Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
www.lesjardinsdalice.ch

Articles avec #dans les champs tag

REMÈDE « MAISON » : un SIROP PECTORAL

18 Août 2017 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Bien-être, #En cuisine..., #Garder la forme, #Produits "maison" et naturels, #Dans les Jardins Amis, #Fleurs, #Dans les champs, #Plantes, #Éte, #Dans le jardin, #Forme, #Hiver, #Phyto, #Automne, #Bobologie, #Remèdes "maison", #Sirops

 

Petit (ou gros) mal de gorge ?

 

 

Un Sirop et ça repart !

REMÈDE « MAISON » : un SIROP PECTORAL

Les canicules s’éloignent, les soirées se font plus fraîches, et les mois en « r » qui montrent bientôt le bout de leur nez… cela ne va pas tarder à gratouiller et à chatouiller. Anticipez et préparez maintenant le sirop qui chassera les chats dans la gorge de toute votre petite tribu ! En vedette : le lierre terrestre, le plantain et la mauve

 

Les petits remèdes aux grands effets, on en raffole ici ! En voici un, à préparer avec votre cueillette du moment pour pouvoir en profiter lorsque le froid sera venu.

Lierre terrestre, plantain et mauve conjugent leurs nombreuses propriétés, adoucissantes, calmantes, émollientes, pectorales, antitussives et anti-inflammatoires notamment, pour nous aider à soulager plus rapidement refroidissements, toux et bronchite, et garder une voix claire tout l’hiver.

 

Pour réaliser  le Sirop pectoral de Françoise, il vous faut :

1 l. d’eau

800 g de sucre blond bio (ou brun)

1 grosse poignée de feuilles de plantain

1 grosse poignée de feuilles de lierre terrestre (il rampe partout en cette saison)

1 poignée de fleurs de mauve

1 jus de citron

 

 Ensuite...?

 

  • Faites bouillir l’eau et le sucre pendant environ 20 min.

  • Retirez du feu.

  • Coupez grossièrement les feuilles de plantain et de lierre terrestre.

  • Plongez-les dans le sirop bouillant, ajoutez les fleurs de mauve et couvrez.

  • Laissez infuser les plantes quelques heures ou une nuit dans le sirop encore chaud.

  • Filtrez, ajoutez un jus de citron et remettez sur le feu jusqu’à ébullition.

  • Aussitôt cette dernière atteinte, remplissez à ras du goulot des bouteilles propres et préalablement trempées dans de l’eau bouillante.

  • Il ne vous reste plus qu’à étiqueter…

 

L’idéal est de boire ce sirop dilué avec de l’eau chaude ou ajouté à une tisane.

Rien ne vous empêche cependant d’en prendre jusqu’à 4 cuillères à café par jour (3 pour les enfants).

 

La recette de ce sirop pectoral, tout comme d'ailleurs les photos de ce billet, sont de Françoise Marmy. Merci à elle !

Vous aimez les saveurs de la cuisine sauvage, les préparations gourmandes, boissons ou confitures par exemple ? Vite, allez faire un tour sur son site et découvrez ses stages de septembre :

 

Plus sur la mauve ? Pour ça, c’est par là…

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

REMÈDE « MAISON » : un SIROP PECTORAL
REMÈDE « MAISON » : un SIROP PECTORAL
REMÈDE « MAISON » : un SIROP PECTORAL

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

MELON - EN CONFITURE, C'EST SI BON !

13 Août 2017 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #En cuisine..., #Dans les champs, #Gourmandises..., #Fruits, #Éte, #Dans le jardin, #Garder la forme, #Confitures

 

La Confiture de Melon,

 

 

c’est tellement bon !

MELON -   EN CONFITURE, C'EST SI BON !

Le melon, c’est de saison. Il n’est jamais si bon que dégusté tel quel, bien mûr et parfumé, mais pourquoi ne pas faire en sorte de pouvoir s’en régaler même lorsque l’été sera passé ? Pour cela, à vous de jouer, sans trop tarder !

 

Il y a des années, j’avais profité du soleil et de la générosité de la Provence pour tenter de mettre ses irrésistibles melons en bocaux, en suivant une recette. Résultat : une confiture sympathique, certes, mais vraiment trop douceâtre à mon goût.

 

Cet été, place à l’improvisation ! Il s’agissait à la fois de s’occuper d’un melon qui n’aurait pas attendu un jour de plus et de trouver le moyen de souligner plutôt que d’adoucir encore son goût.  Défi relevé et… gagné !

Les quantités sont données ici pour un seul et beau melon. À multiplier bien sûr par autant que vous le souhaitez !

 

La veille :

 

  •        Préparez le melon, coupez-le en gros cubes. Pesez-le.

  •        Ajoutez la moitié de son poids en sucre et mélangez.

  •        Complétez encore avec 3 grosses tranches de citrons impérativement bios.

  •        Sans oublier la « magic touch », celle qui relève et donne du caractère à cette confiture : un brin de romarin frais !

  •        Laissez reposer à couvert toute la nuit.

 

Et le jour même :

 

  •        Réservez un tout petit peu du jus qui se sera formé pendant la nuit.

  •        Portez votre préparation à ébullition.

  •        Laissez cuire 15 à 20 minutes à feu frémissant, tout en écumant.

  •        Retirez les citrons et le brin de romarin.

  •        Diluez 1 sachet d’agar-agar dans le jus prélevé préalablement. Si vous aimez une consistance plutôt gelée, mettez 2 sachets.

  •        Ajoutez, et prolongez la cuisson encore 2 minutes.

  •        Mettez en pots immédiatement.

Cette proposition, avec ici à titre indicatif 620 g de chair de melon et 310 g de sucre, suffit pour 3 petits pots à confiture.

 

À propos du melon...

 

Très riche en eau (plus de 90 %), et peu calorique  (31 Kcal pour 100 g), le melon est vraiment un aliment de choix l’été, lorsqu’il fait très chaud. Ses autres atouts ? Il est riche en vitamine C  et en bêtacarotène, un précieux antioxydant qui est aussi un précurseur de la vitamine A : plus l’orange de sa chair est foncé, plus il en contient. Les melons sont également de bonnes sources de potassium.

Traité en confiture ou en gelée, il n’est évidemment pas très diététique…

Pourtant, consommé seul, c’est un bon allié de celles et ceux qui tiennent avoir la plutôt que les formes !

La preuve, avec une soupe froide comme on les aime en été…

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

MELON -   EN CONFITURE, C'EST SI BON !MELON -   EN CONFITURE, C'EST SI BON !MELON -   EN CONFITURE, C'EST SI BON !

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

REINE-DES-PRÉ : L’ASPIRINE VÉGÉTALE

13 Juillet 2017 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Bien-être, #En cuisine..., #Lotions & Co, #Dans la forêt, #Dans les champs, #Fleurs, #Gastro sauvage, #Gourmandises..., #Soins du corps, #Éte, #Produits "maison" et naturels, #Plantes, #Garder la forme, #Dans le jardin

 

Reine-des-Prés…

 

ou des jardins ?

 

REINE-DES-PRÉ : L’ASPIRINE VÉGÉTALE

Fréquente dans les lieux humides, aux abords des ruisseaux, la reine-des-prés se reconnaît facilement par sa grande taille - souvent plus de 1 mètre de hauteur -, ses feuilles très découpées, ses fruits qui sont comme autant de petites boules vertes spiralées, et surtout ses innombrables petites fleurs crème qui embaument l’air les soirs d’été. Pas étonnant qu’elle soit aussi souvent invitée dans les jardins…

 

Si on l’appelle parfois « aspirine sauvage », ce n’est pas pour rien : ses fleurs et ses feuilles, qui dégagent lorsqu’on les froisse une forte odeur un peu pharmaceutique, possèdent d’exceptionnelles qualités anti-inflammatoires, anti-rhumatismales, fébrifuges et anti-douleurs.

 

Selon l’antique médecine des signatures, selon laquelle la plante elle-même désigne les maux qu’elle est susceptible de soigner, la reine-des-prés (Filipendula ulmaria), qui pousse près de l’eau, est précisément censée soigner les maux liés à l’humidité, comme les refroidissements ou certaines douleurs articulaires…

 

Ses propriétés son attribuées à des dérivés salicylés, voisins de ceux qui agissent dans l’aspirine. Pour la petite histoire, cette dernière est d’ailleurs ainsi nommée

d’après l’ancien nom botanique de la reine-des-prés, la spirée (Spiraea ulmaria).

 

Revenons à notre élégante fleur et à ses qualités fort appréciables dans de nombreuses situations, et notamment pour les personnes qui souffrent de rhumatismes.

  • Préparez une infusion de reine-des-prés, et appliquez les fleurs encore chaudes en cataplasme sur les régions à apaiser.

La reine-des-prés contribue à faire baisser le taux d’acidité dans l’organisme, ce qui contribue à soulager, entre autres, les problèmes articulaires. Pour en profiter doublement :

  • Laissez infuser 1 cuillère à café de fleurs séchées dans un quart de litre d'eau pendant une dizaine de minutes, et buvez jusqu’à 3 tasses de cette tisane par jour.

Utilisez des fleurs séchées depuis moins d’un an.

 

La reine-des-prés agit également comme un puissant diurétique et un grand draineur, ce qui en fait une excellente alliée pour retrouver rapidement la forme et, si nécessaire, oublier les vôtres… Elle se montre en effet fort efficace contre la rétention d'eau et, du même coup, la cellulite.

  • Buvez pendant 3 semaines, le matin à jeun et le soir avant de vous coucher, une infusion de reine-des-prés préparée comme proposée ci-dessus.

Prudence : renoncez toutefois à cette infusion si vous supportez mal les dérivés salicylés, si vous êtes enceinte ou si vous allaitez. Idem en cas de « lunes » à tendance hémorragique.

 

Très intéressante aussi, toujours pour lutter contre la disgracieuse, une huile facile à préparer, juste maintenant :

  • Versez un demi-litre d’huile d’olive sur une grosse poignée de reine-des-prés. Chauffez le mélange au bain-marie pendant 2 heures, laissez reposer une nuit, et filtrez.

  • Le plus important reste à faire : frictionnez chaque jour les zones critiques, matin et soir pour des résultats optimaux. 

Des flans à la reine-des-prés ? Laissez-vous tenter ! 

Et si je passe sans transition des excès de féminité au plaisir des papilles, n’y voyez aucune malice ! Seulement l’expression d’une gourmandise parfaitement justifiée…

 Pour 12 ramequins , il vous faut :

1/2 l de crème liquide de soja

1/2 l de lait de riz

1 c. à café rase d’agar-agar en poudre

1 bouquet de fleurs de reine des prés

3 c. à soupe de miel d’acacia

  • Verser le lait et la crème dans une casserole.

  • Y ajouter le miel d’acacia et l’agar-agar, bien mélanger.

  •  Plonger les fleurs de reine des prés dans le liquide.

  • Porter à ébullition et laisser cuire 2 min.

  • Filtrer et verser dans des ramequins rincés auparavant à l’eau froide.

  • Mettre au frais.

  • Démouler avant de servir et décorer avec des fleurs de saison.

Cette appétissante recette est signée Françoise Marmy, tout comme d’ailleurs les différentes photos. Merci  Françoise ! Et pour en savoir plus sur ses activités, visitez son site : http://www.marmyplantes.com/ (voir aussi dans les Jardins Amis) et n’hésitez pas à la contacter !

 

Quant à la reine-des-prés, nous y reviendrons très bientôt. À suivre...

 

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

 

En attendant, retrouvez plein de recettes beauté mais aussi santé et bien-être, pour toute la famille, de saison et faciles à réaliser. C'est par là : http://www.lesjardinsdalice.ch/livres.html

REINE-DES-PRÉ : L’ASPIRINE VÉGÉTALEREINE-DES-PRÉ : L’ASPIRINE VÉGÉTALEREINE-DES-PRÉ : L’ASPIRINE VÉGÉTALE

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

MILLEPERTUIS : préparez votre « HUILE » !

16 Juin 2017 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Bien-être, #Lotions & Co, #Produits "maison" et naturels, #Dans les champs, #Fleurs, #Peau (Soins de la), #Plantes, #Soins du corps, #Éte, #Huiles Essentielles, #Bobologie, #Dans le jardin

 

Plante solaire par excellence…

 

Oui au Millepertuis !

MILLEPERTUIS : préparez votre « HUILE » !

Les Druides considéraient le millepertuis comme une plante bénie, dont la seule odeur aurait déjà des vertus protectrices. Ses fleurs, 5 grands pétales jaune or, sont caractéristiques de cette plante qui se plaît aussi bien dans les lieux secs que sur les bords de chemins ou dans les pentes de jardin. Très réputé aujourd’hui pour ses heureuses propriétés sur l’humeur, le millepertuis se transforme aussi en une magnifique huile... qu’il ne tient qu’à vous de préparer.

À l’approche du solstice d’été, c’est le bon moment de récolter cette plante solaire que l'on appelle aussi herbe de la Saint-Jean !

L’huile de millepertuis, qui est en réalité un macérât, fait typiquement partie de ces vieilles recettes comme on les aime et que l’on se passe de génération en génération. Et on a bien raison ! Il en existe différentes versions, en voici deux.

Contrairement aux huiles obtenues par extraction de la plante, afin de pouvoir transmettre ses qualités le millepertuis (Hypericum perforatum ) est mis à macérer dans une autre huile végétale. Tout l’art consiste à faire votre cueillette juste au bon moment : lorsque les boutons sont sur le point d’éclore et que les premières fleurs viennent de s’ouvrir.

  • Versez 500 g de fleurs fraîches de millepertuis dans un gros bocal. Recouvrez d’un litre d’une belle huile d’olive (toujours de première qualité, évidemment) et d’un demilitre de vin blanc.

  • Laissez macérer pendant 4 jours.

  • Mettez ensuite à chauffer au bainmarie, jusqu’à évaporation complète du vin.

  • Filtrez, et versez cette belle huile rouge dans de petits flacons.

Plus simple ? Une variante consiste à procéder de même, mais sans le vin blanc : laissez alors macérer l’huile et les fleurs au soleil pendant trois semaines avant de filtrer.

Cette belle huile rouge est un grand classique chaque fois que la peau a des ennuis. Vous l’apprécierez en compresses, pour soulager les coups de soleil, mais aussi les brûlures et les autres inflammations cutanées.

Elle semble même capable de faire la peau aux verrues, parfois seule, mais de manière bien plus efficace encore lorsqu’elle s’associe à une huile essentielle, elle-même réputée contre les verrues : badigeonnez la ou les verrues deux jours de suite, matin et soir, avec un peu d’huile de millepertuis additionnée de 1 ou 2 gouttes d’huile essentielle de tea tree.

En massage, l’huile de millepertuis permet aussi de calmer les douleurs musculaires ou dorsales, ainsi que certaines névralgies.

En cas de douleurs articulaires (arthrite, goutte…), effet optimal en massant l’endroit douloureux avec une vingtaine de gouttes d’huile essentielle de lavande préalablement diluées dans l’équivalent de 3 cuillères à café d’huile de millepertuis.

Ami de la peau… et même de la beauté !

Quant à l’infusion de millepertuis, elle offre de belles qualités pour l’humeur, pour chasser la déprime ou même éviter le surmenage. Comme elle présente aussi quelques contre-indications, la prudence recommande de prendre l’avis d’un pro et de tenir compte de la situation personnelle.

En usage externe en revanche, pas de souci : le millepertuis est adoucissant, anti-inflammatoire et même antirides…. Les peaux sensibles ne peuvent que dire « merci » !

La décoction de millepertuis était traditionnellement appréciée pour laver les plaies.

Pour le soin de la peau, la même décoction, utilisée en lotion tiède, apaise les peaux fines et hypersensibles.

Attention : n’employez surtout pas l’huile de millepertuis avant de vous exposer au soleil, car elle est photosensibilisante !

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

MILLEPERTUIS : préparez votre « HUILE » !MILLEPERTUIS : préparez votre « HUILE » !MILLEPERTUIS : préparez votre « HUILE » !
Lire la suite

COQUELICOT : Beauté, bien-être et gourmandise

9 Juin 2017 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Beaute, #Bien-être, #En cuisine..., #Lotions & Co, #Produits "maison" et naturels, #Boissons sages, #Dans les champs, #Fleurs, #Gastro sauvage, #Gourmandises..., #Peau (Soins de la), #Plantes, #Éte, #Dans le jardin, #Visage, #Soins du corps

 

Gentil et sublime

 

Coquelicot

COQUELICOT : Beauté, bien-être et gourmandise

Parfait mélange d’éclat et de fragilité, et tellement beau à l’orée des champs de céréales ou dans le jardin, le coquelicot ou « pavot rouge », ne se contente pas d’y apporter ses touches écarlates et d’enchanter le regard : il offre aussi à celles qui veulent bien le cueillir de jolies et parfois délicieuses qualités…

Si vous trouvez un endroit bien sûr éloigné des bords de route, dans un champ non traité, c’est parfait ! Profitez de faire une belle cueillette, car vous apprécierez le coquelicot (Papaver rhoeas) aussi bien séché que frais.

Quant à ses graines, elles sont exfoliantes : n’hésitez donc pas à les garder pour un gommage !

Côté beauté, adoucissant et antirides, le coquelicot est très respectueux des peaux sèches. Il est aussi un bel allié dans la prévention et même le traitement des premières rides.

Avec cette simple lotion, celles qui aiment déjà les coquelicots vont franchement les adorer…       

 

  • Versez une petite poignée de pétales séchés de coquelicot dans une grosse tasse d'eau bouillante.

  •  Laissez infuser 10 minutes, puis filtrez.

  • Conservez-la au frigo, vous pourrez ainsi en profiter plus longtemps.

Plutôt envie d’une huile de beauté magnifique ?  

  • Déposez dans un récipient en verre une poignée de pétales de coquelicot séchés (ou une très grosse de pétales frais) et recouvrez de 500 ml d’huile d’amande douce.

  • Laissez reposer au moins 15 jours, filtrez, et mettez en flacons.

Gourmandise et bien-être…

Adoucissant et calmant, le coquelicot est fort apprécié en infusion, seul ou mélangé par exemple à de la mauve ( 1 à 2 cuillères à café de pétales séchés par tasse, 10 minutes d'infusion)  et en sirop pour apaiser la toux, mais aussi pour  lutter contre la nervosité et l’insomnie, à plus forte raison si cette dernière provient de quintes de toux… ainsi bien sûr que pour le plaisir.

  • Portez un demi-litre d’eau à ébullition, et déposez entre 300 et 400 g de pétales de coquelicot fraîchement cueillis. Tournez avec une cuillère en bois, jusqu’à ce que tous les pétales soient en contact avec l’eau.

  • Laissez infuser quelques heures, dans un récipient couvert.

  • Filtrez en pressant bien, pesez, et ajoutez le même poids en sucre.

  • Remettez chauffer à feu doux, retirez dès les premiers bouillons et versez dans une bouteille.

2 à 4 cuillerées de ce sirop par jour soulagent en cas de toux.

Il est évidemment aussi permis de rallonger avec de l’eau, juste pour en faire un délicieux sirop !

  • Si vous vous contentez de les infuser, les fleurs de coquelicot, appliquées en cataplasme chaud, soulagent les paupières enflammées.

  • La même utilisation est recommandée, sur la joue, en cas d’abcès dentaire.

Côté cuisine sauvage, les jeunes feuilles de coquelicot, croquantes, fines et juteuses, peuvent, entre autres, être dégustées en salade.

Merci à Leila Moullet et à Dom pour les photos !

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Fleurs, mais aussi fruits, plantes... la saison bat son plein ! Vous avez envie de recettes naturelles, efficaces et sympas à préparer avec ce que vous avez dans votre jardin, sous la main ? C'est maintenant, et c'est par ici :

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

COQUELICOT : Beauté, bien-être et gourmandise COQUELICOT : Beauté, bien-être et gourmandise COQUELICOT : Beauté, bien-être et gourmandise
Lire la suite

LILAS : LE PLUS BEAU DES SIROPS !

5 Mai 2017 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #En cuisine..., #Produits "maison" et naturels, #Boissons sages, #Dans les champs, #Fleurs, #Gastro sauvage, #Gourmandises..., #Printemps..., #Coups de Coeur, #Dans le jardin, #Sirops

Siroter le Lilas ?

 

Un plaisir haut en couleur !

Variation sur un thème que j’aime bien : le lilas, son odeur, sa couleur ! Et même son goût, puisqu’il est non seulement comestible mais qu’il parfume bien agréablement différentes préparations. Pendant qu’il est encore en fleurs, faites-en vite un magnifique sirop : parfait pour en prolonger la toujours trop courte saison !

En suivant un peu l’inspiration du moment, voilà celui que j’ai concocté, et comment. Après, à vous bien sûr d’adapter…

  • Cueillez 12 grappes de lilas bordeaux, + 1 petite blanche au parfum irrésistible.

  • De retour à la cuisine, prélevez-en les fleurs seulement (en prévision de vos questions, cette fois j’ai pesé : cela faisait 112 g).

  • Portez à ébullition 8 dl d’eau, et retirez la casserole du feu.

  • Versez les fleurs de lilas dans la casserole, ajoutez un citron bio coupé en morceaux.

  • Retirez le citron après une heure, mais laissez le tout infuser 2 heures.

  • Filtrez, pesez. (chez moi : 750 g)

  • Ajoutez le même poids en sucre (j’ai mis 2/3 de sucre de canne et 1/3 de sucre blanc, juste parce que j’étais à court…)

  • Portez à ébullition et laissez frémir 10 minutes, sans cesser de remuer. Et en bouteilles !

À apprécier en sirop, mais aussi sur un sorbet ou un fromage frais, avec une eau pétillante ou, pourquoi pas, au fond d’une coupe de champagne !

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Beaucoup plus sur le lilas ? C’est par là…

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

LILAS : LE PLUS BEAU DES SIROPS !LILAS : LE PLUS BEAU DES SIROPS !LILAS : LE PLUS BEAU DES SIROPS !
Lire la suite

ORTIES : DES RECETTES QUI NE MANQUENT PAS DE PIQUANT

28 Avril 2017 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Beaute, #Cheveux (Soins des), #Dans les champs, #Dans la forêt, #Gastro sauvage, #Lotions & Co, #Printemps..., #Produits "maison" et naturels, #Pour Eux, #Plantes, #Bien-être, #En cuisine..., #Soins du corps, #Visage

 

Avec les Orties...

ça ne manque jamais de piquant !  

©By VerboseDreamer

 

Tout le monde s’y est frotté au moins une fois ! Contrairement à la première impression que l’on peut en avoir, les orties sont de grandes amies de la santé, mais aussi du bien-être et de la beauté. La preuve par quelques recettes, tous domaines confondus...

Il y a bien sûr la fameuse soupe d'orties, dont chacun ou presque a sa propre recette. Une autre excellente manière de profiter des orties, qui contiennent  une quantité impressionnante de vitamines, de sels minéraux et d’oligo-éléments : récoltez les jeunes pousses pour les ajouter à vos salades, en préparer des pestos ou encore en faire des infusions, à prendre de temps à autre ou en cure :

  • Versez une tasse d'eau bouillante sur une cuillerée à soupe remplie d'ortie, laissez infuser 20 minutes, filtrez, et prenez cette tisane à jeun, par petites gorgées, pendant un mois.

Tonique, revitalisante, anti-allergique, anti-inflammatoire, diurétique, dépurative, l’ortie stimule le métabolisme, favorise l'élimination des toxines, active la formation et la dépuration du sang.

Il est toutefois permis aussi de la décliner parfois en version gourmande... Pour vous en régaler, à vous le beurre d’ortie !

  • Récoltez les sommités tendres de l’ortie, passez-les au hachoir.

  • Malaxez du beurre, puis ajoutez un filet d’huile d’olive, du sel, du citron et du poivre. Sans oublier, facultatif mais vivement conseillé, un peu d’ail…

  • Ajoutez les orties hachées, et mélangez bien le tout.

  • Tartinez sur un pain un peu rustique : pas très diététique, c’est vrai, mais quel régal !

Vous pouvez aussi étaler ce beurre d’ortie sur de grandes tranches de pain que vous couperez ensuite en carrés, pour en faire de petits canapés. Il ne reste plus qu’à décorer avec une fleur sauvage comestible, une pâquerette par exemple, et à savourer… la surprise de vos invités !

Mal à vos articulations ?

Un excellent traitement, réputé depuis l’Antiquité contre les rhumatismes, consiste à se flageller avec des orties. Il y a toutefois plus pratique et… moins douloureux, avec la lotion aux orties :

  • Hachez 3 poignées de feuilles d’ortie, 2 poignées de chélidoine (feuilles et fleurs) et 2 grandes feuilles de chou.

  • Laissez-les macérer 48 heures dans 2 litres d’eau, si possible de pluie, filtrez, et appliquez sur les endroits douloureux.

Très riche en silice et en potassium, l’ortie est reminéralisante et extrêmement diurétique, ce qui la rend précieuse pour encourager l'élimination des toxines. Elle est réputée pour soulager de nombreux troubles, dont bien sûr tous ceux qui touchent les articulations. Conseillée pour améliorer un grand nombre de troubles, elle est aussi renommée pour le soin, et même la repousse des cheveux.

Jusqu’à la pointe des cheveux !

Les orties sont aussi de grandes douées pour améliorer l'irrigation du cuir chevelu et stimuler la repousse des cheveux. De tous les cheveux ! Emportez une bonne paire de gants pour aller les ramasser, et à vous leurs bienfaits :

  • Écrasez 200 g de feuilles fraîches d'ortie.

  • Recouvrez-les d’un demi-litre d'eau, additionnée d’une bonne rasade de vinaigre, faites cuire pendant 20 minutes puis filtrez.

  • Frictionnez chaque jour votre cuir chevelu avec cette préparation.

Une variante qui, elle non plus, ne manque pas de piquant ?

  • Passez des orties au mixer, recueillez-en le jus, et frictionnez-vous doucement la tête avec ce jus !

Pour fortifier vos cheveux tout en assainissant votre cuir chevelu, offrez-leur un vrai bain de plantes, rien que pour eux …

  • Préparez un bouquet à parts égales de thym, de bouleau, de bardane, d’ortie et de prêle.

  • Réduisez ce bouquet de plantes en poudre, par exemple avec un moulin à café.

  • Ajoutez de l’eau bouillante, de manière à obtenir une pâte souple, ni trop liquide, ni trop épaisse.

  • Après votre shampooing, appliquez cette pâte sur vos cheveux encore mouillés, de manière à ce qu’elle soit bien en contact avec le cuir chevelu. Laissez agir de 30 à 45 minutes, puis rincez abondamment.

Offrez ce bain à vos cheveux une fois par mois : ils s’en porteront visiblement mieux !

Si vos cheveux sont gras, vous pouvez ajouter à la préparation 10 gouttes d’huile essentielle de sauge.

S’ils sont très abîmés, ou que vous en perdez de grandes quantités, mettez ce soin au programme une fois par semaine pendant un ou deux mois.

Les vôtres sont ternes, cassants ou abîmés ? Là encore, comptez avec les orties !

Une friction de quelques minutes avec une simple infusion leur fera déjà du bien, mais il y a mieux encore…

  • Dans un gros bocal, recouvrez d’eau-de-vie un mélange composé pour moitié de racines séchées d’ortie et pour moitié d’origan.

  • Laissez macérer pendant un mois, puis filtrez.

  • Appliquez chaque jour, en frictions.

Et pourquoi vos cheveux n’auraient-ils pas droit à un véritable vinaigre de beauté, eux aussi ? Si les vôtres n’ont pas de souci particulier…

  • Portez à ébullition 2 cuillères à soupe d’ortie séchée, de persil, de romarin, ou de fleurs de lavande.

  • Couvrez, et laissez infuser jusqu’à refroidissement, filtrez.

  • Versez dans un récipient, ajoutez une cuillère à soupe de vinaigre de cidre.

  • Mélangez bien, et versez dans un flacon-vaporisateur.

  • Après votre shampooing et votre dernier rinçage, vaporisez votre préparation « maison » et massez délicatement le cuir chevelu, les longueurs et les pointes, en laissant si possible vos cheveux sécher à l’air libre.

Et l’odeur du vinaigre ? Pas de souci : dès que vos cheveux seront secs, elle disparaîtra. Ne restera que la brillance !

Encore un bon "truc" ?

Si vous avez la peau grasse, à plus forte raison si vous avez tendance à l’acné…

  • Préparez une simple infusion d’ortie, placez-la dans un flacon avec une tête de vaporisateur, et utilisez en brumisations, matin et soir.

N’hésitez pas à faire de grosses cueillettes d’orties (loin des routes, évidemment ! -  et à les sécher : une excellente manière d’en avoir toujours sous la main, bien au-delà de la saison, tant pour votre forme que pour votre beauté !

oOoOoOoOoOoOoOoOo

Si vous êtes fan de l’ortie - et entre nous il y a de quoi - voici de quoi le devenir plus encore : Remèdes et recettes à l’ortie, de François Couplan, éditions Rustica.

Et si vous aimez les recettes santé, beauté et forme au naturel, avec des orties et bien d'autres plantes, visitez aussi la page "Livres" de ce blog ( http://www.lesjardinsdalice.ch/livres.html ) : vous devriez y trouver plein de petits bonheurs !

oOoOoOoOoOoOoOoOo

Pensez aussi à l'ortie pour des smoothies originaux et bienfaisants :

Photo d'ouverture : By VerboseDreamer (Own work) [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

oOoOoOoOoOoOoOoOooOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

PISSENLIT : LE VIN...

13 Avril 2017 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #En cuisine..., #Dans les champs, #Elixirs & Vins, #Fleurs, #Gastro sauvage, #Gourmandises..., #Plantes, #Éte, #Bonheurs, #Printemps..., #Tonus, #Coups de Coeur, #Dans le jardin, #Dans le verger

 

Préparez les plaisirs de l'été...

 

Oui au Vin de Pissenlit !

Le bonheur est toujours dans le pré, cours-y vite... cette fois pour préparer un apéro estival aussi délicieux que rafraîchissant. Après le premier essai  du printemps passé,  j'attendais avec impatience de pouvoir en refaire, je ne vous dis que ça. Voilà qui vous tente, vous aussi ? Cueillez alors 1 à 2 belles poignées de fleurs de pissenlit, aux alentours de midi, lorsqu’elles sont bien ouvertes. Ensuite…

Laissez sécher les fleurs à l’air libre, sur un plateau ou dans un grand sac en papier bien ouvert, afin que leurs petits hôtes puissent s’en aller.

Le lendemain, il suffit de mettre dans un gros bocal :

· les fleurs de pissenlit

· 2,5 dl d’alcool

· 1 l. de vin blanc

· 1 citron bio coupé en  tranches

· 200 g de sucre.

Laissez macérer un mois, filtrez. C’est tout ? Oui c’est tout !

Il ne reste plus qu’à mettre en bouteilles et à déguster bien frais, et surtout... en bonne compagnie !

Petit conseil d'amie : là, cela vous fera seulement un ou deux petits apéros. N’hésitez donc pas à multiplier les quantités par 2, par 3, par autant que vous voulez !

OoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoO

Si les champs sont recouverts de pissenlit, à vous aussi ce délicieux classique :

OoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoO

PISSENLIT : LE VIN...PISSENLIT : LE VIN...PISSENLIT : LE VIN...
Lire la suite

Pissenlits : faites-en tout un miel !

7 Avril 2017 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Bien-être, #En cuisine..., #Dans les champs, #Fleurs, #Gastro sauvage, #Gourmandises..., #Bonheurs, #Plantes, #Printemps..., #Dans le jardin, #Confitures, #Dans le verger

Avec les Pissenlits...

 

Le bonheur est dans le pré

Avec eux, le bonheur est dans le pré, mais aussi un peu dans le pot... Vous avez égaré la recette de votre grand-maman ? Qu’à cela ne tienne !

Choisissez bien sûr un pré sauvage ou un jardin non traité, loin des routes et de la pollution, cueillez environ 366 fleurs de pissenlit (faites-en une petite méditation !), et laissez-les reposer à l’air libre. Cela permet à d’innombrables petites bestioles de s’en aller…

Le lendemain, mettez dans une bassine :

  • les fleurs de pissenlits (environ 620 g après repos)

  • 1,5 l. d’eau

  • 2 citrons bio coupés en tranches.

  • Laissez cuire le tout entre 20 et 25 minutes, puis passez.

  • Ajoutez 1 kg de sucre.

  • Faites cuire à gros bouillon pendant 4 minutes.

  • Pour obtenir la consistance d’une gelée, ajoutez 3 sachets de agar-agar préalablement délayé dans de l’eau froide, et cuisez encore 2 minutes.

Il n’y a plus qu’à mettre en pots et à déguster, en tartines ou sur un petit chèvre frais.

 Le pissenlit toujours,   mais en plus sage ?

On peut faire confiance au "langage des oiseaux" ! La preuve ? Le pissenlit doit son nom à son incontestable action dépurative, bien connue et reconnue depuis des siècles !

Et si on l’appelle aussi dent-de-lion, c’est cette fois à cause de la forme, très dentelée, de ses feuilles….

Ses feuilles, précisément, sont depuis longtemps utilisées pour leurs propriétés diurétiques. Particulièrement riches en potassium, elles contribuent à nettoyer le sang et à faire baisser les tensions trop élevées.

C’est encore le moment de faire un grand nettoyage de l’organisme, avec une cure dépurative de 3 à 4 semaines :

  • Versez une tasse d'eau bouillante sur une grosse cuillère de feuilles de pissenlit, laissez infuser quelques minutes, filtrez. Buvez entre une et trois tasses par jour.

À côté de cela, salades de pissenlit à volonté !

Et oui bien sûr aussi aux feuilles de pissenlit, complétées d’ortie et de plantain pour faire des soupes très détox …

Les boutons des fleurs de pissenlit se marient bien avec les oeufs brouillés. Ils peuvent aussi être mis au vinaigre, puis utilisés, après un mois de repos, comme des câpres.

Faites-vous du bien et régalez-vous ! N'en oubliez pas pour autant tout ce que les coquettes pâquerettes ont à vous offrir... ça, c'est par ici :

OoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoO

 Et puis, pissenlits, pâquerettes, mais aussi plein d'autres plantes de saison et bientôt les herbettes, si vous êtes à la recherche d'idées pour les adopter dans vos rituels beauté ou alors les transformer en véritables alliés de votre bien-être, vous trouverez dans ce livre bien plus d'une suggestion par jour... Plus d'infos ? Rendez-vous là : http://www.lesjardinsdalice.ch/livres.html

Pissenlits : faites-en tout un miel !Pissenlits : faites-en tout un miel !Pissenlits : faites-en tout un miel !
Lire la suite

ALLERGIES : A comme Atchoum ...

17 Mars 2017 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Bien-être, #Bobos & Co, #Forme, #Phyto, #Printemps..., #Fleurs, #Garder la forme, #Huiles Essentielles, #Infos sympas, #Dans la forêt, #Dans les champs, #Plantes

 

A comme… Atchoum et Allergies

Ça y est, il est de retour, vive le printemps ! Enfin, pas pour tout le monde. Éternuements en rafales, larmoiements et picotements, nez qui coule et gorge qui gratte… vous ne connaissez que trop ? L’idéal aurait été de s’y prendre assez tôt. Une séance d’acupuncture tous les 15 jours, par exemple, à partir de janvier, limite sérieusement les dégâts. Trop tard ? Parez au plus urgent…

Grâce à sa double action préventive et curative, et comme il n’est jamais trop tard pour bien faire, l’acupuncture reste une bonne option : deux séances par semaine dès les premières réactions assurent déjà un printemps plus confortable.

Au rayon des oligo-éléments, cobalt et manganèse sont précieux pour lutter contre les allergies.

L’homéopathie, elle aussi, offre une aide appréciable. À choisir en fonction du terrain, avec l’aide d’un(e) professionnelle !

L’huile de nigelle, à raison d’une cuillère à café chaque matin, semble aussi atténuer ce gros souci de saison.

Parmi les remèdes naturels qui ont fait leurs preuves, pensez aussi à l’huile essentielle d'estragon, qui a une action anti-histaminique. Gardez-en toujours un petit flacon à portée de main, et respirez-la à plein nez chaque fois que vous sentez une crise arriver. Elle vous soulagera immédiatement, et peut-être même sur la durée.

Gare aux pollens mais... vive le plantain !

Enfin, mon préféré d’entre tous, vraiment très efficace (en tous cas pour moi) : la teinture-mère de plantain.

Si ce sont les pollens d’arbre qui vous incommodent, il vous la faut tout de suite, immédiatement : droguiste, herboriste ou pharmacien vous la proposeront toute prête.

  • Prenez-en de 25 à 30 gouttes, 3 fois par jour, dans un petit verre d’eau.

Si vous êtes surtout sensible aux graminées ou à certaines fleurs, vous avez un petit répit. Dans ce cas, préparez-la vous-même, au moins partiellement :

Et pour la nigelle, c'est par là :

Et surtout... BEAU PRINTEMPS !

Lire la suite
1 2 > >>