d'un bijou grec datant de 2300 ans.
bracelet de bras en argent , reproduction fidèle d'un bijou grec datant de 2300 ans.

Sous l’enseigne Vivalatina, Nicolas propose des bijoux aztèques, des bijoux mayas et des bijoux contemporains, tous en argent. Son site offre en plus de bien utiles infos et conseils pour en prendre soin. Et puis, si le cœur vous en dit, vous pouvez aussi lui demander de réaliser le bijou de vos rêves… Très joli choix, service impeccable, prix aussi, et le sourire en plus !

Et puis qui sait, à l’approche de la St-Valentin, ça peut donner des idées !

N.B. le superbe bracelet de bras de la photo est une reproduction fidèle d'un bijou grec datant de 2300 ans.

Envie d'en (sa)voir plus ?

Lire la suite

Beaucoup de marjolaine, et un zeste de malice…

23 Juin 2014 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Bonheurs, #Cool... relax !, #Éte, #Plantes Aromatiques, #Boissons sages, #Sirops, #Plantes, #Zen

Beaucoup de marjolaine, et un zeste de malice…
Samedi, ce petit blog fêtait son PREMIER ANNIVERSAIRE. Chouette ! Si je ne vous ai pas invité à souffler la bougie, c'est qu'il faisait tellement beau que l'on était tous, vous, moi et les autres, dehors, à profiter de ce premier jour d'été.
Aujourd'hui, lundi, tout est différent.
Alors avant tout... MERCI à vous qui venez me rendre visite souvent et qui donnez ainsi aux Jardins d'Alice leur raison d'être !
Pour encore mieux vous y accueillir dès que les grosses chaleurs seront revenues, je vous sers un petit apéro frais et sans alcool ?

Inspiré par la superbe marjolaine qui pousse ici et par l'envie de varier les boissons plaisirs, voici un sirop à la saveur délicate que les palais fins apprécieront : goût subtil, agréable, très légèrement piquant. À votre santé et à l'été !

- Prenez deux ou trois grosses poignées (ou plus) de marjolaine.

- Mettez dans une casserole, couvrez avec un litre d'eau et un kg de sucre.

- Coupez un citron bio en petits morceaux, ajoutez.

- Portez à ébullition, et faites frémir une dizaine de minutes.

- Laissez reposer de quelques heures à toute la nuit... filtrez !

C'est vraiment simple et très facile à adapter ou à modifier : plus de sucre, brun ou blanc, plus de marjolaine, plus de citron, c'est comme vous voulez... quasiment "le sirop pour les nuls"!

Personnellement, j'aime bien laisser macérer la préparation avant la cuisson.

Je sers ce sirop avec juste de l'eau plate, ou alors avec l'une de ces boissons pétillantes et toniques à la quinine, avec une tranche de citron.

Mmmh... je suis parée pour l'été. Et vous ?

De la marjolaine, autant que vous voulez, autant que vous l'aimez, du sucre et du citron, bio, évidemment !

De la marjolaine, autant que vous voulez, autant que vous l'aimez, du sucre et du citron, bio, évidemment !

Lire la suite

Plantain et allergies saisonnières

20 Mars 2014 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Printemps..., #Bien-être, #Forme, #Infos sympas, #Phyto, #Plantes

Plantain et allergies saisonnières
Quelle chance, le magnolia a ouvert ses premières fleurs hier et le printemps est de retour ! Oui, mais ce n’est pas l’avis de tout le monde… Les allergies aux pollens et rhume des foins ne l’ont pas attendu pour se manifester. Vite, une solution « maison », simple et naturelle qui donne d’excellents résultats !

Selon le même modèle que la teinture de consoude, dont je vous parlais dans un précédent billet, mon producteur préféré vient de me concocter une teinture de plantain. Je la prends depuis peu, mais franchement, ce serait un péché que de ne pas partager...

- Procurez-vous (en droguerie ou en herboristerie) 100 g de plantain séché. On préparera de la teinture avec la plante fraîche plus en avant dans la saison, mais pour l’instant, parons au plus pressé… action !

- Placez-la dans un gros bocal ou une bouteille large, avec couvercle métallique.

- Recouvrez de 7 à 8 dl d’alcool (alcool de grains, eau-de-vie de pommes par exemple).

- Laissez reposer un mois, filtrez et prélevez ce dont vous avez besoin, idéalement dans une bouteille à pipette.

Ensuite ? 25 à 30 gouttes diluées dans un verre d’eau, 3 fois par jour.

Et, si tout va bien, bye bye les allergies saisonnières…

La teinture de plantain est la deuxième depuis la gauche... Pour les autres, je vous tiendrai au courant !

La teinture de plantain est la deuxième depuis la gauche... Pour les autres, je vous tiendrai au courant !

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6