Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.lesjardinsdalice.ch

Articles avec #printemps... tag

BERCE ENCORE : cuisine sauvage , les fruits cette fois !

12 Juin 2020 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Dans les champs, #Printemps..., #Été, #Gastronomie sauvage, #Cueillette et cuisine sauvage, #En cuisine..., #Plantes, #Dans le jardin, #Dans le verger, #Légumes

 

 

Berce encore….

 

 

Les fruits, cette fois !

Elle était l’invitée à notre table - et sur ce blog - il y a quelques semaines déjà. Côté cuisine sauvage, la berce ou grande berce, répandue le long des chemins et dans les prés, est une petite merveille.

 

En salade lorsqu’elles sont encore tendres, ses feuilles donnent plus tard de bons légumes. Cuisinez ses pétioles comme des côtes de bette, et glissez sa verdure dans des quiches, soupes ou gratins Quant à sa tige, elle est croquante et sucrée. Ses inflorescences, elles se dégustent après un bref passage à la vapeur... Et ses fruits alors ?

 

Réponse avec une nouvelle proposition signée Françoise Marmy….

 

Salade de lentilles aux fruits de berce 

 

200 g de lentilles 

Feuilles de laurier

5 clous de girofle

  • Cuire les lentilles dans 3 fois leur volume d’eau.

  • Laisser refroidir.

Sauce :

Sel aux herbes

Tamari

Moutarde en grains

Huile d’olive

Vinaigre balsamique

Zeste de citron

Fruits de berce encore verts

  • Mélanger tous les ingrédients.

  • Ajouter les fruits de berce coupés finement dans les lentilles et bien mélanger avec la sauce.

 

Crus, les fruits de la berce peuvent aussi aromatiser des salades, des vins, des chutneys… N’en abusez toutefois pas, car ils ont un goût très puissant.

BERCE ENCORE : cuisine sauvage , les fruits cette fois !

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOooOoOoOoOoOoOo

 

Comment reconnaître la grande berce ?

 

La grande berce, ou berce commune, se reconnaît facilement à sa tige robuste, striée et surtout recouverte de poils blanchâtres assez raides, ainsi qu’à ses feuilles, grossièrement découpées, qui, lorsqu’elles sont jeunes, ont la forme de pattes d’ours griffues. 

Vous avez peur de la confondre avec la berce du Caucase ?

Sa tige est entièrement recouverte de poils blancs et souples, tandis que celle de la berce du Caucase présente peu de poils. S’il y en a, ils sont raides et épars. Un indice encore : sa tige présente beaucoup de taches de couleur, allant du framboise au violet.

La face inférieure des feuilles de la grande berce est couverte de très nombreux poils blancs et souples, ce qui n'est pas le cas de la berce du Caucase

 

 

En guise de rappel : restez toujours très prudent avec les fleurs appartenant à la famille des ombellifères, car certaines, notamment la cigüe, sont très toxiques. Ne cueillez donc que les plantes dont vous êtes à 100 % sûrs !

 

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Envie de mieux connaître les plantes sauvages comestibles ? Suivez notre guide, Françoise Marmy, c'est par là :

BERCE ENCORE : cuisine sauvage , les fruits cette fois !
BERCE ENCORE : cuisine sauvage , les fruits cette fois !
BERCE ENCORE : cuisine sauvage , les fruits cette fois !
Lire la suite

LA MÉLISSE ET SES DÉLICES

8 Juin 2020 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #En cuisine..., #Bien-être, #Boissons sages, #Gourmandises..., #Plantes Aromatiques, #Dans le jardin, #Confitures, #Sirops, #Épices, #Printemps..., #Menthe, #Été

 

Quelques délices autour de

 

 

 

Dame Mélisse

LA MÉLISSE ET SES DÉLICES

Ravissante, rafraîchissante, vivifiante… elle est partout en ce moment ! En bosquet au jardin, en gros pots en terrasse, et même sur le panier hebdomadaire du maraîcher qui en avait mis un énorme bouquet sur les légumes, comme un grand sourire aux portes de l’été. C’est super ! Mais pas question de la laisser perdre : un rapide passage à l’action s’imposait. Et pour cela, rien ne vaut l’improvisation !

 

Le lendemain, l’énorme bouquet de mélisse pesait encore 57 g : de quoi préparer une infusion bien soutenue, avec deux préparations en vue…

Toujours fort apprécié pour son petit goût désaltérant et citronné, le Sirop de Mélisse est aussi agréable avec une eau plate qu’une eau pétillante, ou encore dans un « Pot du Druide ». En voici l’une de mes recettes préférées :

 

Dans une grande casserole, versez :

  • la mélisse, coupée en petits morceaux

  • 2 citrons bios, en tranches ou en quartiers

  • 1 l. d’eau

  • et du sucre : roux ou blanc, entre 600 g et 1 kg, selon vos goûts.

- Portez à ébullition, laissez frémir 10 minutes environ, et retirez du feu.

- Ajoutez un bon morceau de gingembre (j’en ai mis de 5 à 6 cm, coupé en rondelles)

- Laissez le tout infuser jusqu’au lendemain. Le lendemain:

 

Le lendemain:

- Filtrez, et mettez la moitié du liquide obtenu en bouteilles. Le sirop est prêt !

 

Plutôt envie d'une gelée ?

 

Et l’autre moitié ? Rien de plus simple que de la transformer en une subtile et délicieuse Gelée Mélisse-Gingembre, dont la seule couleur est déjà une promesse de fraîcheur…

- Reprenez le reste de la préparation précédente.

- Une fois qu’il est bien refroidi, prélevez dans un petit bol un peu du liquide restant, ajoutez un sachet d’agar-agar et délayez bien à la fourchette.

- Chauffez rapidement le reste, ajoutez l’agar-agar bien dilué, portez à ébullition pour 2 minutes environ. Et hop, en petits pots !

Environ 8 dl de sirop et 3 petits pots de gelée, il n’y a pas de quoi se mettre une indigestion ! Si cela vous plaît, pas de problème : c’est aussi facile que rapide à refaire, et la jolie saison de la mélisse ne fait que commencer !

 

Sirop ou gelée, histoire de varier les plaisirs pensez aussi aux agréables mariages mélisse et menthe, par exemple !

 

Et si vous avez tant de mélisse que vous ne savez plus qu’en faire, séchez-la, émiettez-la et ajoutez-la à des petits Biscuits "maison". Une suggestion ? Par ici, en remplaçant simplement la lavande par de la mélisse :

(Article republié)

 

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

LA MÉLISSE ET SES DÉLICESLA MÉLISSE ET SES DÉLICESLA MÉLISSE ET SES DÉLICES

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

EAU DE ROSE : c'est le moment de la préparer !

4 Juin 2020 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Beaute, #Coups de Coeur, #Dans le jardin, #Fleurs, #Peau (Soins de la), #Printemps..., #Produits "maison" et naturels, #Lotions & Co, #Rose, #Soins du corps, #Visage, #Beauté au naturel, #Été

 

Envie de fraîcheur et de bonne humeur ?

 

À vous l'Eau de Rose !

EAU DE ROSE  : c'est le moment de la préparer !

Vous êtes fan des eaux florales, ces lotions faciales rafraîchissantes et respectueuses de votre peau ? Alors vous allez aimer celle-ci,  très naturelle et parfumée avec la fleur du moment, qui est aussi celle qui sied si bien à toutes les femmes…

Le mot d’ordre dans les jardins d’Alice, c’est la simplicité. Et si certaines petites potions sont magiques, leur préparation n’a vraiment rien de sorcier. En voici une nouvelle fois la preuve :

  • Versez 5 dl d’eau distillée dans un gros bocal.

  • Ajoutez 20 g de sel marin, remuez bien.

  • Pour finir, déposez encore 3 belles poignées de pétales des plus belles et surtout plus parfumées roses de votre jardin (bio naturellement), dont vous aurez préalablement détaché les parties blanches ou sèches. Immergez-les doucement, par exemple avec une cuillère en bois, dans la préparation de base.

  • Laissez reposer 4 jours (5 si vous voulez), filtrez, et versez sans tarder votre eau aux jolies nuances désormais rosées dans des petits flacons de verre, si possible opaques.

Parfait après le démaquillage du soir, et le matin pour mettre votre peau de bonne humeur dès le réveil !

Petit conseil : veillez à ce que tous les pétales soient progressivement bien recouverts par l’eau, n’hésitez pas à agiter votre bocal. Humez son contenu chaque jour : c’est déjà un petit bonheur.

En plus, c’est si simple à préparer que si vous avez la chance d’avoir des rosiers, vous et vos amies aurez de l’eau de rose 100 % maison et naturelle pendant toute la belle saison !

Pratiquement : frais ou séchés, tous les pétales de roses, pourvu qu’elles soient bio, conviennent : l’expérience a même montré que l’on obtient des couleurs bien plus vives en mélangeant des roses rouges, orangées, blanches…

Pour une plus petite quantité : une grosse poignée de pétales séchés dans 2,5 dl d’eau distillée, avec 10 g de sel marin.

L’astuce en plus ? Mettez-en un peu dans des bacs à glaçons : parfait pour une remise en beauté éclair lorsque c’est nécessaire…

Et maintenant... à vous de jouer !

(Article republié)

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Et puis, si les roses vous les aimez aussi en sirop, alors voilà comment préparer non pas un, mais deux sirops de Contes de Fées...

Vous aimez quand c'est si joli, si simple et si respectueux de votre peau ? Faites-vous plaisir et découvrez plein d'autres idées dans mes livres wink. C'est par là...:

EAU DE ROSE  : c'est le moment de la préparer !EAU DE ROSE  : c'est le moment de la préparer !EAU DE ROSE  : c'est le moment de la préparer !

 oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

Berce : invitez-la à votre table !

22 Mai 2020 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Dans le jardin, #Dans le verger, #Dans les champs, #En cuisine..., #Forme, #Legumes, #Printemps..., #Gastronomie sauvage, #Été, #Cueillette

 

Cuisine sauvage

 

 

Invitez la Berce à table !

Berce : invitez-la à votre table !

Elle apparait dans les champs peu après le pissenlit et fleurit au mois de juin. Dès le printemps, elle ravit les amateurs de saveurs sauvages. La berce, ou grande berce - il est vrai qu’elle peut dépasser un mètre de hauteur - est répandue le long des chemins et dans les prés, elle pousse de la plaine à la montagne dans les prairies riches.

La berce se reconnaît facilement à sa tige robuste, striée et surtout recouverte de poils blanchâtres assez raides, ainsi qu’à ses feuilles, grossièrement découpées, qui, lorsqu’elles sont jeunes, ont la forme de pattes d’ours griffues. 

 

Quand on froisse son pétiole, base de la feuille, elle sent très bon car très aromatique style fenouil, carotte et même mandarine.

Ses racines et ses feuilles ont des vertus digestives et calmantes.

La berce est cependant aussi appréciée comme aphrodisiaque…

 

Il s’agit cependant de toujours rester très prudent avec les fleurs appartenant à la famille des ombellifères, car certaines, notamment la cigüe, sont très toxiques. Ne cueillez donc que les plantes dont vous êtes à 100 % sûrs !

 

Mais revenons à votre berce du jour... 

Côté cuisine sauvage justement, c’est une merveille. Ses jeunes feuilles, tendres, conviennent bien en salades et plus tard, lorsqu’elles sont plus développées, elles donnent de bons légumes. Sa tige est croquante et sucrée. Quant à ses inflorescences, elles se dégustent après un bref passage à la vapeur. Ses longs pétioles se cuisinent comme des côtes de bette, tandis que la verdure convient très bien en quiche, soupe ou gratin.

Délicieux aussi : les jeunes tiges et boutons floraux juste cuits à la vapeur, pas plus de 10 min, servis avec une petite sauce vinaigre balsamique, huile d’olive et sel.

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOooOoOoOoOoOoOo

 

Françoise Marmy nous propose de déguster en ce moment les jeunes tiges et pétioles, ou queues de la feuille revenus à la poêle avec des carottes et du gingembre. « Tout simple, mais un régal ! ». Si c’est elle qui le dit…

Tiges et boutons floraux de berce

au gingembre et aux carottes

 

Pour la préparation :

Des tiges de berce coupées en tronçons + quelques boutons entiers

4 carottes coupées en rondelles

1 c. à soupe d’huile d’olive

1 cm de rhizome de gingembre frais coupé fin

1 à 2 c. à soupe de sauce de soja (tamari)

  • Faire revenir les carottes à la poêle dans l’huile 

  • Ajouter les tiges de berce et les boutons floraux ensuite le gingembre.

  • Mouiller avec la sauce de soja.

Il ne reste qu'à déguster !

 

Cette recette tout comme les photos de ce billet, sont de Françoise Marmy. Merci à elle !

 

Vous aimez la cueillette et les saveurs de la cuisine sauvage ? Vite, allez faire un tour sur son site et découvrez ses prochains stages ici ou ailleurs ! Plein d'autres tentations ici :

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

ASPÉRULE - LA FÉE DES BOIS

9 Mai 2020 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Boissons sages, #Dans la forêt, #En cuisine..., #Elixirs & Vins, #Fleurs, #Gastro sauvage, #Printemps..., #Plantes, #Sans lait ni gluten, #Gourmandises..., #Coups de Coeur, #Forme, #Zen, #Tisane

À la rencontre de la Fée des bois,

l'Aspérule Odorante

L’aspérule odorante, cette jolie plante que l’on trouve dans les sous-bois et les endroits ombragés, surtout dans les forêts de hêtres, rend le mieux son parfum une fois séchée. Mais pour profiter de ses qualités, apaisantes et gourmandes, c’est maintenant qu’il faut la récolter !

Comment la reconnaître ? Ses feuilles étroites, en forme d’étoiles, sont réunies par six ou huit sur la tige, et forment plusieurs étages superposés. Mais c’est surtout à son bouquet de minuscules fleurs à quatre pétales, d’un blanc pur, et délicatement parfumées que vous l’identifierez.

N’hésitez pas à la cueillir, et à la laisser sécher : c’est ainsi qu’elle révélera tout son arôme, très caractéristique, qui rappelle à la fois le foin et la vanille. D’où son nom d’aspérule odorante…

Cette fleur délicate est au cœur d’une délicieuse spécialité de saison, le Vin de Mai :

  • Dans un récipient couvert ou un gros bocal, versez 1 litre de vin blanc sur un gros bouquet d’aspérule fraîche ou, si vous le faites plus tard, sur un petit bouquet de plante séchée.

  • Ajoutez 20 g de sucre et éventuellement quelques tranches d’orange bio.

  • Laissez reposer entre une et trois semaines si vous faites votre vin de mai avec de l’aspérule fraîche, et au moins une nuit si vous utilisez la plante séchée. Filtrez et remettez en bouteille.

Ensuite ? Un petit verre avant le repas favorise une bonne digestion et… fait plaisir !

En version très sage...

Ses qualités à la fois toniques et calmantes font de l’aspérule une bonne alliée en cas de stress, d’irritabilité, de surmenage, de fatigue, de palpitations et de troubles du sommeil. Elle a des propriétés diurétiques, anti-inflammatoires et semble aussi favoriser la digestion. Vous l’aimerez également en tisane, seule ou associée à de la mélisse, pour calmer, apaiser, et faciliter le sommeil.

Son grand plus ? À condition toutefois de ne pas en abuser, elle convient aussi bien aux enfants qu’aux personnes âgées. Seules les femmes enceintes n’y ont pas droit.

Côté cuisine...

Chic, un dessert sans lait ni gluten !

Et enfin, si vous aimez tout ce qui rappelle la saveur de la vanille, régalez-vous ! Facile à glisser dans une crème, un flan ou un entremet, l’aspérule se prête à la composition de nombreux desserts… y compris sans lait ni gluten. La preuve avec l'irrésisitible crème à l'aspérule :

  • Versez un demi-litre de lait végétal sur une grosse poignée d’aspérules séchées.

  • Portez à ébullition et laissez infuser 2 ou 3 heures.

  • Filtrez en pressant bien les fleurs, pour un arôme optimal…

Puis :

  • Mélangez 2 oeufs, 30 g de sucre et 1 cuillère à café de fécule, ajoutez au lait végétal et faites chauffer le tout en remuant sans arrêt.

  • Retirez du feu dès que le mélange commence à bouillir. Versez dans un saladier et laissez refroidir.

Il ne reste plus qu'à servir et à apprécier !

(Billet republié)

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Plus sur le Vin de Mai, ou Maitrank ? C'est par là :

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Et puis, pendant que la forêt nous fait plein de cadeaux, les jardins et les champs aussi... Si vous aimez préparer des lotions de beauté mais aussi des soins de bien-être 100 % naturels 100 % maison, la belle saison est de retour ! Des idées et des suggestions ? C'est par ici :

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

ASPÉRULE - LA FÉE DES BOISASPÉRULE - LA FÉE DES BOISASPÉRULE - LA FÉE DES BOIS
Lire la suite

Lierre terrestre - Pour soulager ET régaler

30 Avril 2020 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #Bien-être, #Bobologie, #Dans la forêt, #Dans le jardin, #Dans le verger, #Dans les Jardins Amis, #Dans les champs, #En cuisine..., #Fleurs, #Gourmandises..., #Phyto, #Printemps..., #Été, #Gastronomie Sauvage, #Plantes sauvages, #Remèdes naturels, #Produits "maison" et naturels

 

Lierre Terrestre

 

 

Une plante tout à fait délicieuse !

Lierre terrestre - Pour soulager ET régaler

Jardin, champs, haies, bords de route ou forêt… pour autant qu’il puisse profiter d’un peu d’ombre et d’humidité, le lierre terrestre se plait et revient partout ! À dire vrai, il serait même vite envahissant. Mais loin de nous l’idée de s’en plaindre lorsque l’on connaît ses qualités !

Autrefois considéré comme plante magique et parfois utilisé pour la divination, le lierre terrestre avait la réputation, s’il était placé sous le lit, de redonner des forces à la jeune mère après l’accouchement.

Il était également apprécié pour aromatiser la bière et lui apporter une certaine amertume. Depuis, le houblon a pris le relais, mais si vous faites votre bière vous-même et que du lierre terrestre pousse près de chez vous, pourquoi ne pas essayer ?

 

Au Moyen Age, il était recommandé pour faire baisser la fièvre.

Traditionnellement apprécié depuis la même époque pour soigner, entre autres troubles, le rhume, la toux et les différentes formes de bronchites, il permet aussi, en usage externe, d’améliorer les abcès et les furoncles.

Comment ?

Dans ce dernier cas, il suffit d’appliquer les feuilles fraîches, à peine écrasées, en cataplasmes.

Infusion : une cuillère à soupe de lierre terrestre infusée une dizaine de minutes dans l’équivalent d’une tasse d’eau bouillante aide à soulager aussi bien un début de refroidissement que des maux de gorge déclarés ou encore des troubles respiratoires. À plus forte raison si vous sucrez cette dernière avec du miel !

Il est possible enfin de réaliser une huile : une préparation toute simple, qui peut rendre de grands services :

  • Versez pour cela 10 poignées de lierre terrestre dans un gros bocal

  • Recouvrez d’un litre d’huile d’olive

  • Laissez macérer pendant un mois au soleil, puis filtrez.

Et voilà une excellente huile à utiliser en compresses, sur les plaies ou pour soulager des troubles inflammatoires.

 

En cuisine…

 

En cuisine, son parfum à la fois boisé et parfumé relève agréablement les salades, les soupes et bien d’autres préparations. La preuve avec Françoise Marmy, qui a l’art de nous mettre l’eau à la bouche…

Lierre terrestre - Pour soulager ET régaler

Boulettes de chèvre frais au lierre terrestre

1 fromage de chèvre frais
1 bouquet de  feuilles de lierre terrestre
fleurs pour la déco
 

  • Écraser le chèvre frais à la fourchette.

  • Ajouter les feuilles de lierre terrestre ciselées finement

  • Former de petites boulettes

  • Les déposer sur un petit cracker ou sur une feuille de lierre terrestre et décorer avec les fleurs.

Et il ne reste  plus qu’à vous régaler, les yeux d’abord, le palais ensuite…

 

Cette jolie recette tout comme d'ailleurs les photos de ce billet, sont de Françoise Marmy. Merci à elle !

 

(Article republié)

 

Vous aimez les saveurs de la cuisine sauvage et les préparations gourmandes ? Vite, allez faire un tour sur son site et découvrez ses prochains stages ici ou ailleurs ! Plein d'autres tentations ici :

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Et pour finir la voix claire, je vous rappelle cette préparation qui contient, elle aussi, du lierre terrestre :

Lierre terrestre - Pour soulager ET régaler
Lierre terrestre - Pour soulager ET régaler
Lierre terrestre - Pour soulager ET régaler

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

LILAS : LE PLUS BEAU DES SIROPS !

26 Avril 2020 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #En cuisine..., #Produits "maison" et naturels, #Boissons sages, #Dans les champs, #Fleurs, #Gastro sauvage, #Gourmandises..., #Printemps..., #Coups de Coeur, #Dans le jardin, #Sirops

Siroter le Lilas ?

 

Un plaisir haut en couleur !

Variation sur un thème que j’aime bien : le lilas, son odeur, sa couleur ! Et même son goût, puisqu’il est non seulement comestible mais qu’il parfume bien agréablement différentes préparations. Pendant qu’il est encore en fleurs, faites-en vite un magnifique sirop : parfait pour en prolonger la toujours trop courte saison !

En suivant un peu l’inspiration du moment, voilà celui que j’ai concocté, et comment. Après, à vous bien sûr d’adapter…

  • Cueillez 12 grappes de lilas bordeaux, + 1 petite blanche au parfum irrésistible.

  • De retour à la cuisine, prélevez-en les fleurs seulement (en prévision de vos questions, cette fois j’ai pesé : cela faisait 112 g).

  • Portez à ébullition 8 dl d’eau, et retirez la casserole du feu.

  • Versez les fleurs de lilas dans la casserole, ajoutez un citron bio coupé en morceaux.

  • Retirez le citron après une heure, mais laissez le tout infuser 2 heures.

  • Filtrez, pesez. (chez moi : 750 g)

  • Ajoutez le même poids en sucre (j’ai mis 2/3 de sucre de canne et 1/3 de sucre blanc, juste parce que j’étais à court…)

  • Portez à ébullition et laissez frémir 10 minutes, sans cesser de remuer. Et en bouteilles !

À apprécier en sirop, mais aussi sur un sorbet ou un fromage frais, avec une eau pétillante ou, pourquoi pas, au fond d’une coupe de champagne !

(Billet republié, plusieurs fois, mais comme vous en redemandez ...wink)

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Beaucoup plus sur le lilas, y compris une surprenante gelée et, plus bas. un étonnant Vin de Lilas ? C’est par là…

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

LILAS : LE PLUS BEAU DES SIROPS !LILAS : LE PLUS BEAU DES SIROPS !LILAS : LE PLUS BEAU DES SIROPS !
Lire la suite

LILAS : gourmand et bienfaisant

18 Avril 2020 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Bien-être, #Bobos & Co, #Confitures, #Dans le verger, #En cuisine..., #Fleurs, #Gourmandises..., #Massages, #Produits "maison" et naturels, #Printemps..., #Dans la forêt, #Bonheurs, #Soins du corps, #Coups de Coeur, #Dans le jardin

 

Plein de petits bonheurs

 

avec le Lilas en fleurs

LILAS : gourmand et bienfaisant

On l’aime pour son élégance, ses couleurs et bien sûr sa manière à nulle autre pareille d’embaumer les journées de fin avril et de mai. Il est aussi apprécié pour soulager certains maux et même, oui, surprendre les gourmands. Le bonheur du lilas en fleurs est éphémère… ne le laissez pas échapper !

 

Pour commencer, soyons gourmands !

 

Après la préparation à d’autres printemps de différentes liqueurs, l’une au lilas blanc, l’autre au lilas violet, place maintenant à la gelée de lilas.  Un jeu et surtout un plaisir d’enfant…   

  • Cueillez environ 12 à 13 belles  grappes de lilas, et détachez les fleurs (laissez tout ce qui est vert !), de manière à avoir 100 g de lilas.  J’ai pris aujourd’hui du lilas violet, mais on peut sans souci mélanger avec du lilas blanc et du lilas mauve.

  • Mettez les fleurs dans une casserole avec un demi-litre d’eau, portez à ébullition et laissez frémir une dizaine de minutes.

  • Retirez, filtrez, en pressant bien   pour recueillir un maximum de jus.

  • Réservez un fond de verre, pour délayer un petit sachet d’agar-agar.

  • Versez le jus dans la casserole avec 200 g de sucre. Portez à ébullition et ajoutez l’agar-agar.

  • Cuisez encore 2 à 3 minutes, sans cesser de remuer, puis versez immédiatement dans de petits pots stérilisés.

Etonnant et subtil, en tartines, avec des crêpes ou encore sur un petit chèvre frais !

 

 

Un petit plus ?

Pensez aussi au sucre de lilas, un vieux truc de nos grands-mères pour aromatiser ensuite boissons, crèmes et pâtisseries. Il suffit d'alterner une couche de sucre, une de grappes de lilas (cueillies la veille pour éviter tout soucis d'humidité), une autre de sucre, et ainsi de suite. Laissez s’imprégner 2 ou 3 jours, puis passez.  Prêt à être utilisé !

Côté bien-être...

Ses fleurs et ses feuilles offrent une bonne huile contre les rhumatismes, les douleurs articulaires et certains maux de dos. Comment procéder ? Rien de plus simple :

Placez des fleurs et/ou des feuilles de lilas dans un bocal, recouvrez d’huile d’olive ou d'huile de tournesol. Laissez ensuite macérer un mois à l'abri de la lumière si vous avez choisi l'huile d'olive, ou un mois au soleil avec celle de tournesol.

Filtrez, versez dans un ou des flacons, et conservez à l'abri de la lumière.

Appliquez en massages doux lorsque le besoin se fait sentir.

(Article republié)

 

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Sirop ou vin, encore plus d'envies avec le lilas ? Par là wink...

LILAS : gourmand et bienfaisant
LILAS : gourmand et bienfaisant
LILAS : gourmand et bienfaisant
LILAS : gourmand et bienfaisant
LILAS : gourmand et bienfaisant

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

Macérat fleuri : à vous le trio gagnant du printemps !

17 Avril 2020 , Rédigé par Véronique Alice Publié dans #Beaute, #Bien-être, #Bobologie, #Bonheurs, #Dans le jardin, #Fleurs, #Lotions & Co, #Peau (Soins de la), #Plantes, #Produits "maison" et naturels, #Soins du corps, #Visage, #Printemps...

 

Pourquoi pas un Macérât

 

 

 

« Fées du Jardin » ?

Macérat fleuri : à vous le trio gagnant du printemps !

À chaque saison ses petits plaisirs, à plus forte raison si vous aimez la beauté au naturel ! Côté fleurs, la nature a été plus que généreuse ces dernières semaines. J’en ai choisi trois, pour leurs douces qualités et aussi l’harmonie des couleurs. Nul doute qu’après avoir égayé le jardin elles vont donner ensemble naissance à la plus agréable de huiles pour le corps  !

 

La pâquerette d’abord, apaisante en cas de chutes, de contusions ou de douleurs, est surtout très douée pour raffermir la peau… partout où elle a besoin de l’être ! Réputée depuis l’Antiquité, elle n’a pas son pareil pour booster votre buste (intéresséewink ? Jetez un œil ci-dessous ! )

 

Les fleurs du forsythia cet arbuste qui illumine les jardins aux premiers signes du printemps, ont elles aussi de très jolies propriétés : non seulement elles calment rugosités, rougeurs et sensations de tiraillement, mais en plus elles stimulent la circulation et la régénération cutanée. Que demander de plus !

 

Quant à la violette, savez-vous qu’elle est aussi une grande amie de la peau ? J’en raffole, au propre et au figuré…

Utilisée seule, elle permet de préparer une huile de soin délicate, qui offre ses vertus adoucissantes et protectrices à la nuque, au visage et à toutes les peaux très sèches qui demandent à retrouver du confort.

 

Réunir les qualités des unes et des autres, et se composer ainsi un véritable bouquet de printemps à offrir à votre peau à chaque occasion est un jeu d’enfant !

 

  • Récoltez donc un peu de chacune de ces fées du jardin, et laissez sécher 24 heures pour les fleurs de forsythia, et une petite journée pour les autres.

  • Placez-les toutes dans un bocal de verre et recouvrez-les d’une belle huile végétale, choisie selon votre peau et votre budget :  sésame (ma préférée !) pépins de raisin, légère, sans odeur et bourrée de vitamine E, olive, amande, argan ou encore un mélange sésame/tournesol. 

  • Laissez macérer pendant 21 jours, à la lumière et si possible quelques heures par jour au soleil. 

     

  • Filtrez et conservez à l’abri de la lumière et du soleil, dans une bouteille teintée

Appliquez où vous voulez, quand et aussi souvent que vous en avez envie !

PS - et rien ne vous empêche, évidemment, d'ajouter quelques gouttes d'une huile essentielle fleurie que vous aimez et que vous connaissez bien !

 

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Plus autour de la pâquerette ? C'est par là...

Macérat fleuri : à vous le trio gagnant du printemps !
Macérat fleuri : à vous le trio gagnant du printemps !
Macérat fleuri : à vous le trio gagnant du printemps !

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite

PISSENLIT : LE VIN...

3 Avril 2020 , Rédigé par Le Blog de Véronique Alice Publié dans #En cuisine..., #Dans les champs, #Elixirs & Vins, #Fleurs, #Gastro sauvage, #Gourmandises..., #Plantes, #Éte, #Bonheurs, #Printemps..., #Tonus, #Coups de Coeur, #Dans le jardin, #Dans le verger

 

Préparez les plaisirs de l'été...

 

Oui au Vin de Pissenlit !

Les printemps se suivent et sur certains points exquis se ressemblent... Cela vaut bien une nouvelle reprise : mettez ces petits soleils en bouteille !

Le bonheur est toujours dans le pré, cours-y vite... cette fois pour préparer un apéro estival aussi délicieux que rafraîchissant. Après le premier essai  du printemps passé,  j'attendais avec impatience de pouvoir en refaire, je ne vous dis que ça. Voilà qui vous tente, vous aussi ? Cueillez alors 1 à 2 belles poignées de fleurs de pissenlit, aux alentours de midi, lorsqu’elles sont bien ouvertes. Ensuite…

Laissez sécher les fleurs à l’air libre, sur un plateau ou dans un grand sac en papier bien ouvert, afin que leurs petits hôtes puissent s’en aller.

Le lendemain, il suffit de mettre dans un gros bocal :

· les fleurs de pissenlit

· 2,5 dl d’alcool

· 1 l. de vin blanc

· 1 citron bio coupé en  tranches

· 200 g de sucre.

Laissez macérer un mois, filtrez. C’est tout ? Oui c’est tout !

Il ne reste plus qu’à mettre en bouteilles et à déguster bien frais, et surtout... en bonne compagnie !

Petit conseil d'amie : là, cela vous fera seulement un ou deux petits apéros. N’hésitez donc pas à multiplier les quantités par 2, par 3, par autant que vous voulez !

(Billet republié)

OoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoO

Si les champs sont recouverts de pissenlit, à vous aussi ce délicieux classique :

PISSENLIT : LE VIN...
PISSENLIT : LE VIN...
PISSENLIT : LE VIN...

OoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Lire la suite
1 2 3 4 5 > >>