Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.lesjardinsdalice.ch

printemps

Pissenlit : le baume soin et beauté

13 Mai 2022 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice. Invitée : Catherine Lainé, dite de Billième Publié dans #Baume, #Beauté au naturel, #Bien-être, #Bobologie, #Lotions & Co, #Peau (Soins de la), #Pour Eux, #Printemps, #Produits "maison" et naturels, #Visage, #12 mois par an !

Pissenlit : le baume soin et beauté Pissenlit : le baume soin et beauté

 

Un grand oui au

 

Baume de Pissenlit !

Pissenlit : le baume soin et beauté
Minimaliste et efficace, voici une fort jolie recette que vos mains apprécieront aussi bien en période de jardinage que plus tard, pour lutter contre le froid et le vent. Parfait pour le soin des peaux sèches, le baume de pissenlit l'est tout autant pour les messieurs, en après-rasage : pour vous ou pour eux... action ! 
Cette proposition, en deux versions, est signée de notre amie Catherine, de Billième, qui a réalisé il y a quelques semaines une magnifique huile solarisée de pissenlit (voir plus bas).
Si vous ne l’avez pas préparée en temps voulu, mais que vous avez eu la bonne idée de sécher des fleurs de pissenlit, il n’est pas trop tard…Laissons Catherine nous guider !
Le macérât : un véritable atout en cosmétique 
Avoir des fleurs de pissenlit séchées et prêtes à l’emploi c’est pouvoir se faire rapidement une huile de base bien utile. Ne serait-ce que pour ses précieuses indications pour les soins de la peau :
Grâce à ses minéraux, oligo-éléments et provitamine A il est excellent pour lutter contre le vieillissement de la peau. Et son action contre les radicaux libres est idéale pour en faire des soins pour la peau.
Ce macérât, qui offre hydratation, apaisement et régénération, est tout indiqué pour les fesses de bébé, les peaux rêches, irritées ou qui « tiraillent » ainsi que pour la peau des personnes âgées, le traitement des dermatoses, le soin du corps, mais aussi du visage, des lèvres, des mains et des pieds… autant dire que vous ne pourrez que vous féliciter d’en avoir toujours sous la main ! Libre à vous ensuite de l'apprécier en huile de massage, pour lutter contre la cellulite, favoriser la détente musculaire après le sport, prévenir et/ou soulager crampes et autres soucis musculaires, de le transformer en pommade, en stick pour les lèvres ou, comme ici, en baume.
Baume aux fleurs de pissenlit : la recette !
On l’aime pour ses vertus cicatrisantes et adoucissantes. En plus, il est facile à réaliser en peu de temps. Alors... on s'y met ?
En version simple 2 ingrédients suffisent. Pour environ 2 pots de 20 à 25 g :
- 50 g macérât huileux de fleurs de pissenlit
- 4 à 6 g de cire d’abeille
🌿 Mettez la cire et l’huile dans le bol pyrex, placer ce dernier dans la casserole avec son fond d’eau au bain marie à température moyenne.
🌿 Mélangez délicatement avec une cuillère ou une baguette en verre jusqu’à ce que la cire soit fondue. La cire fond autour de 60-65 degrés.
🌿 Vérifiez si la consistance convient en mettant à refroidir quelques gouttes du mélange fondu sur une assiette. Si la consistance est trop molle, rajoutez un peu de cire ou, si au contraire si la consistance est trop ferme, rajoutez un peu d’huile, remettez en fonte et vérifiez à nouveau...
🌿 Fouettez délicatement le mélange pour bien homogénéiser.
🌿 Retirez du feu et versez doucement dans les bocaux stérilisés, puis laissez reposer et figer tranquillement.
🌿 Pendant ce temps préparez les étiquettes (nom du produit, ingrédients et/ou indications et date de fabrication).

 

Envie d’un baume plus crémeux ? 
Remplacez la moitié de la cire par 3 fois son poids en lanoline (graisse de mouton). Par exemple ici : plutôt que 4 à 6 g de cire, ne mettez que 2 à 3 g de cire et 6 à 9 g de lanoline.
Ou encore pour un baume crémeux avec un ajout de beurre végétal (karité, cacao, coco, mangue…)
Rajoutez à la phase huileuse du beurre végétal et diminuez une partie de la cire. Le beurre végétal en figeant donnera la consistance crémeuse.
À titre d’exemple :
30 g de macérât de pissenlit
20 g de beurre de karité
3 g de cire et, en option, quelques gouttes d’huile essentielle :  3 ou 4 gouttes de lavande fine par exemple (à ne rajouter en mélangeant que quand la température de la préparation sera descendue à 40-45 degrés).
Pissenlit : le baume soin et beauté Pissenlit : le baume soin et beauté Pissenlit : le baume soin et beauté
Les recettes et les photos sont de Catherine Lainé, dite de Billième, merci à elle 😀 !

 

OoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Thème de sa prochaine animation, avec Agnès Carron :  la sauge, le lundi 23 mai, à la Motte-Servolex (près de Chambéry), dans le cadre de "Ces plantes et ces arbres qui nous veulent du bien". Renseignements et informations : catherine.laine073@orange.fr.

 

OoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Et pour le macérât solarisé de pissenlit, c'est par là : 

OoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

Égopode version cuisine sauvage

25 Février 2022 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Dans le jardin, #Dans la forêt, #Dans les Jardins Amis, #En cuisine..., #Gastronomie sauvage, #Gourmandises..., #Plantes sauvages, #Printemps, #Tonus, #Légumes, #Cueillette sauvage

 

Savourez le Printemps

 

… et l’Égopode !

Égopode  version cuisine sauvage
Égopode  version cuisine sauvage
Par endroits il pointe déjà le bout de son nez et il ne va pas tarder à apparaître un peu partout. Appelé aussi herbe-aux-goutteux, en raison de ses propriétés diurétiques, mais aussi pied-de-chèvre ou parfois encore petite angélique, l’égopode est considéré par certains comme l’un des meilleurs légumes sauvages. Et si on testait ?
L’égopode se plaît dans les lieux frais et ombragé, sous-bois et bords de rivière. Grâce à ses feuilles divisées en trois folioles, elles-mêmes redivisées en trois, il est facile à reconnaître.  Avec ses longs rhizomes nombreux et profonds, l’égopode peut même se montrer extrêmement envahissant : de nombreux jardiniers en savent quelque chose !
Il y a mieux à faire que de s’épuiser à l’arracher : mangez-le ! Le meilleur moment ? Maintenant !
Si vous les froissez, les jeunes feuilles, vert clair et tendres, sentent un peu le céleri ou la carotte.  Leur saveur elle aussi délicatement aromatique se prête à différentes préparations dont bien sûr de belles et grandes salades sauvages. Mais pas seulement…
Une fois qu’elles sont plus développées, on peut encore consommer les feuilles de l’égopode jusqu’en automne mais on les préfèrera alors cuites, en légumes, dans des soupes, des quiches ou encore des plats de pâtes ou de riz.
Feuilletés à l’égopode
Une recette de Françoise Marmy

 

Pour la réaliser, il vous faut...
1 rouleau de pâte feuilletée
1 grosse poignée de jeunes feuilles d’égopode
100 g de feta ou de sérac
1 gousse d’ail hachée, ou de l’ail des ours
1 oignon
sel ou tamari

 

Ensuite : 

  • Faites revenir l’oignon et l’ail dans de l’huile d’olive.
  • Ajoutez l’égopode en la faisant tomber, salez et poivrez.
  • Écrasez la feta ou le sérac à la fourchette.
  • Mélangez avec l’égopode.
  • Étalez la pâte et farcissez-la du mélange en formant de petits chaussons.
  • Faites cuire 20 mn à four chaud.
La suite ? On vous laisse deviner… Bon appétit !

 

Cette recette, tout comme les photos de ce billet, sont de Françoise Marmy. Merci à elle ! 
Vous aimez la cueillette ? Allez faire un tour sur son site et, plaisirs de la cuisine sauvage, préparations de remèdes familiaux ou encore apéros colorés et raffinés, découvrez ses prochains stages ici ou ailleurs ! 

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Et encore, toujours histoire de vous mettre l’eau à la bouche…

Égopode  version cuisine sauvage
Égopode  version cuisine sauvage
Égopode  version cuisine sauvage

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

Epinard du Caucase - Côté jardin

22 Février 2019 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice. Invitée : Cosette Publié dans #Dans le jardin, #Dans les Jardins Amis, #En cuisine..., #Plantes, #Gastronomie sauvage, #Printemps, #Légumes

 

Côté Jardin… connaissez-vous

 

 

l’Epinard du Caucase ?

 

 
Il a plusieurs noms : épinard vivace grimpant, épinard perpétuel, Habitzia, épinard de Scandinavie, et bien sûr épinard du Caucase. C’est une plante qui pousse dans les forêts d’épicéas et de hêtres en grimpant sur ceux-ci, aux bords des rivières et à flanc de ravin où ils retombent en cascade dans un milieu sombre et humide, dans le Caucase et au Nord-est de la Turquie, entre l’Europe et l’Asie.
 
Il a d’abord été introduit comme plante ornementale dans les jardins des pays du Nord (Finlande, Suède, Norvège) pour son beau feuillage ornemental au 19ème siècle, avant d’être consommé comme légume, puis il est tellement tombé dans l’oubli qu’il a failli disparaître.
 
Comment l’utiliser en cuisine ?

Ce légume est une alternative à l’asperge et a l’épinard :
  • Les jeunes pousses de 5 à 10 cm se mangent comme les asperges, cuites à la vapeur, en omelette ou encore comme les jeunes tiges en salade, crues ou cuites.  
  • Viennent ensuite les feuilles : à déguster crues lorsqu’elles sont jeunes, puis cuites quand elles deviennent plus matures, comme les épinards, sautées, ajoutée aux plats, ou encore en soupe.
Pourquoi je te conseille de le mettre dans ton jardin ?

Tu ne pourras pas le récolter la première année, voire pendant 2 ans si nécessaire, car il faut lui laisser le temps de bien s’implanter. Mais alors ensuite ce merveilleux légume restera en place entre 20 et 50 ans !
C’est l'une des premières verdures du printemps car l’épinard du Caucase est très hâtif, il pousse même sous les dernières neiges du fait qu’il est très rustique, car il résiste à environ -39°C.

Ses lianes peuvent pousser jusqu’à 3 m en 5 semaines, et quand ta plante aura entre 2 et 3 ans tu pourras récolter 2 à 3 fois les jeunes pousses, ainsi qu’ensuite les feuilles sur les lianes pendant toute la belle saison en laissant le bourgeon terminal Tu peux aussi laisser quelques lianes intactes afin qu’elle puisse continuer à prospérer. Plus ta plante vieillira, plus tu pourras en récolter : sur une plante de 8 à 9 ans tu pourras récolter une centaine de pousses.
Après les premières gelées, la plante disparaîtra en nourrissant le sol sur lequel elle se trouve, et redémarrera au printemps suivant.
Tu peux aussi l’installer comme plante ornementale, car avec ses feuilles luxuriantes en forme de cœur et ses lianes volubiles l’épinard du Caucase est très décoratif. Et il fleurit en multitude de petites fleurs vert clair.
 
Où l’installer ?

C’est une plante qui a tout bon dans un jardin en permaculture ou pour la forêt jardin par exemple sur un arbre fruitier, un vieux buisson mort ou sur un vieux tronc, mais aussi sur tout support pour plante grimpante. L’épinard du Caucase permet d’utiliser la verticalité, comme toute plante grimpante, mais aussi l’horizontalité en couvre-sol.
 
Pour les personnes qui ont une terrasse ou un balcon c’est aussi facile de le cultiver car il pousse très bien dans un gros pot avec un treillis contre une façade ou en suspension comme plante retombante.
 
L’épinard du Caucase se plaît en situation mi-ombragée et ombragée, mais supporte aussi le soleil. Le mieux, c’est que la souche ait du soleil au printemps pour une bonne croissance de ses pousses. Un endroit lumineux lui suffit, ce qui en fait une plante bien pratique dans les petits jardins urbains, car souvent les bâtiments autour font beaucoup d’ombre.
 
Comment le cultiver ?
 
  • Sème ses petites graines de 1,5 mm en octobre ou pendant l’hiver en laissant la nature faire ou sème-les dans une barquette, en les recouvrant d’environ 1 mm de terre.
  • Humidifie bien, mets la barquette dans un sac plastique, et place ensuite ce dernier dans un congélateur environ 1 semaine puis quelques jours au frigo.
  • Il sera temps ensuite de la sortir et de planter les jeunes plants en godet avant de les mettre en place, à 1 ou 2 m de distance.
Attention aux limaces au stade de pousses ! Plus rien à craindre en revanche une fois qu’elles auront atteint 15 cm.
 
En conclusion

L’épinard du Caucase est une alternative à l’asperge et à l’épinard, tout en étant un légume perpétuel facile et sans entretien. La seule difficulté est de trouver des plants et des semences, car il ne fait pas partie des classiques au potager.
 
oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo
 
Qui est notre invitée, Cosette ?
J’ai toujours été passionnée par la nature et tout ce qu’elle peut nous offrir, et surtout par le monde végétal car il y a tellement de plantes qui prennent soin de nous que ce soit pour nous nourrir, nous soigner, nous embellir, nous habiller, créer ou pour le plaisir des yeux et de l’odorat…. Sur mon blog je te présente chaque semaine une nouvelle plante connue ou moins connue pour ton jardin ou ton balcon en permaculture. Dans la vie de tous les jours je crée des Designs de jardin en Permaculture sur mesure pour tous les espaces et je donne des conseils pour chaque jardin naturel. Prochainement il y aura aussi des semences et des plants créés de façons naturelles. Viens donc me rendre visite sur mon blog pour en découvrir plus !

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite